Écoute Partage Parole

Ecoute et partage la Parole avec ton coeur
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 '' Michel blogue le récit de la petite samaritaine.''

Aller en bas 
AuteurMessage
coeurtendre
Admin
coeurtendre

Masculin Nombre de messages : 5428
Age : 62
Localisation : Trois-Rivières
Réputation : 1
Date d'inscription : 16/02/2007

'' Michel blogue le récit de la petite samaritaine.'' Empty
MessageSujet: '' Michel blogue le récit de la petite samaritaine.''   '' Michel blogue le récit de la petite samaritaine.'' Icon_minitimeJeu 6 Mar - 0:35

'' Michel blogue le récit de la petite samaritaine.'' Samari10

''La petite samaritaine.''
Michel partage : Il y a certaines rencontres plus marquantes que d'autres dans chacune de nos vies.
Un jour, j'ai reçu une demande pour aller faire une animation dans un groupe de prière où il y avait une trentaine de personnes.

Au début, la responsable du groupe me prit à part pour me faire une petit remarque en passant.Elle me dit ceci :Faites bien attention car il y a une malade qui va sûrement vous déranger durant la soirée. Comme je suis habitué à des gros dérangements, je lui ai répondu de ne pas s'en faire, que j'allais l'accueillir. Mais ici je vous demande quelque chose, à vous internautes de N.D.E., comme on a baptisé cette jeune fille la malade, dans mon texte je lui donne un surnom qui sera la petite samaritaine, et vous comprendrez bien pourquoi vers la fin de mon message seulement…

Quand j'ai vu cette jeune fille, personne n'a eu besoin de me dire que c'était elle, je m'en suis rendu compte dès son arrivée.Je suis allé vers elle et je lui ai demandé si elle voulait m'aider pour l'animation de la soirée?

La petite samaritaine a dit : Je ne suis pas capable de rien faire, et puis moi, on ne m'a jamais demandé de faire quelque chose, car je ne sais rien faire.

Michel partage : tu ne sais pas prier du tout, tu ne connais pas une seule prière, il n'y a pas une toute petite prière de cachée dans ton petit coeur? La petite samaritaine a dit : oui, je connais la prière à Marie.

Michel partage:Serais-tu capable de la réciter quelques fois durant la soirée, quand je te ferai signe?La petite samaritaine a dit : oui, je le veux bien, quand tu me le diras.

La soirée de prière dura un peu plus de deux heures.
Ceci dans un silence impressionnant, et celle à qui on avait donné le surnom (la malade), était tout simplement une petit fille sage qui priait, et qui avait besoin d'une attention particulière.  Elle avait faim et soif d'amour, elle avait besoin qu'on la reconnaisse pour une personne et non comme une malade que l'on surveillait pour la juger, sans faire aucun effort pour la comprendre et pour l'aimer à sa juste valeur.

Michel explique:Elle dérangeait parce que personne ne voulait se déranger pour l'accueillir, comme Jésus Lui-même l'aurait accueillie pour lui donner la place qui lui revenait dans ce groupe de prière, afin qu'elle se sente accueillie, aimée et comprise.
Pourquoi l'appelait-on la malade?
Mon expérience me dit : les personnes qui fixaient sur elle leur regard trop humain, surtout sur son apparence extérieure, ne pouvaient pas dépasser l'obstacle de l'apparence corporelle pour se rendre directement au coeur. On oubliait trop facilement combien elle était riche dans son coeur. Je crois que découvrir les dons cachés derrière les apparences causées par un handicap, pour moi Michel, cela vient d’un don de Dieu.

Habituellement dans un groupe de prière, une situation comme celle-là ne devrait pas exister du tout, encore moins dans un (groupe de prière). Et si cela existe, c'est parce que les responsables et les membres du groupe manquent de formation sur la manière d’accueillir les pauvres, de faire que chacun trouve sa place dans notre groupe de prière.

Michel partage : Il faudrait apprendre aux responsables et aux membres des groupes de prière à plonger leur regard de tendresse dans le coeur du pauvre, afin d’y découvrir les trésors de Dieu (Math 6, 5-21). Les trésors de Dieu sont dans le coeur du pauvre,>>pour les trouver il faut demander à Dieu de nous apprendre à plonger avec Lui, et avec Lui nous trouverons.
Oui, Dieu se cache dans le coeur du pauvre, il se laisse trouver seulement par ceux et celles (qui l'aiment assez pour le trouver dans leur propre coeur), (avant de vouloir le trouver dans le coeur du pauvre).

Nous ne pourrons jamais être de vrais éveilleurs(ses) de la foi si nous n'acceptons pas que Dieu soit le premier à nous éveiller, pour nous transmettre son regard de tendresse, afin de plonger comme Lui, regarder et aimer comme Lui, aller au-delà des fausses apparences qui nous empêchent de découvrir sa Présence cachée au coeur du pauvre.

Michel partage : voici un exemple : Regardons ma petite samaritaine que l'on avait baptisé la malade. Dieu se servait de cette pauvre enfant pour manifester sa Présence au sein du groupe, et réveiller ses membres endormis et engourdis, et leur dire : "Je suis là au milieu de vous et vous ne me voyez pas!"(Math 13, 5-13)
''Réaction du groupe 
de prière après la soirée)''
Comment ma petite samaritaine a réagi en rentrant chez elle?Un mois plus tard j'ai rencontré sa maman adoptive et voici ce qu'elle m’a dit :Elle m'a dit : Si vous saviez la joie que vous lui avez permis de vivre, parce que vous l'avez accueillie avec votre cœur. Je n'ai jamais vu cette enfant entrer dans la maison avec le cœur aussi joyeux et débordant d'amour !

La mère adoptive dit : Elle m'a crié de tout son cœur sa joie et son bonheur d'avoir été accueillie avec joie et amour : Maman, maman, le Monsieur m'a fait animer le groupe de prière ce soir pour la première fois de ma vie. Il m’a dit qu'il avait confiance en moi.Michel partage : Oui, pour la première fois quelqu'un lui avait dit : Tu es capable, j'ai confiance en toi. Je crois que cette forme d'accueil qui est porteuse de vie, peut faire des petits miracles.

J’en suis convaincu : c'était la première fois qu'on lui faisait découvrir la perle précieuse qu'elle portait dans son cœur d'enfant. Ce que j'ai le plus retenu de cette expérience, c'est que ceux que l'on appelle les grands de ce monde et qui sont habitués à recevoir de la joie, ont beaucoup de difficulté à la partager et à la faire naître chez les autres. Même si leur cœur est habillé de joie, on s’aperçoit qu'à l'extérieur ils portent leur manteau de tristesse, d'orgueil et de méfiance. Ils sont tellement grands qu'ils ne voient plus les petits. Ils croient voir clair et pourtant leurs yeux sont aveuglés (Actes 28, 5-27). Ou Lc 24, 16), ou (Matt 19, 14).Je mets une des trois références bibliques ci-dessous...

"Va trouver ce peuple et dis-lui : Vous aurez beau entendre mais vous ne comprendrez pas ;Vous aurez beau regarder, vous ne verrez pas. Car le cœur de ce peuple s'est épaissi, ils sont devenus durs d'oreilles. Ils se sont bouché les yeux, pour ne pas voir de leurs yeux,ne pas entendre de leurs oreilles, ne pas comprendre avec leur cœur, et pour ne pas se tourner vers Dieu."

Si l'on regarde l'attitude de cette enfant au début de ma rencontre avec ce groupe, elle avait une apparence de tristesse, elle dérangeait parce que personne ne s'intéressait à elle, et la seule raison était son handicap. Deuxièmement personne ne lui permettait d'être utile selon ces capacités. Ce n’est pas sans raison qu’elle se croyait inutile, bonne à rien. Moi Michel, je dis : qu'à cause de la fermeture et de la froideur du cœur des responsables de ce groupe envers elle, elle portait des souffrances intérieures et elle n'avait personne à qui les confier. Moi ce qui m'émerveille, c'est qu'avec de l'accueil, quelques mots gentils, on peut changer un cœur triste en un cœur joyeux.Je me souviens quand je lui disais : tu as des richesses en toi, et que je l'ai accueillie en moi selon le cœur de Jésus, j'ai fait naître la joie en elle, et je peux vous dire qu'elle n'a pas perdu son temps car elle est partie la communiquer à celle qu'elle appelait sa maman, parce qu'elle se sentait accueillie par celle-ci, qui l'aimait comme si elle était sa fille de sang.

Si on jette un regard attentif sur cette anecdote, on peut remarquer que ma petite samaritaine, par son don de l'émerveillement, nous rappelle plusieurs textes bibliques où il nous est impossible de parler de la joie sans parler de l'accueil, impossible de parler de l'accueil sans parler de l’amour, impossible de parler de l'amour sans parler de la charité. N’oublions pas que j'étais dans un groupe de prière qui existait depuis plusieurs années. Alors pourquoi ce manque d'accueil, pourquoi avoir un jugement si fautif qu’il empêchait ma petite samaritaine de grandir?

Michel partage:quelle expérience et quelle leçon pour moi, et pour bien d'autres !
La petite samaritaine 
est devenue 
témoin de la joie...

'' Michel blogue le récit de la petite samaritaine.'' 9782740302262

Après que cette enfant eut été accueillie comme elle aurait dû l'être depuis longtemps, sa tristesse s'est changée en joie, en peu de temps elle est devenue témoin de sa joie. On lui a permis de ressusciter à la vie de Dieu. Dire que tout cela s'est passé en si peu de temps…Ensuite elle a agi à l'exemple de la samaritaine dans l'Évangile, car dès qu'elle a reçu un accueil chaleureux, et qu'on lui a donné le droit de parole, elle s'est rendue chez elle, et comme la samaritaine elle a témoigné de sa joie, de sa rencontre avec le Seigneur. En peu de temps elle a touché le cœur de celle qu'elle considérait comme sa maman.


Et cette femme n'en revenait pas du changement opéré chez cette petite fille. Elle ne pensait jamais que cette petite qui était toujours triste quand elle revenait de sa rencontre de prière, serait un jour capable d'exprimer son bonheur en le criant de tout son cœur.

Voilà, chers(ères)amis(es), la joie que j'ai eue de partager cette anecdote sur l'accueil des pauvres, des petits et des simples, les préférés de Jésus.
Revenir en haut Aller en bas
 
'' Michel blogue le récit de la petite samaritaine.''
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Écoute Partage Parole :: Forum de Partage-
Sauter vers: