Écoute Partage Parole

Ecoute et partage la Parole avec ton coeur
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Michel Blogue avec Guy Vivien et les séminaristes/Sujet/''Théologie sans Dieu, théologie avec Dieu''/

Aller en bas 
AuteurMessage
coeurtendre
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 4718
Age : 61
Localisation : Trois-Rivières
Réputation : 1
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Michel Blogue avec Guy Vivien et les séminaristes/Sujet/''Théologie sans Dieu, théologie avec Dieu''/   Ven 10 Aoû - 15:12



L'homme, en lisant des livres sur la théologie, peut toujours réfléchir sur Dieu, pour essayer de comprendre la profondeur de certains mystères sur la vie comme la mort, ainsi que sur la souffrance et le mal, etc.

Mais par la prière, la méditation et l'oraison, il peut faire encore mieux, il peut faire encore plus, il peut rencontrer Dieu tout en Le faisant rencontrer aux autres ; en Le laissant tout d’abord entrer dans son coeur de pauvre, en Lui disant : Seigneur, me voici, je veux faire Ta Volonté, entre dans mon coeur et fais comme chez Toi ; je Te donne mon coeur pour que Tu y fasses Ta Demeure.  

Pour moi, ce n'est pas juste le théologien qui doit se former en étudiant la théologie ; il doit avant, pendant et après ses études se laisser conduire par le Christ sur la montagne, lieu de la formation et de la transformation où il y aura transfiguration de tout son être intérieur et extérieur. Pour moi, j'affirme avec une certitude absolue qu'il y a deux catégories de théologiens : le théologien qui s'éclaire lui-même avec son raisonnement basé sur ses propres recherches et celles des autres, mais sans avoir recours à une vie de prière et d'oraison ; c'est ce que j'appelle la théologie du raisonnement, qui n'a qu'une valeur bien pauvre comparée à la théologie du théologien qui prend un bain de prière, pour ne pas écrire un bain de Dieu, afin de donner un sens Christique à sa théologie en laissant Dieu habiter, pour ne pas écrire habiller, Son Coeur de disciple qui veut faire de sa vie le Oui de Dieu.

Ensuite il y a le théologien qui est un homme très simple, homme de prière, homme de longue méditation qui cherche, à l'exemple du Christ et de Ses apôtres, les lieux de solitude sur la montagne ou dans le désert, pour poursuivre de longues oraisons dans le silence recherché avec Dieu. Cette forme de théologie m'intéresse comme jamais. Dans mes propres mots, j'appelle cette théologie la théologie du coeur qui se promène entre la raison et l'oraison, entre le coeur et l'esprit.

Toute sa vie, un théologien se promènera entre Dieu et les hommes, entre les hommes et Dieu. Voilà un vrai théologien disciple du Christ Rédempteur et Sauveur du monde. 


 Quel que soit le titre qui sera le nôtre tout au long de notre parcours terrestre, il vaut mieux pour chacun de nous qui voulons être disciple ou apôtre ((( imitateur du Christ ))), être un pauvre sans trop de connaissances, mais l'important est d'être proche de Dieu, à l'exemple de Moïse et du petit Samuel qui disait >>> Parle, Seigneur, ton serviteur écoute. Ne l'oublions pas, avant de dire "Parle, Seigneur, ton serviteur écoute", le petit Samuel était en prière depuis plusieurs jours. Le petit Samuel était un enfant, il n'avais pas son ipad, il était tout simple et tout présent devant Dieu et non devant un écran en cliquant sur j'aime et je partage de Facebook. 

Alors les cours de théologie aujourd'hui en 2018, ((( oui, c'est très important ))), mais tout dépend du profil du disciple ou de l'apôtre qui donnera les cours. Si avant ou après avoir donné son cours de théologie, vous le retrouvez souvent en prière, de la même façon que les disciples retrouvaient Jésus en prière durant leur formation avant de devenir apôtres, si vous avez cette chance d'avoir un tel professeur passionné qui se laisse séduire, habiller par la Miséricorde et l'Amour inconditionnel du Christ, bienheureux êtes-vous! 


   Tout pour vous écrire que ce soit vous ou un autre séminariste, si vous avez vraiment cette chance d'avoir une formation théologique qui vous fera comprendre que si, à votre tour, vous ne  passez pas de longues heures en prière pour permettre à votre prière de devenir une oraison en floraison, quand bien même vos cours de théologie vous seraient dispensés par un saint apôtre, si votre coeur ne respecte pas les rendez-vous avec Celui qui vous a dit : "Viens, Suis-Moi", vos cours de théologie ne vous serviront à rien, et même pire que rien.

 Je crois que dans le monde de la Nouvelle Évangélisation, nous devons faire la différence entre la théologie vécue dans un esprit de prière, d'adoration et d'oraison, et la théologie où l'activisme et le monde du virtuel l'emportent sur l'expérience d'approfondissement de la prière dans un coeur à coeur avec le Christ, Notre Sauveur et Rédempteur du Monde.


Guy a écrit : Êtes-vous engagé dans une communauté ou un groupe religieux ?

Michel répond : J'ai été responsable, vers mes 18 ans, d'un foyer de 9 personnes handicapées physiques et intellectuelles, pendant 5 ans, à la demande d'un Clerc de Saint-Viateur ; il est décédé à 99 ans. C'était un homme de prière, d'une confiance en la Providence au-delà de l'extra. Pour en revenir à votre question sur les études en théologie ou en psychologie, je crois que ces études sont très importantes, mais parfois on dirait que Dieu nous joue des tours ; je crois qu'il y a dans la vie spirituelle une certaine formation qui ne s'explique dans aucun langage humain. Il y a des personnes qui éprouvent du plaisir à être reconnues en montrant leur diplôme, mais, (((si on se guide sur ma remarque ci-dessus ))), je crois que plusieurs manquent d'une expérience de terrain, très malheureusement. Les deux sont importantes, mais l'expérience de terrain est indispensable, car selon mes multiples expériences du passé comme du présent, le contact avec la vie rencontrée sur le chemin de la vie, quelles que soient les conditions de vie des personnes que Dieu met sur notre route, représente des richesses indispensables ; ce contact nous permet d’acquérir l'expérience concrète, alliée à la théorie, qui ne sera jamais reconnue par un diplôme universitaire, surtout quand une personne reçoit tout de Dieu sans lui avoir demandé quoi que ce soit, par exception Sa Joie. 

La Parole de Dieu dit :
 Beaucoup demandent :
« Qui nous fera voir le bonheur ? » 
Sur nous, Seigneur, que s'illumine ton visage !
Tu mets dans mon cœur plus de joie
que toutes leurs vendanges et leurs moissons.
Ps 4, 7-8


Quand Dieu donne de la joie, Il en donne toujours trop, disait  Jacques Lebreton, un homme aveugle sans mains ni bras.

Après avoir travaillé cinq années avec le Clerc de Saint-Viateur, j'ai vécu comme laïc 15 ans avec les frères des Ecoles Chrétiennes où j'ai été impliqué en pastorale d'évangélisation, les cinq premières années, surtout en pastorale de paroisse, et très souvent j'avais du plaisir à  parcourir les rues la nuit en espérant me retrouver face à face avec une personne pauvre dans le besoin. Je n'avais aucune peur de la noirceur ou de me retrouver seul dans les rues de la grande Ville de Montréal, même si j'en connaissais les risques.

Ensuite, la maison des frères a passé au feu et après les réparations je me suis occupé des jeunes de la rue tout en gardant pendant quelques années trois personnes qui avaient des problèmes de santé mentale. Ensuite j'ai reçu un appel d'un frère des Écoles Chrétiennes m'invitant à revenir partager la vie des frères en restant toujours laïc. Pendant ces dix années chez eux, je donnai des conférences dans les écoles, les paroisses et les groupes populaires, tout en conservant mon plaisir de parcourir les rues la nuit.

Je peux dire que j'étais trop bien chez les frères des Écoles Chrétiennes ; un jour je suis allé donner une conférence dans un café chrétien pour des jeunes ; après la soirée, une dame est venue vers moi pour me dire ceci : Je connais un prêtre qui aimerait beaucoup avoir un homme comme vous pour lui venir en aide, je vous donne son numéro de téléphone pour appeler ce prêtre à tout prix, me dit-elle. 


Après avoir appelé le prêtre, celui-ci m'invita en m'assurant qu'il se chargeait de tout payer, voulant me voir tout de suite ; ça pressait, me disait-il ; ça semblait urgent. Pendant une semaine il m'invita à donner des conférences dans plusieurs paroisses de son Diocèse, me faisant parler aux messes du dimanche dans plusieurs groupes populaires, ainsi qu'aux Chevaliers de Colomb car il était leur aumônier depuis plusieurs années. Ce prêtre séculier était un homme de prière  autant que le Clerc de Saint-Viateur. Un des plus grands privilèges que j'ai reçu de Dieu, c'est d'être très souvent mis en contact avec des hommes et des femmes qui étaient des passionnés au service de l'Évangile et des pauvres. Je vous souhaite de tout coeur, cher Guy, d'avoir ce même privilège, si votre coeur passe par le chemin de la prière pour faire naître celui de l'oraison.


La Parole de Dieu dit :
 Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : “Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !”
Lc 18, 13

Je  suis allé plusieurs fois chez ce prêtre pendant plusieurs années, et un jour je reçus de lui une lettre de 4 pages  où il me demandait de venir absolument travailler avec lui, tout en demeurant au presbytère ; il me demandait de prendre la responsabilité d'une oeuvre de soupe populaire où j'accueillerais entre 40 et 60 personnes dans le sous-sol de l'église ; elles viendraient y prendre deux repas par jour, 5 jours par semaine.



Ma responsabilité a été très lourde car je remplaçais une dame qui occupait ce poste depuis 20 ans et qui ne voulait pas céder sa place. Comme elle fonctionnait sans  règlement depuis 20 ans, alors la drogue, la boisson et la violence obligeaient les policiers à intervenir trop souvent, en plus des plaintes des citoyens. Voici une vielle photo d'un journal année 1995 qui explique les moyens utilisés pour exclure la violence de cette oeuvre, qui était devenue un  désoeuvrement mettant la vie des citoyens en danger extrême.  

Après trois ans, le prêtre est décédé d'une maladie du coeur et je suis revenu dans la Ville de Québec ; j'ai vécu 5 ans avec les pères Assomptionnistes au Sanctuaire, tout en poursuivant mon travail de conférencier un peu partout au Québec.

  J'ai quitté le Sanctuaire des Assomptionnistes pour aller travailler dans une maison de prière ensuite devenue un foyer pour personnes âgées, où j'ai connu France, celle qui deviendrait mon épouse 20 ans après. Mais avant de recréer des liens avec France, j'ai pris la responsabilité de deux personnes âgées, un homme et une femme qui vivaient dans une situation d'exploitation psychologique et financière depuis plusieurs années, sans qu'aucune des deux familles ne soit au courant de cette situation d'exploitation financière et psychologique. Il m'a fallu cinq ans pour amasser suffisamment de preuves afin qu'un organisme prenne la situation en main ; mais ce fut un travail très difficile et compliqué à cause du nombre de personnes impliquées dans cette forme d'exploitation.   

À partir de mes 18 ans, j'ai toujours été en contact avec des religieux(ses) et des prêtres, j'ai vraiment été un grand privilégié de Dieu. Tous ces prêtres et religieux(ses) ont été pour moi plusieurs écoles de vie formatrices et exemplaires. Notre Église, Elle Est très belle quand on la regarde avec les yeux du Christ, quand nous avons fait oraison en déposant notre coeur dans le Coeur de l'Évangile, pour permettre au Christ de se rendre Présent au-dedans de nous quand nous L'invitons à y faire Sa Demeure pour toujours. 


La Parole de Dieu dit :
Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi.
Ap 3, 20
 
Guy a écrit : Comment rencontrez-vous Jésus-Christ ?

Michel répond : Je vais vous répondre en vous faisant parvenir deux liens de notre forum où j'ai déjà écrit mon témoignage.


Il y a une approche assez semblable entre les trois liens, mais certains 
sujets sont différents, surtout sur la question de vouloir définir Dieu. 


Guy a écrit : Connaissez-vous des prêtres ou des évêques ?

Michel répond : J'en ai connu beaucoup puisque j'ai toujours vécu dans des milieux religieux, mais ils sont presque tous morts ; j'en garde un précieux souvenir, inoubliable. Pour les trois dernières questions, je répondrai à part car elles sont très importantes. Ensuite répondre à ces trois questions en 1980 ou dans les années 2000, ce n'est pas comme y répondre en 2018, c'est plus que différent ; surtout quand on a passé une grande partie de sa vie à vivre et à travailler avec eux.

Il serait difficile pour moi d'oublier les nom et prénom de Mgr Jude Saint-Antoine de Montréal, qui a été le premier prêtre à me permettre de rendre témoignage de ma foi dans une école de musique, où je l'ai connu quand il était encore prêtre aumônier. Un homme qui comme Jésus, était calme, avec un coeur qui écoute et qui regarde, en un seul mot un homme qui avait le coeur habillé de Jésus-Christ. Cette première rencontre a été très particulière pour moi car je devais parler pour la première fois devant tous(tes) les étudiants(es) d'une école de musique, et je débutais.

Je me souviens avoir passé la nuit complète dans la chapelle des frères des Écoles Chrétiennes en espérant que Dieu m'inspire quoi dire. Aux petites heures du matin, après avoir prié, j'ai ouvert la Bible en demandant à Dieu de tout mon coeur une Parole qui pourrait me rassurer. En ouvrant la Bible, je suis tombé sur le livre de Siracide 2, 1-18, "Servir le Seigneur avec confiance".

Quand je suis arrivé à l'école, il fallait que je rencontre l'abbé Jude Saint-Antoine, devenu plus tard évêque, et les trois religieuses de la pastorale de l'école de musique Vincent d'Indy. Mgr Jude Saint-Antoine n'était que prêtre, à cette époque-là. Au moment de la rencontre, la religieuse responsable de la pastorale me demanda si je savais ce que j'allais dire aux jeunes. Je lui répondis : Non, je ne le sais pas du tout, mais j'ai prié toute la nuit pour demander à Dieu de m'inspirer ; non, je ne le sais vraiment pas du tout. Les trois religieuses et l'abbé se regardèrent, et une des religieuses partit à rire et me dit : Nous allons faire confiance à l'Esprit-Saint.

Après ma rencontre qui dura une heure, les religieuses et le prêtre étaient satisfaits au-delà de l'extra et je me souviens que le sujet qui m'animait, pour ne pas écrire le sujet qui m'allumait, était le pardon. Pourtant quand je suis revenu chez les frères, le supérieur m'a demandé : Est-ce que ça a bien fonctionné avec les étudiants? J'ai répondu : Je crois que oui ; peut-être qu'un jour je vais le savoir. Mais je ne savais pas qu'un jour Dieu mettrait sur ma route un petit signe de cette rencontre, et le voici...

Un jour je suis demandé dans un café Chrétien pour donner une conférence, et juste avant ma conférence un jeune s'approche de moi et me dit ceci : Tu ne me reconnais pas? Je lui réponds : Je crois que non, je ne pense pas t'avoir déjà rencontré. Il poursuit en me disant : A l'école Vincent D'Indy, l'école de musique. Il y a 4 ans passés, tu as rencontré tous les jeunes de l'école et j'étais présent. Je lui ai dit : Oui, je me souviens de cette rencontre, mais toi, tu n'avais à te souvenir que de moi... Il me répondit : Oui, c'est vrai, mais tu sais quand tu es venu, (maudit que je t'ai trouvé plate) parce que tout ce que tu disais me dérangeait. Il y a bien des choses que tu nous avait dites et qui me poursuivaient jour après jour. Un jour je décidai d'aller en parler avec un prêtre ; je me suis enfin confessé, ensuite j'ai décidé de poursuivre mon cheminement spirituel en fréquentant les cafés Chrétiens.

À partir du témoignage de ce jeune garçon, j'ai vite compris que l'agir de Dieu était le secret de Dieu, mais par exception il m'a fait un signe de Son Agir dans le coeur de ce garçon, alors j'ai tout compris sans faire aucun effort pour comprendre. Si un jour vous rendez témoignage de l'amour que vous avez pour le Christ ou si vous développez un sujet en lien avec l'Évangile, il est fort possible que quelqu'un ou quelques-uns (es) vous trouvent plate, au lieu de vous dire que vous êtes (dérangeant), alors c'est bon signe, il faut faire confiance à Dieu et non à ce que vous avez dit durant votre enseignement. L'important, c'est que vous soyez passé souvent devant Dieu avant chaque enseignement, car si vous voulez que Dieu passe par vous, vous devez passer souvent devant Lui pour lui permettre de s'ensemencer au-dedans de vous.     

Je ne pensais pas qu'un jour je reviendrais dans le livre de Siracide, mais le jour du début de l'année de la Sainte Miséricorde, soit le 8 décembre 2015, je me suis souvenu de mémoire, avoir lu le mot miséricorde dans les 18 versets, alors j'ai décidé d'y revenir pour lire et relire les 18 versets de Siracide. Les 18 versets m'ont tellement rappelé de bons souvenirs de ma première rencontre avec le Seigneur, que je les ai appris par coeur. Pour moi c'est le plus beau passage Biblique, celui qui développe le mieux l'approche - pour ne pas écrire l'apprivoisement - sur le sujet de la Miséricorde dans la Bible.  

En premier lieu, je voulais tellement enraciner en moi mon désir de servir le Seigneur avec confiance, que déjà, j'avais été surpris du titre, mais en le relisant au début de l'année de La Miséricorde, ma compréhension des 18 versets fut tellement différente de la première fois, la mémoire de mon coeur en a été tellement séduite, qu'en peu de temps la carte mémoire de mon coeur a tout enregistré. Maintenant, tous les soirs avant de m'endormir, je récite les 18 versets de Siracide sur le sujet de la Miséricorde.

Voici les 18 versets dans Siracide 2, Bible Tob

1 Mon fils, si tu aspires à servir le Seigneur,
prépare ton âme à l’épreuve.
2 Fais-toi un cœur droit et sois résolu,
ne te trouble pas au moment de la détresse.
3 Attache-toi à lui, ne t’en écarte pas,
tu finiras tes jours dans la prospérité.
4 Tout ce qui t’advient, accepte-le,
dans les revers de ton humiliation sois patient ;
5 car c’est au feu qu’on éprouve l’or,
et au four de l’humiliation, ceux qui sont agréés de Dieu.
6 Aie confiance en Dieu et il te viendra en aide,
suis une voie droite et espère en lui.
7 Vous qui craignez le Seigneur, comptez sur sa miséricorde,
ne vous détournez pas, de peur de tomber.
8 Vous qui craignez le Seigneur, ayez confiance en lui,
votre récompense ne vous fera pas défaut.
9 Vous qui craignez le Seigneur, comptez sur la prospérité,
la joie perpétuelle et la miséricorde.
10 Regardez les générations passées et voyez :
Qui a mis sa confiance dans le Seigneur et a été déçu ?
Qui a persévéré dans la crainte du Seigneur et a été abandonné ?
Qui l’a invoqué et en a été méprisé ?
11 Car le Seigneur est compatissant et miséricordieux,
il remet les péchés et sauve au moment de la détresse.
12 Malheur aux cœurs lâches et aux mains sans courage,
au pécheur qui chemine sur deux routes.
13 Malheur au cœur sans courage, qui n’a pas confiance,
pour cela il ne sera pas protégé.
14 Malheur à vous qui avez perdu la persévérance ;
que ferez-vous quand le Seigneur vous examinera ?
15 Ceux qui craignent le Seigneur ne désobéissent jamais à ses paroles,
ceux qui l’aiment observent ses voies.
16 Ceux qui craignent le Seigneur recherchent son bon plaisir,
ceux qui l’aiment se nourrissent de sa loi.
17 Ceux qui craignent le Seigneur ont toujours le cœur prêt,
devant lui ils s’humilient et disent :
18 « Nous tomberons entre les mains du Seigneur
et non entre les mains des hommes ;
car telle est sa grandeur,
telle aussi sa miséricorde

7 Vous qui craignez le Seigneur, comptez sur sa miséricorde,
ne vous détournez pas, de peur de tomber.
   9 Vous qui craignez le Seigneur, comptez sur la prospérité,la joie perpétuelle et la miséricorde.

11 Car le Seigneur est compatissant et miséricordieux,
il remet les péchés et sauve au moment de la détresse.

18 « Nous tomberons entre les mains du Seigneur
et non entre les mains des hommes ;car telle est sa grandeur,
telle aussi sa miséricorde. »

Ps: En prenant le temps de lire certains liens de mes réponses à plusieurs prêtres sur le Web, sur une grande variété de sujets spirituels que je mettrai ci-dessous, vous allez sûrement comprendre que si je réagis sur plusieurs sujets avec des prêtres sur le Web, mes approches ne relèvent pas pour autant de l'improvisation, mais elles sont une création à partir de mes multiples expériences sur le terrain de la vie, sinon je n'aurais jamais répondu à aucun sujet.


IL y aura des liens en ajout dans les jours à venir

Guy a écrit : Que vous inspire un prêtre aujourd'hui ? 
Cher Guy, pas facile de répondre à cette question en 2018 car le monde a bien changé, un peu dans tout et un peu partout mais pas toujours pour le bien, très malheureusement. Car juste à lire le mot inspire dans votre question, ça me coupe le respire, j'en transpire et je ne sais trop quoi dire, pour mille et une raisons ; en voici quelques-unes.

Selon moi il faut savoir faire la différence entre ce qui se dit dans les médias télévisés, les journaux et le Média Web.
Voici un exemple qui ne devrait pas vous laisser indifférent sur la qualité 
de ma réponse, fruit de plusieurs heures de recherche et d'étude sur plusieurs personnages.
 
Plusieurs journalistes athées parlent de la religion, de l'Église et du prêtre avec méconnaissance, dans le but de créer des (((articles flashs, ce qui veut dire payants))), comme l'a fait  Serge Larivée concernant les écrits de Christopher Hitchens, un journaliste ''(alcoolique athée)" qui présentait une désinformation sur la vie et l'oeuvre de feue sainte mère Teresa de Calcutta.

Alors je crois qu'il ne faut pas être surpris que l'on utilise la même approche avec les prêtres d'aujourd'hui. Ensuite, n'oublions pas que Christopher Hitchens reconnaît librement dans plusieurs de ses écrits détester l'Église Catholique et toutes les autres religions. Pour en connaître plus sur ma recherche, voici le lien ci-dessous.


Avant de répondre à votre question d'une façon plus précise, je dois vous dire que quand j'étais au début de mon cheminement spirituel, Dieu m'a toujours exaucé, mais  depuis ces 10 à 20 dernières années, si je me guidais juste sur ce que j'ai vu et entendu sur le Web et dans le monde médiatique en général, je me sentirais désossé ("dexaucé"!), décortiqué, épluché, désorienté ; mais Dieu soit Béni, la prière est ma bouée de sauvetage, voilà mon avantage. Si vous avez un peu de temps pour lire mon témoignage de vie personnel, vous comprendrez que le fait d'avoir été privé du droit de parole durant ma vie d'enfance avait rendu impossible que je prenne la parole en public sans Dieu, par manque de formulation et de scolarisation.

Un jour quand un prêtre m'a invité à une réunion de prière, une religieuse qui ne me connaissait pas m'a fait signe d'avancer devant le public ; comme elle souriait, je me suis laissé guider par sa joie qui m'inspirait, mais une fois rendu devant le public, je ne savais pas quoi dire ; or sans que je comprenne pourquoi ni comment, je me suis mis à parler, et ensuite, à ma très grande surprise, les religieuses et les membres du groupe me demandèrent qui m'avait appris à parler ainsi.
Comme c'était nouveau pour moi, ma réponse fut très simple : Je ne le sais pas, personne ne m'a appris… En cours de route, je me  suis aperçu que dès que je voyais des personnes qui s'aimaient et qui aimaient Dieu, je me surprenais moi-même à dire des choses que mon entourage aimait, même si je n'en comprenais pas toujours le sens.

Dès le début de mon cheminement spirituel Dieu m'a inspiré de faire la différence entre le langage d'un laïc qui prie et celui d'un laïc qui ne prie pas. J'ai fait la même chose avec toutes les autres catégories de personnes, quelle que soit leur profession, surtout les religieux(ses), les prêtres et les diacres, ainsi que tout laïc ayant une implication en pastorale.

Vous comprendrez que cette approche sur le terrain de la vie, sans même que je m'en rende compte, a été pour moi une école de vie qui m'a permis d'acquérir une connaissance au-dessus de la théorie. Dès le moment où j'ai commencé à vivre avec des religieux et des prêtres, je me suis fait grand observateur pour voir et connaître la différence entre les religieux et les prêtres qui se rendent à la chapelle pour la récitation de l’Office Divin, et ceux qui y revenaient pour passer des heures et des heures afin de faire oraison. Tout ceci de leur propre initiative, par désir, et non pas parce qu'ils devaient s'y rendre par devoir.

Mon résultat comme observateur m'a permis de comprendre ce qu'il m'aurait été impossible de comprendre si je n'avais pas eu ce merveilleux privilège de côtoyer les deux différences dans une même communauté. Aujourd'hui je peux me permettre de vous écrire à partir de ce que j'ai vu et entendu. Si on fait la comparaison avec mes deux observations différentes, les religieux et les prêtres qui revenaient passer de longues heures en oraison sont ceux grâce auxquels j'ai appris à prier en les regardant prier, ils m'ont appris aussi à servir en les regardant servir, ils m'ont appris à écouter en accueillant des pauvres venant de partout.

Pour ce qui est de la deuxième  catégorie, ceux qui participaient aux offices Divins sans revenir à la chapelle pour faire de courtes ou de longues oraisons, eux, on les retrouvait facilement devant la télévision.

Avec cette catégorie il n'était pas possible d'aborder des sujets religieux, ou si un sujet spirituel était abordé par l'un d'entre eux, malheureusement en peu de temps, on ressentait une forme d'idéologie et beaucoup d'ignorance dans plusieurs sujets spirituels. Pour eux, que ce soit parler de la vie spirituelle ou de l'Évangile, cela doit se passer dans la chapelle ; donc, quand on est à la sortie, on parle comme on passe à autre chose.

Comme j'étais un laïc très engagé, il était important pour moi de passer beaucoup de temps à prier, lire, méditer sur des sujets spirituels qui me passionnaient. J'ai aimé les deux catégories de religieux et de prêtres, mais ceux qui prolongeaient leur vie d'oraison en dehors de l'office Divin, m'ont permis de comprendre en quoi consistait la vraie mission de l'évangélisateur. Il ne faut jamais oublier qu'avant tout nous sommes de pauvres créatures assises devant Notre Créateur, en lui offrant la disponibilité de notre coeur de pauvre pécheur, lui demandant d'en faire la restauration. On Le regarde comme IL nous regarde pour permettre à notre regard de pécheur de devenir contemplatif. Comme cette phrase célèbre d'un paysan au curé d'Ars qui l'interrogeait sur sa prière : « II est là et je suis là. Il m'avise et je l'avise. » Navigation libre en photo, clique sur les deux mots suivants > curé d'Ars.

Si je reviens à votre question du début sur ce que le prêtre m'inspire, je pourrais vous répondre en toute simplicité que chaque prêtre nous inspire selon ce que lui il respire après avoir passé de longues heures à regarder Celui qui Le Regarde, Celui qui lui a inspiré son oui dans un esprit de prière et de contemplation. Qu'il s'agisse d'un riche ou d'un pauvre, d'un laïc, un prêtre ou un séminariste, chacun nous inspirera selon la qualité de la présence qui'il aura accordée à Dieu. Entre moi et vous, il faut être réaliste, il ne nous est pas possible de donner ce que nous n'avons pas reçu. Que ce soit moi ou vous, si nous voulons être des témoins nous inspirant de La Sainte Présence de Dieu, nous devons éprouver du plaisir à passer par le chemin de l'Adoration pour ensuite passer de la contemplation à la nouvelle évangélisation. 

Selon moi, si je me guide sur mon expérience de vie sur le terrain de la vie, dans le milieu pastoral ou autre mais toujours en lien avec la nouvelle évangélisation, je pourrais vous dire ceci : Que nous soyons laïc, religieux, prêtre, évêque, etc., nous ne pourrons ni les uns ni les autres devenir des témoins lumineux de Dieu si nous sommes façonnés par les pensées de notre raisonnement sans Dieu, en vivant dans le monde de l'activisme où l'action passe avant l'oraison. Pour devenir des disciples ou des apôtres inspirés par Dieu,  nous devons multiplier nos longues oraisons dans un coeur à coeur avec Dieu avant de nous lancer dans cette grande aventure de la nouvelle évangélisation  

Il ne faut pas oublier qu'il y aura toujours des exceptions parmi tant d'autres, à cause de tous les bouleversements que nous vivons depuis ces 10 à 20 dernières années, autant dans la vie de l'Église que dans la vie sociétale. J'ai été témoin à plusieurs reprises de multiples changements, mais entre moi et vous, il y a une extrême différence entre les prêtres de 2018 qui ont la charge de 4 à 6 paroisses, et ceux des années 70 qui n'avaient qu'une seule paroisse.

Selon ce que j'ai vu pendant mes 25 années de vie communautaire avec des prêtres et des religieux, le problème ou la solution n'est pas dans la quantité des paroisses mais dans la qualité des rencontres entre chaque prêtre et Dieu, entre Dieu et chaque prêtre.

Un prêtre activiste qui finit par oublier ses rendez vous avec Dieu ne peut pas être aussi inspirant qu'un prêtre passionné par la prière, l'oraison et l'adoration avant de marcher sur le chemin de la nouvelle évangélisation. Mais que veut dire nouvelle Évangélisation pour devenir des prêtres, des diacres, des séminaristes, des laïcs hommes et femmes inspirants(es)?

  

L'évangélisateur c'est celui qui accueille l'Évangile dans son :coeur2:   d'enfant de Dieu pour transmettre La Parole  selon le désir et la volonté de Dieu qui passe par le chemin de notre vie intérieure selon le temps que chaque croyant(e) lui accorde.

Quand nous accueillons la Parole de Dieu  notre :coeur2: ne devient-il pas Évangile vivant dans le :titscoeurs: coeur :titscoeurs:   avant de devenir  évangélisateur?

Ne l'oublions jamais, chaque fois que nous laissons la Parole de Dieu entrer dans notre :coeur2: par amour, nous recevons toujours le Don de Dieu pour la faire renaître dans un autre :coeur2: qui  lui aussi est  chercheur de l'Amour de Dieu.



Le chemin de l'évangélisation est un chemin qui commence dans un  :coeur2:  humain pour aboutir dans le  coeurmeteo  du Divin.

Quand l'Évangile nous pénètre de l'intérieur, chaque Parole de Vie forme et transforme notre  :coeur2:  de disciple avec le désir de nous rendre malléable et agréable devant Dieu, pour permettre à la Parole de passer de :titscoeurs: en :titscoeurs: et faire l'évangélisation de tous les autres  :titscoeurs:  qui passeront sur le chemin de notre vie si nous sommes vraiment à l'écoute de l'Esprit. 

Le jour où  nous aurons compris qu'il ne nous sera jamais possible de devenir évangélisateur(trice)  si nous ne déposons pas notre  :coeur2:  dans le  coeurmeteo  de l'Évangile, alors je crois qu'à partir de cette expérience d’abandon  dans un esprit d'amour, de prière et d'oraison, ce n'est plus nous qui parlerons, mais c'est l'Évangile qui Parlera < en > nous, c'est  l'Évangile qui fera naître La Parole < pour > nous, c'est l'Esprit-Saint qui nous inspirera un langage nouveau qui transfigurera notre  :titscoeurs:  de disciple.

Si ton  :coeur2:  n'ouvre pas sa porte à l'Évangile afin d'accueillir Une Parole pour chaque jour, pour que ton :coeur2: devienne une source vivante et jaillissante de la Parole de Dieu, alors moi je te le dis, ne sois pas surpris de sentir un vide profond, pour ne pas écrire une absence douloureuse de Dieu sur le chemin de ta vie intérieure. N'oublie pas que tu reçois comme tu donnes, et tu donnes comme tu as reçu. Si tu donnes le meilleur de ce que tu as, tu recevras le meilleur au  centuple et de meilleure qualité que ce que tu auras donné avec tout l'amour de ton  :coeur2: .


Revenir en haut Aller en bas
 
Michel Blogue avec Guy Vivien et les séminaristes/Sujet/''Théologie sans Dieu, théologie avec Dieu''/
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Écoute Partage Parole :: Forum de Partage-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: