Écoute Partage Parole

Ecoute et partage la Parole avec ton coeur
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 '' Demeurez en moi, comme moi en vous. »Jn 15, 4.''

Aller en bas 
AuteurMessage
coeurtendre
Admin
coeurtendre

Masculin Nombre de messages : 5427
Age : 62
Localisation : Trois-Rivières
Réputation : 1
Date d'inscription : 16/02/2007

'' Demeurez en moi, comme moi en vous. »Jn 15, 4.'' Empty
MessageSujet: '' Demeurez en moi, comme moi en vous. »Jn 15, 4.''   '' Demeurez en moi, comme moi en vous. »Jn 15, 4.'' Icon_minitimeJeu 5 Mai - 2:11


« Demeurez en moi, comme moi en vous. »Jn 15, 4.
Depuis toujours, les cultures principales du Moyen-Orient sont le blé et la vigne. Sans remonter jusqu’à Noé qui s’enivra selon la Genèse (10, 20), nous pensons à la grappe de raisin que les envoyés de Josué ramenèrent sur leurs épaules (Nombres, 13,23). De même nous nous rappelons des réserves de blé que Joseph avait amassées en Egypte et qui ont sauvé de la famine ses frères. Il n’est pas étonnant que Jésus fasse sans cesse allusion à ces deux éléments dans ses paraboles et qu’il les choisisse pour faire l’Eucharistie le soir du Jeudi-Saint.

Aujourd’hui, Jésus emploie l’image de la vigne. Trois points peuvent retenir notre attention :
a)D’abord, la petite branche, plantée solidement dans le sol, appelée le tronc ou le cep et arrosée de la grâce divine, c’est le Christ lui-même qui a pris chair pour nous donner la vie. Les branches ou les sarments, ce sont les chrétiens attachés au cep par le baptême et recevant la sève à travers les sacrements. C’est la même vie divine qui circule dans le tronc et les branches.

« Demeurez en moi, comme moi en vous. »
b)Le péché seul peut nous séparer du Christ. Nous sommes alors une branche morte qui n’est plus bonne qu’à être jetée au feu. Heureusement, cette « mort » n’est pas définitive, tant que nous sommes sur la terre, et l’amour infini et miséricordieux de Jésus peut de nouveau donner la vie au plus grand des pécheurs. Il est important de ne jamais désespérer de cet amour et du pardon du Seigneur.
c)Enfin, le plus important pour le chrétien, pour la branche vivante que nous sommes, est de porter du fruit. Ces belles grappes de raisin, ce sont toutes les bonnes œuvres que nous pouvons faire en transmettant à tous nos frères cet amour qui vient du Seigneur, qui remplit notre cœur et qui nous pousse à aimer à notre tour comme Jésus nous a aimés. « Sans moi, vous ne pouvez rien faire ! »


Et pour vivre cela, je vois deux éléments :
Il est nécessaire d’être « émondé », nettoyé, purifié par la souffrance pour donner davantage de fruit. On disait dans un ancien cantique : « Rien n’est perdu de la souffrance humaine. »
Et il nous faut « demeurer » dans le Christ, prendre du temps pour être vraiment unis à lui. Il faut du temps à la petite branche pour se développer, grandir, avoir assez de force pour produire du fruit. Ne soyons jamais trop pressés, découragés devant les efforts que nous faisons pour être plus parfaits. Laissons ce travail au Seigneur et réjouissons-nous de tout ce qu’il accomplit en nous et par nous pour que notre monde croit et soit sauvé.

Père André CHAUVIN
Revenir en haut Aller en bas
 
'' Demeurez en moi, comme moi en vous. »Jn 15, 4.''
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Écoute Partage Parole :: Les Évangiles en (homélies-mots : 2012-2013-
Sauter vers: