Écoute Partage Parole

Ecoute et partage la Parole avec ton coeur
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 L'homosexualité

Aller en bas 
AuteurMessage
PtiCoeur
Invité



L'homosexualité Empty
MessageSujet: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeMar 21 Aoû - 5:52

Bonjour à tous,

Je ne sais pas si vous pourrez me répondre mais j'ai besoin de conseil ne sachant plus comment faire.
Voila je suis une fille et j'aime une fille. Et dans mon grand malheure, elle aussi m'aime. Mais cela va à l'encontre de mes idées, de mes croyances. Dieu a fait Adam et Eves pas Eves et Eves ou Adam et Adam!!
Je ne peux pas accepeter un amour qui ne doit pas avoir d'avenir.

Mais malgré cela mon esprit n'arrive pas à contrôler mon coeur. Et je ne peux m'empécher de penser à elle. Je pris fort pour que cela cesse mais je n'y parvient pas. Mon amour pour Dieu serait-il trop faible? Dieu m'a-t-il abandonner? Qu'ais-je fait pour être comme ça?

Je sais plus quoi faire, je suis complètement perdue entre ce que mon coeur m'envoie : l'amour que j'ai pour Dieu et l'amour que j'ai pour cette fille. Comment es-ce possible d'éprouver des choses qui vont à l'encontre de ces idées les plus profondes.
J'aime Dieu au plus profond de moi et pourtant j'aime aussi cette fille. Crying or Very sad

Peut être avez-vous des réponses ? Peut être savait vous comment ne plus aimer!!!!!

J'espère que vous pourrais m'indiquer le chemin à prendre et m'aider dans cette dure étape que m'impose Dieu.

Dieu est amour, Dieu est Paix, Dieu est bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Fanny
Admin
Fanny

Féminin Nombre de messages : 2965
Age : 73
Réputation : 20
Date d'inscription : 11/05/2007

L'homosexualité Empty
MessageSujet: Ne désespérez jamais, Dieu est « la » clef   L'homosexualité Icon_minitimeMar 21 Aoû - 10:08

Bonjour chère PtiCoeur, et bienvenue sur notre site d’écoute et de partage de la Parole. sunny

Merci d’avoir osé parler d’un sujet si important dans notre vie et qui concerne tant de personnes. Vous avez choisi un bien beau pseudo, qui dit votre sensibilité ; nul doute que le Seigneur vous accompagne et vous accompagnera toujours dans ce rude combat, et d’autant plus que vous placerez votre confiance en lui – et en Marie ! – malgré les tempêtes qui agitent le fond de votre cœur…
Ne désespérez jamais, Dieu est « la » clef.

Si ce n’est pas indiscret, pourriez-vous nous dire dans quelle tranche d’âge vous êtes ? Merci.

Par ailleurs, pourriez-vous nous dire à quel point de cheminement spirituel vous vous trouvez, si vous le voulez bien ? Fréquentez-vous l’église et ses sacrements ? Ils sont notre force, notre amour... Lisez-vous la Parole de Dieu chaque jour, afin de vous en nourrir ? Et priez-vous ?

Parce que quand nous sommes confrontés à ces « tempêtes » évoquées par vous, il faut « s’accrocher » très fort à la main tendue par Jésus, notre frère en humanité :

« "Viens", dit Jésus. Et Pierre, descendant de la barque, se mit à marcher sur les eaux et vint vers Jésus.
Mais, voyant le vent, il prit peur et, commençant à couler, il s'écria : "Seigneur, sauve-moi!"
Aussitôt Jésus tendit la main et le saisit, en lui disant : "Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté?"
Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba.
Ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, en disant : "Vraiment, tu es Fils de Dieu!" » Mt 14 , 29-33

Nous ne pouvons affronter les remous de notre existence qu’avec et par le Christ : « "Ayez confiance, c'est moi, soyez sans crainte." » (Mt 14, 27) De nous-mêmes, avec nos seules forces, c’est impossible, mais « rien n’est impossible à Dieu » (Lc 1, 37).

Coeurtendre, c’est certain, va vous répondre de tout son cœur. Il a connu de grandes souffrances dans sa vie, et accompagné jusqu’à ce jour des personnes en difficulté dans tous les secteurs de notre société, il les a beaucoup aidées et conseillées, et continue de le faire sur Internet ; vous avez frappé à la bonne porte.

Mon Dieu, ne cessez jamais d’aimer ! Et même si vous ressentez en vous-même que vos sentiments ne sont pas en accord avec la Parole du Seigneur, demandez-Lui de vous secourir ; Il répond toujours. Dieu ne nous abandonne jamais, ce serait plutôt nous qui nous éloignons de Lui ou qui Lui sommes infidèles. Soyez confiante, votre foi vous portera !

Dieu permet certaines épreuves qui surgissent, chère PtiCoeur, mais Il ne les impose pas : Il n’est pas le Mal, Il est Amour – et Amour de Miséricorde -, Il a une si grande compassion de nos souffrances qu’Il a voulu et accepté de les vivre lors de sa Passion et sur la Croix ; continuez à mettre votre joie en Lui. Amen !

Mon affectueuse prière vous rejoint. Voulez-vous que je fasse une demande pour vous, sur le forum de prière ? :étoile: Aimez-vous plus particulièrement un saint ou une sainte à qui confier votre demande d’intercession auprès de Dieu ? Merci… Nous prierons tous avec vous, y compris les nombreux prêtres, religieux et religieuses qui honorent ce site-forum de leur présence. croix petite

Fanny
Revenir en haut Aller en bas
PtiCoeur
Invité



L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeMar 21 Aoû - 12:11

Fanny merci beaucoup d'avoir répondu à mon message,
pour répondre à vos question:
- j'ai 23ans
- je me rends dans la maison de Dieu, mais rarement lors d'un office (mes horaires de travail me l'empéchant).
- Je ne lie pas la parole de Dieu tous les soirs. Mais je la lit au minimum 2 fois par semaine les jours où mon esprit (après une journée de travail) peut se concentrer sur la lecture. Car je concidère que lire la bible sans être concentré pour bien comprendre ce qu'elle dit se serait un peu comme une insulte à ces paroles se serait un peu comme lire un BD aux toilettes Rolling Eyes et je me le refuse.
- Sinon je ne perds pas la foie pour notre seigneur et père., mais j'ai hélas, à une période de ma vie qui fut particulièrement dure, tournais le dos à Dieu pensant qu'il m'avait abandonné.
Mais comme vous le dites si bien, Dieu n'abandonne pas. Et en effet, dans cette pèrriode de trouble quand tout semblé perdus, j'ai regardé derrière moi (si on peut dire) et je l'ai trouvé à travers une amie il m'a tendu la main et il m'a aidé à sortir doucement de cette pèriode.

- A present, qu'elle est pour ainsi dire résolue. J'ai un peu peur au fond de moi que se soit comme une punition pour lui avoir tourné le dos. Je sais que ces idiots mais une petite voix me dit ça. pale

- Et malgré mes lectures de la parole de notre seigneur. je me pose une question que je n'ai pas eu le courage de demander à mon prètre.
Peut être pourrais vous y répondre.
Dieu est amour et bonté, il distribue son amour et nous l'offre. L'amour entre 2 être est Dieu. Mais alors pourquoi Dieu m'a donné cette amour pour une fille alors que à moin que je ne comprenne pas bien la bible cela n'est pas une chose qu'il mentionne. Comme je le disais au dessus ces Adam et Eves. Marie et Joseph.

Je ne sais plus trop quoi penser au fond de moi je trouve cela anormal ce n'est pas comme ça l'amour. Il y a un homme et une femme pour avoir ensuite des enfants et fonder une famille. Mais une fille et une fille rien ne peut en ressortir. Alors pourquoi j'éprouve de l'amour pour une fille. Je m'en veux et pourtant je n'arrive pas à enlever ce sentiment profond que j'ai pour elle.

Enfin comme vous le voyez je suis perdue et malgré mes prières je n'arrive pas à trouver le route que m'indique Dieu. Alors oui je veux bien que vous fassiez une demande pour moi sur les prières.

je vous remercie encore pour votre aide car je ne sais plus quoi faire de ce sentiment et j'ai honte de ce que lie Dieu dans mes sentiments.

merci beaucoup Fanny.

PtiCoeur
Revenir en haut Aller en bas
PtiCoeur
Invité



L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeMer 22 Aoû - 6:35

Rebonjour

En faite, dans tous ça, ce que je ne comprends plus c'est si c'est mal ou pas!! Embarassed
Je sais que je suis jeune et je penses que je ne comprends pas très bien beaucoup de chose dans la Bible, l'Eglise catholique et dans mon coeur.
Peut être pourriez-vous m'indiquer un passage dans les paroles de Dieu qui m'aiderai à mieux comprendre le chemin que je devrais choirsir?

Comme je le dis dans mon message précédent je sais que Dieu n'est qu'AMOUR. mais quand j'écoute l'église catholique je comprends que l'homosexualité est mal avec par exemple la lettre qu'ils ont fait sur le mariage homosexuel. Lettre que je comprend et avec laquelle une part de moi est en accord.
Mais quand j'écoute Dieu au fond de mon coeur. Je comprends qu'il ne veut qu'amour dans le monde entier. Alors pourquoi un amour même homosexuel est mal.

Une part de moi se pose cette question et ne trouve pas la réponse même dans les paroles de notre seigneur. Alors je me dis que peut être ma foie n'est pas assez forte pour que je puisse entendre et comprendre la réponse.

Et puis il y a une autre part de moi, qui sait que ce type d'amour n'est pas normale car rien ne peut ressortir de cette amour : pas d'enfant, pas de famille. Mais je me dis aussi, que de cette amour peut ressortir quand même de la joie. La joie d'être enfin aimée par quelqu'un et de partager cette amour ensemble. Cependant, accepter cela se serait un peu rejeter notre eglise et ses croyance et ça je ne le peux pas.
Dieu, Jésus, Marie,... tous sont vraiment important pour moi, ils m'ont montraient le chemin que je devait emprunter, et il m'aide à avancer. Mais, à présent, je ne sais plus si c'est Dieu qui m'envoie son message d'amour à travers cette amour que j'ai pour cette fille ou si c'est l'être humain que je suis avec ces péchés qui controle ces sentiments.

Je ne sais pas si mes questions sont claires. Mais je suis perdue car je ne veux pas que Dieu pense que je lui tourne le dos en n'acceptant pas cette amour que je sens au fond de moi. Ou à l'inverse que Dieu pense que je me perds dans des envies qui n'ont pas lieu d'être. Crying or Very sad



Dieu pardonne moi dans mes péchés et aide moi à avancer dans le chemin de la lumière et de l'amour. L'homosexualité 380367

PtiCoeur
Revenir en haut Aller en bas
Fanny
Admin
Fanny

Féminin Nombre de messages : 2965
Age : 73
Réputation : 20
Date d'inscription : 11/05/2007

L'homosexualité Empty
MessageSujet: « Dieu est Lumière, en lui point de ténèbres. »   L'homosexualité Icon_minitimeMer 22 Aoû - 18:05

Bonjour chère PtiCoeur. Je trouve merveilleux que vous ayez eu le courage de vous ouvrir sur le forum des invités, où personne ne sait qui est qui.
Un grand merci pour avoir répondu à mes interrogations. Permettez-moi d’y réagir.

Ah, la Sainte Messe ! Vous ne trouverez pas de plus grand réconfort ni de plus grande joie que dans les sacrements – essentiellement ceux de la Réconciliation et de l’Eucharistie. Rien ne doit vous empêcher de suivre la messe le samedi (soir ?) ou le dimanche : C’est ce qu’il y a de plus important dans votre vie – dans nos vies ! Ce n’est qu’une question de volonté (d’amour). Se priver de ces sacrements, c’est comme ne pas alimenter notre âme, qui dépérit comme une fleur s’étiole. Soyez tranquille, le Diable nous susurre toujours à l’oreille de « bonnes » raisons pour ne pas prier, ne pas nous rendre à la messe, ne pas nous confesser, ne pas… Eh bien, ne nous laissons pas faire !

Concernant la Parole de Dieu, il existe un moyen tout simple de la méditer et de s’en nourrir : Le matin, lisez juste un verset de l’Évangile, par exemple en vous rendant sur le site levangileauquotidien.org qui indique les Lectures du jour ; et « ruminez », méditez ce verset au long de votre journée. Il ne s’agit pas de faire beaucoup ni d’être parfait, mais de se sustenter ; vous serez surprise du chemin que peut faire cette Parole en vous, dans votre cœur !

Il est certain que nous avons besoin de mieux vous connaître, mieux vous comprendre, et dans la mesure où vous venez à nous dans l’espoir d’un soutien spirituel, nous serions heureux si vous répondiez à nos autres interrogations, sachant que vous êtes libre de répondre à l’une ou l’autre question, ou non. Merci de tout cœur. Je dois ajouter que nous ne porterons jamais de jugement à votre égard, mais est-il nécessaire de le préciser ?

Vous évoquez une « période de trouble quand tout semblait perdu », pouvez-vous nous préciser le genre d’épreuve que vous avez traversée ; et votre amie d’alors est-elle la personne qui vous attire présentement sur le plan amoureux?

Avez-vous souvent rencontré le curé de votre paroisse, et pourquoi craignez-vous de lui parler de vos épreuves ? C’est pourtant le « confident » par excellence, un homme de Dieu qui peut vous comprendre et vous guider.

Oui, Dieu est Amour et Bonté, vous dites bien ; mais l’amour est souverainement libre : On ne peut forcer personne à aimer, ou alors ce n’est plus de l’amour ! C’est pourquoi notre Père nous laisse le choix de Lui « tourner le dos » (en faisant ce qui est mal) plutôt que de courir vers Lui comme l’enfant prodigue si repentant… Dieu n’attend pourtant que notre retour, Il nous attend avec une patience infinie. Nous sommes responsables de nos choix. Qu’est-ce qui vous permet de dire que Dieu vous aurait tourné le dos un jour ? En quoi vous aurait-Il abandonnée?

Et qu’est-ce qui vous permet, chère PtiCoeur, de discerner si ce que vous éprouvez pour une autre femme (du même âge que vous, environ ?) a trait à une attirance homosexuelle ? Cette expérience est –elle nouvelle pour vous, ou bien connaissez-vous cette attirance de longue date ? À vous lire, il semblerait que ce soit nouveau… Il serait précieux que nous sachions comment vous avez rencontré cette femme, si vous la connaissez depuis longtemps, et qui de vous deux a proposé une relation amoureuse et sexuelle, cela nous éclairera beaucoup.

Il me semble que l’amour que nous ressentons au cours de notre vie, envers diverses personnes, ne peut pas tout justifier : De quel qualité d’amour parle-t-on ? D’un amour humain qui est plaisir et facilité, ou bien de l’amour selon le Christ qui est un chemin de vérité et de vie ? Si la Bible nous met en garde contre les chemins de perversion, qui nous perdent, c’est pour que nous puissions choisir celui qui mène à la Vie, au Christ :

« "Entrez par la porte étroite. Large, en effet, et spacieux est le chemin qui mène à la perdition, et il en est beaucoup qui s'y engagent ;
mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie, et il en est peu qui le trouvent. » Mt 7, 13-14

Vous voyez, le Seigneur nous dit de ne pas opter pour la facilité, ni de nous laisser tenter par ce qui nous séduit. Porter sa croix est difficile, mais avec et grâce à Jésus, le « fardeau est léger », Il l’a porté pour nous dans un si grand Amour de compassion… !!

Si Dieu a voulu qu’un homme et une femme forment un couple et soient unis par un même amour, chère PtiCoeur, c’est pour que nous apprenions à vivre avec un être qui est différent de nous, et en même temps complémentaire. Pour que la vie jaillisse de l’amour ainsi fondé sur l’union de deux êtres. Dans le terme « homosexuel », « homo » signifie « semblable » ; nous rejetons alors la différence et la complémentarité voulues et bénies par Dieu ; en somme, c’est une forme de narcissisme. Et quand une personne homosexuelle nous taxe d’intolérance, nous pourrions lui répondre que c’est elle qui est d’abord intolérante, en rejetant l’hétérosexualité.

Concernant votre conscience, cette « petite voix » intérieure, elle vous prévient de ce qui est bon ou mauvais dans les choix de votre vie. Comme je vous l’ai fait remarquer ci-dessus, l’amour ne justifie pas tout et n’importe quoi ; il est exigeant – à l’image de l’Amour que Dieu a envers nous, jusqu’à s’abaisser dans l’Incarnation !   croix petite   Et sur la Croix !


« Lui, de condition divine, ne retint pas jalousement le rang qui l'égalait à Dieu.
Mais il s'anéantit lui-même, prenant condition d'esclave, et devenant semblable aux hommes. S'étant comporté comme un homme,
il s'humilia plus encore, obéissant jusqu'à la mort, et à la mort sur une croix! » Ph 2, 6-8

Jésus n’a pas choisi un chemin de facilité, ne croyez-vous pas ? Et pourtant, il est Dieu…

La joie que vous évoquez dans la vie à deux, d’où tire-t-elle sa source ? Dans l’amour de soi-même, ou dans le bonheur de faire la joie de Dieu ? Égocentrisme, ou altérité ? Égoïsme, ou don de sa vie à celui qui est différent ?
Je ne crois pas que l’on aime pour soi ; je crois que l’on aime pour transmettre la vie qui est en nous et qui nous est confiée : Dieu crée, et nous, nous donnons ce que nous avons reçu… nous ne vivons que par et pour l'autre.

Il serait intéressant que vous nous parliez plus précisément de votre cheminement spirituel ; de ce chemin que le Seigneur et sa Bonne Mère vous ont montré, comme vous l’exprimez. Avez-vous réellement rencontré Dieu dans votre vie, ou bien est-ce cette épreuve qui vous pousse vers Lui ? Merci…

Enfin, vous nous dites travailler ; aimez-vous ce que vous faites, et communiquez-vous sur votre lieu de travail ?

Je vais faire une demande de prière, merci de me confier cette belle tâche. Je vous salue affectueusement, au nom de tous nos amis modérateurs. À bientôt !
En communion de prière,  :étoile:  
Fanny

« Dieu est Lumière, en lui point de ténèbres.
Si nous disons que nous sommes en communion avec lui alors que nous marchons dans les ténèbres, nous mentons, nous ne faisons pas la vérité. » 1 Jn 1, 5-6
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeJeu 23 Aoû - 7:11

Bonjour Fanny,
PtiCoeur a écrit:Merci pour votre réponse. Je vous remercie de m'aider à comprendre le chemin que m'indique Dieu. Je vais essayé de répondre le plus clairement possible à vos questions. Mais je ne vous promets pas d'être très claire dans mes propos car il a beaucoup de choses que j'ai du mal en comprendre en moi et encore plus de choses que j'ai du mal à dire tout cours Embarassed , alors pour les expliquer à l'écrit. pale. Mais je vais essuyé.

Fanny répond: Il est certain que nous avons besoin de mieux vous connaître, mieux vous comprendre, et dans la mesure où vous venez à nous dans l’espoir d’un soutien spirituel, nous serions heureux si vous répondiez à nos autres interrogations, sachant que vous êtes libre de répondre à l’une ou l’autre question, ou non. Merci de tout cœur. Je dois ajouter que nous ne porterons jamais de jugement à votre égard, mais est-il nécessaire de le préciser ?Vous évoquez une « période de trouble quand tout semblait perdu », pouvez-vous nous préciser le genre d’épreuve que vous avez traversée ; et votre amie d’alors est-elle la personne qui vous attire présentement sur le plan amoureux?

PtiCoeur a écrit:En fait, disons que pendant la fin de mon enfance jusqu’à environs mais 18-19ans environs, j’ai eu beaucoup de problèmes avec mon père qui disons avait la main un peu légère. Ma famille est assez croyante malgré cela, ayant suivi le catéchisme et l’homonerie, je me suis tourné vers Dieu et je pensé que c’était une étape qu’il m’imposait. Puis au fur et à mesure, malgré mes prières, ma volonté de distribuer la bonne parole et d’apporter le bonheur autour de moi, ça ne faisait qu’empirer (c’est à partir de ce moment que je me suis dit que Dieu m’avait peut être tourné le dos car j’étais peut être mauvaise au fond de moi car je souhaitais parfois qu’il arrive des choses horribles à mon père). Mais j’ai lutter au début contre ces mauvaises pensé, j’ai essayé de comprendre mon père de l’aider d’être gentille avec lui mais rien n’a changer ça empirer toujours de plus en plus.

Je me suis alors dit que tous ces problème venait de moi et que Dieu m’avait abandonné et que le Diable avait pris pocession de moi (je sais que c’est un peu fou de dire cela). Mais, je ne savais plus trop quoi faire, et en passant dans l’adolescence j’ai commencé à faire des choses mal. (Je faisais le mur, fumer des pétards, mentais à longueur de journée à mes parents). Je m’en voulais de faire ça, je savais que ce n’était pas bien mais j’éprouvais un malin plaisir à savoir que je faisais des choses sous le nez de mon père qu’il n’approuvait pas et surtout dont il ne savait rien. C’était un peu comme une vengeance. Après le bac, je suis partie de chez moi pour faire un IUT, mais je rentré tous les week-ends. Et presque tous les week-ends sa repartait de plus belle comme s’il devait rattraper la semaine passée. Mon IUT s’est fini et je suis partie bien plus loin (je ne rentrais donc plus tous les week-ends) et par la même occasion j’ai arrêté de mentir et de fumer des pétards (enfin une bonne chose que je faisais). Comme je dis, j’ai dû déménager encore plus loin pour poursuivre mes études en école d’Ingénieur en Alternance. Par conséquence, je ne voyais mes parents qu’au minimum 1 fois tous les 2 mois.

Je fais un sport d’équipe et je me suis fait de bonne amie en particulier une qui a compris toute seule. Elle a observé dans le minibus qui nous emmené au match que lorsque je dormais j’avais tendance à bouger un peu et quand on me touchait à me réveiller en sursaut complètement perdue et apeuré (je me ressaisissais vite mais elle l’a quand même vue). (Il n’y a que elle qui l’a vue car ayant le mal de cœur en voiture j’étais toujours devant à côté d’elle (elle aussi à le mal de cœur)

De plus, elle m’a vue revenir 2 fois de chez mes parents. 1 fois j’avais un bleu au visage que j’ai mal maquillé et donc elle a vue. Elle m’a demandé, j’ai répondu que c’était une porte ça ne les a pas plus choquées que cela car je suis un peu gauche. Mais la deuxième fois (sport collectif = douche commune) elle a vus une marque dans mon dos, je sais pu trop ce que j’ai donné comme excuse mais cette fois elle n’a pas marché. Elle est revenue me voir seule à seule. Et sans même me posé de question, elle m’a dit clairement qu’il y avait un problème dans ma famille. Elle m’a amené à parler. Et une bulle à éclater dans ma poitrine. Je me sentais un peu comme libérer d’un énorme poids. Et bizarrement, au moment où cette bulle à éclater, je ne sais pas pourquoi mais j’ai vue dans ma tête la statut de Marie qu’il y avait dans l’église de ma ville d’enfance. Et j’ai compris : Dieu ne m’avait pas tourné le dos, non c’était moi qui l’avais fait. C’était moi tout seule comme pour me punir moi-même qui avais tourné le dos à Dieu. C’était la première fois que je me confié à quelqu’un et c’était la première fois que quelqu’un m’apporter une main secourable. Et dans cette main, mon cœur et mon âme ont vue la main de Dieu.

L’été avant cette nouvelle rencontre avec Dieu, j’ai fait la connaissance de la fille pour qui j’éprouve des sentiments en colonie. (Je suis animatrice et elle aussi) Comme vous l’avez bien deviné avant je n’avais jamais éprouvé d’amour pour une fille avant et pour tout dire pour un garçon non plus. J’ai bien eu des petits copains, mais je n’éprouvais pas d’amour pour eux. En fait c’était très égoïste de ma part. J’ai eu un copain pendant un peu plus d’un an qui lui était fou amoureux de moi. Il était gentil avec moi et m’aimait pour tout ce que j’étais. Il n’y avait rien chez moi qui l’énervé. Il me disait qu’il m’aimait et faisait plein de petits gestes pour me faire plaisir sans que je lui demande. C’était la première fois que quelqu’un m’aimait. Je pensais avant que personne ne pouvait m’aimer car je pensais être le mal. Avant je pensais toujours que si j’avais des amis, que s’il y a avait des gens avec moi c’était toujours par intérêt et jamais pour moi car personne pouvait aimer ce que j’étais la preuve mon père, ma chère ne m’aimait pas. Mais ce garçon m’a montrer de l’amour. Il m’a montrer ce qu’était l’amour, il prenait soin de moi et c’est pour ça que j’étais avec lui. Et c’est aussi pour ça que je dis que c’était vraiment égoïste de ma part. Je faisais semblant de l’aimer.


Et au fond de moi, je pensais que jamais je ne pourrais aimer quelqu’un car je n’avais pas d’amour en moi juste de la tristesse, de la haine et de la peur. Finalement la relation avec ce garçon s’est arrêtée car je savais que je ne l’aimais pas et qu’il ne pourrais jamais être heureux avec moi, qu’il ne me méritait pas. Je savais que c’était mal ce que je faisait, j’ai donc arrété notre relation.Et puis j’ai rencontré cette fille en colo, elle m’a « draguée indirectement», je me suis laissé faire c’était agréable et puis « ce que l’on fait en colo reste en colo ». Dans mon esprit, je me disais si sa lui fait plaisir de me draguer pourquoi la stopper de toute façon dans 3 semaines je ne la rêverais plus.


Et puis de fils en aiguille je me suis attachée, et je commençais à la voir autrement. Je la trouvais belle, gentille, je me sentais bien avec elle. Et puis je suis tombé amoureuse. Une relation a commencé entre nous. Mais je savais que ça ne durerais pas d’une part parce que je savais que c’était mal et d’autre part parce que après la colo je ne l’a verrais plus. Mais je me suis trompé car après la colo elle venue dans la même ville que moi. Je n’ai pas osé lui dire non car je n’aime pas faire souffrir les gens et puis parce que une part de moi voulait qu’elle vienne.
A présent, elle est toujours avec moi. Je l’aime et elle m’aime mais je ne suis pas bien avec ma conscience et encore moins avec Dieu car j’ai le sentiment de le trahir. Et je ne sais plus trop quoi penser.

Fanny demande à PtiCoeur :Avez-vous souvent rencontré le curé de votre paroisse, et pourquoi craignez-vous de lui parler de vos épreuves ? C’est pourtant le « confident » par excellence, un homme de Dieu qui peut vous comprendre et vous guider.

PtiCoeur répond:Oui, j’ai rencontré plusieurs fois le curée de ma paroisse. Mais je ne lui en ait jamais parlé parce que …, je ne sais pas.
J’ai toujours garder ça pour moi, je ne pouvais pas faire ça à ma famille. J’aime ma famille et je ne pouvais pas en parler à personne. J’avais trop peur de détruire me famille. Alors en parler à mon curé quand j’étais au catéchisme puis à l’homonerie non, je ne voulais pas qu’il voie ma famille (parfaite) autrement qu’il ne la voyait. Je sais c’est idiot. Mais je pouvais pas je sais pas trop comment l’expliquer mais il ne fallait surtout pas que quelqu’un le sache. Tout ça c’était de ma faute. Mon père était comme ça que avec moi pas avec ma sœur qui était une meilleure personne que moi, bonne croyante, bonne pratiquante, excellente élèves qui ne faisait jamais de bêtises.

Alors que moi j’étais le mal, si mon père était comme ça avec moi c’est que je le méritais. Donc pourquoi en parler si ce n’est pour faire encore plus de mal autour de moi. A présent, pourquoi je n’en ai pas parler à mon nouveau curée celui qui ne connais pas ma famille ??? Je ne sais pas. J’ai été habitué à ne rien dire alors pourquoi maintenant. Et puis, il m’aurait vu différemment, il aurait vu le mal en moi, je ne sais pas, je crois aussi que c’est la peur. La peur que mon père apprenne que j’en ai parler, je ne sais pas.

Mais vous allez me dire oui mais alors pourquoi en avoir parlé à mon amie de sport. Et bien, je ne sais pas, je n’ai pas contrôlé j’ai tout lâché comme ça. Alors que j’avais toujours réussi à tout contrôler, toujours faire croire que j’étais heureuse et le joie de vivre, toujours faire bonne figure. Et bien je ne sais pas ce soir-là devant cette amie j’ai tout dit, j’ai tout lâché. J’étais fatiguée de ma journée. Et je n’ai pas réussi à me contrôler. Et c’est aussi pour ça je pense que Dieu et Marie était présent ce soir-là auprès de moi. Ils m’ont aidé à me confier. Et Dieu m’a mis devant la seule personne qui ne me jugerais pas et en qui j’avais confiance (je ne donne que très rarement ma confiance à quelqu’un). Je pense que ce soir c’était LE soir. Je ne pense qu’à un seul autre moment j’aurais pu me confier. Mais ce soir-là Dieu ne m’a pas abandonner, il m’a aidé sentant l’agneau égaré que j’étais, perdu dans le fouillis de ma vie, il m’a tendue sa main à travers cette amie. Il m’a dirigé vers elle depuis le début. Si je n’avais pas fait ces études je n’aurais jamais rencontré cette amie, si je n’avais pas fait de sport, je n’aurais jamais rencontré cette amie. Ces Dieu qui m’a guidé vers elle et vers ce soir-là.

Fanny a écrit:Oui, Dieu est Amour et Bonté, vous dites bien ; mais l’amour est souverainement libre : On ne peut forcer personne à aimer, ou alors ce n’est plus de l’amour ! C’est pourquoi notre Père nous laisse le choix de Lui « tourner le dos » (en faisant ce qui est mal) plutôt que de courir vers Lui comme l’enfant prodigue si repentant… Dieu n’attend pourtant que notre retour, Il nous attend avec une patience infinie. Nous sommes responsables de nos choix. Qu’est-ce qui vous permet de dire que Dieu vous aurait tourné le dos un jour ? En quoi vous aurait-Il abandonnée?

PtiCoeur répond:Je me suis mal exprimé dans mes messages précèdent. A présent, je sais que Dieu ne m’avait pas abandonné, mais c’est ce que je pensais avant car rien ne changer et ma vie continué à être un enfer. Mais à présent, je comprends que Dieu ne m’avait pas abondonné mais que c’était moi qui lui avait tourné le dos.

Fanny réagit:Et qu’est-ce qui vous permet, chère PtiCoeur, de discerner si ce que vous éprouvez pour une autre femme (du même âge que vous, environ ?) a trait à une attirance homosexuelle ?

PtiCoeur a écrit:Cette personne à 6ans de plus que moi. Et je pense que c’est une attirance homosexuelle tout simplement parce qu’elle aussi est une fille !!! Je crois que je ne comprends pas très bien votre question scratch .

Fanny demande:Cette expérience est –elle nouvelle pour vous, ou bien connaissez-vous cette attirance de longue date ? À vous lire, il semblerait que ce soit nouveau… Il serait précieux que nous sachions comment vous avez rencontré cette femme, si vous la connaissez depuis longtemps, et qui de vous deux a proposé une relation amoureuse et sexuelle, cela nous éclairera beaucoup.

Il me semble que l’amour que nous ressentons au cours de notre vie, envers diverses personnes, ne peut pas tout justifier : De quel qualité d’amour parle-t-on ? D’un amour humain qui est plaisir et facilité, ou bien de l’amour selon le Christ qui est un chemin de vérité et de vie ? Si la Bible nous met en garde contre les chemins de perversion, qui nous perdent, c’est pour que nous puissions choisir celui qui mène à la Vie, au Christ :

PtiCoeur a écrit:Je vous avouerais que l’amour c’est quelque chose un peu flou pour moi. Je n’arrive pas trop à le comprendre. Je ne sais pas au catéchisme je me rappelle de cette phrase de la dame qui nous faisait cours. « Dieu est votre père, il vous aime comme votre famille vous aime. » Et cette phrase m’a énormément perturbée. A cette époque je pensais que tous les enfants vivaient la même chose que moi. Je pensais que les « excès » de mon père était normaux, que c’était comme ça que l’on montré son amour, en élevant ces enfants pour qu’ils suivent le bon chemin et que si ils ne se dirigeaient pas vers la bonne route. Il fallait les remettre sur la bonne voix. Et je pensais que les « moyens » que mon père utilisait était les seules qu’il existait pour faire cela. Alors, je me disais plus mon père me corrige, plus mon père m’aime car il ne veut pas que je m’égare sur le mauvais chemin.

Mais devenue adolescence j’ai pris conscience que ce n’était pas vrai que les autres ne subissaient pas la même chose. J’ai compris que les coups ce n’était pas l’amour. Alors je me suis demandé ce que c’était et c’est là que j’ai su que je ne savais pas. Et si je ne savais pas alors que tout le monde sait ce que c’est, alors cela veut dire que je n’ai pas d’amour en moi. Et comme Dieu est amour, alors Dieu n’est pas avec moi, alors si Dieu n’est pas avec moi, c’est le diable qui est avec moi. Voilà comment j’ai tourné le dos à Dieu.

Et maintenant que je sais que Dieu ne m’avais pas quitté. J’ai toujours du mal avec l’amour à savoir ce que sait vraiment. Savoir différencier l’amour d’une mère à son enfant, d’un homme pour une femme. Dans mon esprit, j’ai un peu l’impression que la seule différence entre ces deux amours est que l’un est pour voir s’épanouir l’enfant et que l’autre est pour créer l’enfant.

Enfin je ne sais pas, je ne comprends pas ce qu’est l’amour. Ce que je sais par contre c’est que je suis bien avec cette fille, que je me sens en sécurité que rien ne peut m’arriver, et puis surtout je veux que rien ne lui arrive, j’ai peur pour elle qu’elle rencontre quelqu’un de méchant. Je veux la protéger lui apporter du bonheur comme elle, elle m’en apporte.

La Parole de Dieu dit:<< "Entrez par la porte étroite. Large, en effet, et spacieux est le chemin qui mène à la perdition, et il en est beaucoup qui s'y engagent ;mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie, et il en est peu qui le trouvent. » Mt 7, 13-14

Fanny écrit:Vous voyez, le Seigneur nous dit de ne pas opter pour la facilité, ni de nous laisser tenter par ce qui nous séduit. Porter sa croix est difficile, mais avec et grâce à Jésus, le « fardeau est léger », Il l’a porté pour nous dans un si grand Amour de compassion… !!

PtiCoeur a écrit:Je comprends cela cependant je ne sais pas si le chemin que je prends est la voix de la facilité ou le chemin étroit. L'homosexualité 67774

Fanny répond:Si Dieu a voulu qu’un homme et une femme forment un couple et soient unis par un même amour, chère PtiCoeur, c’est pour que nous apprenions à vivre avec un être qui est différent de nous, et en même temps complémentaire. Pour que la vie jaillisse de l’amour ainsi fondé sur l’union de deux êtres. Dans le terme « homosexuel », « homo » signifie « semblable » ; nous rejetons alors la différence et la complémentarité voulues et bénies par Dieu ; en somme, c’est une forme de narcissisme. Et quand une personne homosexuelle nous taxe d’intolérance, nous pourrions lui répondre que c’est elle qui est d’abord intolérante, en rejetant l’hétérosexualité.

PtiCoeur a écrit:Vous croyez que si je suis avec elle c’est parce que je veux être avec quelqu’un de comme moi ? Peut-être je ne sais pas, mais ce que je sais c’est que quand j’étais avec mon copain je n’étais pas heureuse comme je le suis avec elle, et que au final j’étais encore plus égoïste avec lui car je ne ressentais rien pour lui. Embarassed

Revenir en haut Aller en bas
Fanny
Admin
Fanny

Féminin Nombre de messages : 2965
Age : 73
Réputation : 20
Date d'inscription : 11/05/2007

L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeVen 24 Aoû - 16:27


Fanny écrit:Bonsoir, chère PtiCoeur,
Je vous remercie d’avoir répondu le mieux possible à nos interrogations, et je vous prie de me pardonner d’en avoir soulevées autant à la fois. Je pense qu’il sera désormais préférable d’aborder les éléments de votre vie l’un après l’autre ; ce qui me permettra par ailleurs de vous répondre plus vite.
Je compatis pleinement aux épreuves de votre vie d’enfance et d’adolescence, elles marquent notre être durablement. Il est certain que notre Seigneur « doux et humble de cœur » ne connaît pas la violence ni la domination ; ni de supériorité sur quiconque. Votre père a sans doute vécu une enfance difficile – nous ne savons pas toujours ce qu’a été l’enfance de nos parents… -, et il en aura été perturbé au point de peut-être reproduire ce qu’il a dû subir. Je crois que comprendre les êtres évite de les rejeter et de les haïr.Mais permettez-moi de reprendre d’abord l’une de vos réponses que je comprends mal :

PtiCoeur a écrit : Oui, j’aime ce que je fais. Je suis complètement plongée dans mon travail. Et justement c’est disons l’endroit où j’essaie le plus de faire le bien et de calmer les esprits rebelles pour les emmener (sans leur dire car ils sont AT) sur le chemin de Dieu. En faite, étant en aprentissage je suis entre deux niveaux, il y a mes collègues hiérarchiques qui me voit comme leur égale faisant une école d’ingé. pour être comme eux. Et il y a mes collègues techniciens qui me voient comme eux car j’ai fait un IUT et que je ne suis pas encore cadre. Aussi, dans mon travail, j’essaie de calmer les esprits et les tensions qu’il peut y avoir entre la hiérarchie et les techniciens. Outre cela, je gère différent projet technique et j’aime vraiment cela. Ces projets, s’est quelque chose que je contrôle seule et où s’il y a un problème ce ne peut être que de ma faute et donc à moi seule de le régler sans avoir de conséquence sur les autres.

Fanny écrit:Si je vois juste, vous ne faites pas encore pleinement partie des personnes dites « actives », vous effectuez un stage afin de pouvoir vous familiariser avec le monde du travail ; ce stage fait partie intégrante de vos études ?
Est-il possible de connaître le métier auquel vous vous destinez ? Le monde scientifique est vaste; Je vous donne un exemple : L’un de mes fils a fait un I.U.T. (Institut Universitaire de Technologie) en informatique ; au bout de deux ans de ces études spécialisées, il a été embauché dans une entreprise qui fabriquait principalement des logiciels. Actuellement, il travaille en association avec un collègue, ils font « tourner » leur propre société. Merci.

Concernant la messe, il me semble que si vous conduisez, vous pourriez vous y rendre à des horaires qui vous conviennent, même en semaine. Qu’en pensez-vous ? La messe est plus que nécessaire : Elle est vitale. Si vous en aviez été privée comme je l’ai été une bonne partie de ma vie, vous comprendriez combien elle est le tout de notre vie, combien elle seule peut nourrir les êtres affamés que nous sommes…

Encore merci pour vos éclaircissements. Une dernière question : Avez-vous le réel désir de sortir de ce qui vous apparaît comme une impasse ? Si oui, notre ami « coeurtendre » vous aidera à réfléchir sur les valeurs de l’Évangile.

A bientôt. En toute amitié, dans le Christ. sunny Je mets une demande de prière sur le forum concerné.
Fanny


Revenir en haut Aller en bas
PtiCoeur
Invité



L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeLun 27 Aoû - 5:55


PtiCoeur écrit:Bonsoir, chère Fanny,
Merci pour votre lecture et votre réponse, je vais à présent essayé d'être plus concise dans mes réponses. sunny
PtiCoeur écrit:Je vous remercie d’avoir répondu le mieux possible à nos interrogations, et je vous prie de me pardonner d’en avoir soulevées autant à la fois.

Fanny répond:Je n'ai rien à vous pardonner au contraire. Car je pense que pour comprendre et m'aider à comprendre la parole de Dieu, il fallait déjà que vous puissiez comprendre pourquoi j'ai du mal à présent à comprendre la parole de Dieu. Il fallait donc que vous puissiez comprendre pourquoi à une pèriode de ma vie j'avais tourné le dos à Dieu. (ça fait beaucoup de comprendre en peux de phrase désolé L'homosexualité 208387 )
Je compatis pleinement aux épreuves de votre vie d’enfance et d’adolescence, elles marquent notre être durablement. Il est certain que notre Seigneur « doux et humble de cœur » ne connaît pas la violence ni la domination ; ni de supériorité sur quiconque. Votre père a sans doute vécu une enfance difficile – nous ne savons pas toujours ce qu’a été l’enfance de nos parents… -, et il en aura été perturbé au point de peut-être reproduire ce qu’il a dû subir. Je crois que comprendre les êtres évite de les rejeter et de les haïr.

PtiCoeur écrit:Je ne hais pas mon père pour ce qu'il a fait, je pense qu'il ne se rend pas compte du mal apporté car il pensait faire le bien (je pense). Il n'a jamais était méchant pour être méchant. C'est seulement ça façon à lui de m'élever et de me "montrer" que ce que je faisais était mal. Et puis Dieu pardonne alors je veux et je dois pardonner.

Fanny répond:Si je vois juste, vous ne faites pas encore pleinement partie des personnes dites « actives », vous effectuez un stage afin de pouvoir vous familiariser avec le monde du travail ; ce stage fait partie intégrante de vos études ?

PtiCoeur écrit:En fait, je ne suis pas en stage mais en alternance et plus exactement dans ma dernière année d’alternance. Donc je suis 3 semaines dans mon entreprise et 1 semaine à l’école. Mon entreprise se trouve dans le secteur de l’automobile et nous nous occupons principalement de la décoration de tableau de bord. Je gère et coordonne des projets de recherche et développement (et processus de production). La raison pour laquelle je ne vais que rarement à la messe est que je fais beaucoup de déplacement à l’étranger. Et comme je ne suis pas situé à Paris. En général je pars le samedi soir pour Paris et le dimanche dans la matinée je rejoins mes collègues puis nous prenons l’avion. Ainsi nous pouvons être présents pour les réunions avec clients ou fournisseur le lundi matin à la première heure de travail.
Ainsi, en général je vais à l’église la semaine (le samedi soir car je profite de ces week-end pour dormir) où je suis en cours (n’ayant pas de déplacement à effectuer) et les week-end ou je n’ai pas de déplacement.

Fanny répond:Est-il possible de connaître le métier auquel vous vous destinez ? Le monde scientifique est vaste; Je vous donne un exemple : L’un de mes fils a fait un I.U.T. (Institut Universitaire de Technologie) en informatique ; au bout de deux ans de ces études spécialisées, il a été embauché dans une entreprise qui fabriquait principalement des logiciels. Actuellement, il travaille en association avec un collègue, ils font « tourner » leur propre société. Merci.

PtiCoeur écrit:Pour que vous puissiez comprendre ce que je fais et ce je souhaite faire plus tard, je vais récapituler mon parcours. J’ai fait un IUT mesures physiques spécialité matériaux. A présent, je fais une école d’ingénieur spécialité matériaux. Et je souhaiterais à la fin de cette année d’étude avoir un poste dans une entreprise qui travaille sur les polymères et je me concentrer sur un poste de recherche et développement et surtout de coordination d’équipe ( ce que je préfère).

Fanny répond:Concernant la messe, il me semble que si vous conduisez, vous pourriez vous y rendre à des horaires qui vous conviennent, même en semaine. Qu’en pensez-vous ? La messe est plus que nécessaire : Elle est vitale. Si vous en aviez été privée comme je l’ai été une bonne partie de ma vie, vous comprendriez combien elle est le tout de notre vie, combien elle seule peut nourrir les êtres affamés que nous sommes…

PtiCoeur écrit:Il est vraie que je pourrais peut être m’organiser pour y aller en semaine, il faudrait que je regarde si mon église fait d’autre messe du soir que le samedi. Je regarderais le week-end prochain car je vais m’y rendre (période école). Smile

Fanny répond:Encore merci pour vos éclaircissements. Une dernière question : Avez-vous le réel désir de sortir de ce qui vous apparaît comme une impasse ? Si oui, notre ami « coeurtendre » vous aidera à réfléchir sur les valeurs de l’Évangile.

PtiCoeur écrit:Oui, j’aimerai réellement sortir de cette impasse car je n’arrive plus à identifier le bien du mal, je n’arrive plus à savoir si Dieu approuve ou désapprouve mon comportement. J’essaye d’ouvrir mon cœur à ses paroles mais je me rends compte que seul je n’y arrive plus. Alors oui de tout cœur j’apprécierai vraiment pourvoir comprendre les valeurs de l’Evangile. Et enfin savoir si je dois continuer à avancer vers l’amour que j’ai pour cette fille (car Dieu ai et est pour l’amour) ou si mon esprit est corrompus et que je me perds dans une nouvelle épreuve (en justifiant cette amour par l’amour Dieu alors qu’au final ce n’est pas). Enfin comme vous pouvez le voir je ne sais pas et surtout je ne comprends plus.

Au final, je souhaite sincèrement vous remercier pour tout ce que vous faite pour moi:pour votre lecture du roman que j’ai écrit la dernière fois. Veuillez d'ailleur m’excuser, en l’écrivant je n’ai pas pris conscience de la taille de ce que j’écrivais L'homosexualité 263180 .
-Pour vos réponses, et vos questions.
- pour vos prières
- pour ce forum.

MERCI L'homosexualité 748812 , et en toute amitié à bientôt.
PtiCoeur


Revenir en haut Aller en bas
Fanny
Admin
Fanny

Féminin Nombre de messages : 2965
Age : 73
Réputation : 20
Date d'inscription : 11/05/2007

L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeLun 27 Aoû - 10:22

sunny Fanny répond:Merci infiniment pour toutes les précisions que vous avez bien voulu apporter à vos réponses, chère PtiCoeur ; elles sont précieuses pour notre discernement, même si cela n’apparaît pas (évident) pour tout le monde… Nous sommes heureux de vous lire et de voir que vous persévérez courageusement dans la quête de Dieu qui est Vérité. J’aimerais aborder deux points qui me semblent importants, si vous le permettez. Le premier concerne une interrogation que vous dites avoir mal comprise :

PtiCoeur a écrit:Cette personne à 6 ans de plus que moi. Et je pense que c’est une attirance homosexuelle tout simplement parce qu’elle aussi est une fille !!! Je crois que je ne comprends pas très bien votre question.

Fanny :Chère PtiCoeur, je vais vous donner un exemple. Durant mon adolescence (jusqu’à l’âge de 19 ans), j’ai côtoyé des jeunes filles à longueur de journée ; et pour cause : huit années de collège et lycée (j’ai redoublé une troisième à cause des maths), cela représente beaucoup d’heures ! En effet, l’établissement que je fréquentais – quoique laïc - était réservé exclusivement aux jeunes filles ; de très rares messieurs assuraient les travaux du moment : le factotum (homme à tout faire) et le service de la cantine ; mais les professeurs étaient des femmes (tout comme la directrice).

Je ne me prononcerai pas sur l’avantage ou l’inconvénient d’un tel choix sélectif ; tout en faisant remarquer que les jeunes filles que nous étions avaient la possibilité de rencontrer des jeunes gens hors de leur établissement, et de converser avec eux. Seulement voilà, ce côtoiement favorisait sans doute les amitiés féminines, qui, à un âge où la vie sexuelle s’affirme et se définit, pouvaient troubler les esprits en prenant une tournure amoureuse ; je vous le confie parce que je l’ai éprouvé. Je veux dire par là qu’un attachement fort, avec affinités, n’est pas forcément synonyme d’amour – à moins que l’on comprenne ce terme au sens évangélique d’amour fraternel.
Il me semble que l’homosexualité inclut grandement la dimension d’une attirance pour le même sexe ; ce qui n’est pas facile à discerner.
Par ailleurs, en parlant de Jésus, vous dites :


PtiCoeur a écrit : J’aimerais tellement être aussi forte et pouvoir suivre son exemple, mais je ne sais pas comment faire, je n’arrive plus à déterminer le bien du mal j’ai tellement vue le bien dans le mal qu’à présent je ne sais plus trop ce qui est bien de mal. C’est pour ça que je suis venue vers vous pour m’aider à prendre le bon chemin et ne pas me laisser fourvoyer dans le mal. Pour parvenir à discerné clairement ce qui est bien et ce qui est mal.

Fanny:Nous ne pouvons Le suivre sur ce même chemin qu’avec Lui, par Lui : En nous abandonnant à Sa Divine Miséricorde, en nous confiant totalement à elle, comme nous y invite la neuvaine placée à votre intention sur le forum de prière. Nous sommes pauvres et impuissants, nos « faibles forces » n’y suffisent pas : Lui seul peut nous sortir de nos égarements, parce qu’Il a combattu pour nous à l’heure ultime de la tentation – au jardin des Oliviers ! À travers Lui, qui est le Chemin, la Passion ouvre sur la Résurrection.

Vous savez, qu’il s’agisse d’une attirance ou d’une autre, - il s’agit toujours de combattre une tentation ; la joie que nous ressentons n’est pas un indice sûr. Jésus aurait pu manifester plus d’une fois sa Gloire et repousser l’épreuve et la souffrance, quand le Diable Le tentait au désert ; ou quand la coupe si amère de Sa Passion et de Sa Crucifixion s’est présentée à Lui. Il n’a pas reculé, Il a bu ! Par un indicible Amour pour nous ; ferons-nous de même par amour pour Lui ?

Coeurtendre propose de vous accompagner sur ce chemin escarpé ; il a aidé, dans sa vie, des personnes dont l'orientation était homosexuelle ; certaines ont écouté la voix de Dieu - sa Parole qui passait par le coeur de notre ami -, d'autres ont suivi leur chemin sans suivre le Christ ; c'était leur liberté. Merci de me faire savoir si vous acceptez cette offre d'accompagnement. Coeurtendre se propose de vous répondre à l'aide d'un récit anecdotique vécu, et de réflexions qui sont le fruit d'années d'expérience "sur le terrain". Merci!

Une dernière chose, il serait important pour nous de comprendre si vous vivez une vie conjugale avec votre amie, ou si vous hésitez à franchir le pas ; pardonnez ma question très directe, mais vous savez très bien que nous ne jugeons personne sur ce site, nous aimons tout un chacun tel qu'il est, nous vous aimons. Merci de tout coeur pour votre franchise.
Affectueux encouragement et union de prière,
Fanny

Revenir en haut Aller en bas
PtiCoeur
Invité



L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeMar 28 Aoû - 6:22


PtiCoeur a écrit :Chère Fanny,
Merci pour votre réponse et vos conseilles ainsi que la neuvaine au cœur mérisécordieux de Jésus. Vos conseils et observations m'aident à mieux comprendre mais m'apportent aussi de nouvelles questions dans la recherche de la voix en particulier quand vous dites :

Fanny répond:Je veux dire par là qu’un attachement fort, avec affinités, n’est pas forcément synonyme d’amour – à moins que l’on comprenne ce terme au sens évangélique d’amour fraternel.
Il me semble que l’homosexualité inclut grandement la dimension d’une attirance pour le même sexe ; ce qui n’est pas facile à discerner.

PtiCoeur a écrit :Je ne sais pas si ce que j'éprouve est de l'amour ou autre chose. En fait, je ne sais pas grand-chose sur les sentiments en général et en particulier les mien. Je ne sais montrer qu'un seule sentiment la joie et la bonne humeur. En fait, j'ai toujours appris depuis mon plus jeune âge à cacher mes sentiments, le problème c'est que je le fais tellement bien qu'à présent je me les cache également à moi-même. La seule chose que je sais c'est que avec cette fille je suis réellement moi. Je ne sais pas si c'est très claire alors je vais vous donner l'exemple qui a changer beaucoup de chose. Avant, lorsque j'étais triste, et bien j'avais le sourire et je faisais toujours une petite blague, ect (en bref je ne montrer pas que j'étais triste. ça doit vous paraitre complètement idiot ou fou de ma part mais je ne parvenais pas à montrer autre chose, je ne parvenais pas à être "humaine" avec des sentiments).
Et puis j'ai rencontré cette fille et un jour où j'étais triste et bien il s’est passé quelque chose de complètement nouveau pour moi j'ai pleuré devant elle(ça doit vous sembler un peu idiot, mais je ne me rappeler plus ce que sa faisait de pleurer). Et puis au fur et à mesure, je me suis rendu compte que quand j'étais seule avec elle j'arrivais à être moi et à exprimer des sentiments, des choses autres que ce masque de joie. Je me suis mis à revivre (ça doit vous sembler aberrent de dire cela, mais ce fameux jours où j'ai pleuré une bulle à éclater dans ma poitrine et je me suis sentit vivante, humaine. Et depuis que je suis avec elle, je me sens en vie. Alors je ne sais pas si c'est de l'amour ou de l'attirance ou autre chose. Vous pensez que c'est quoi? Je ne sais pas vraiment ce qu'est l'amour et si c'est ce que j'éprouve ou autre chose, je n'arrive pas à savoir ce que c'est (comme d'ailleurs un certain nombre d'autres sentiments).

Fanny répond:Nous ne pouvons Le suivre sur ce même chemin qu’avec Lui, par Lui : En nous abandonnant à Sa Divine Miséricorde, en nous confiant totalement à elle, comme nous y invite la neuvaine placée à votre intention sur le forum de prière.

PtiCoeur a écrit :J'ai confiance en autre Seigneur, cependant je n'ai pas confiance en moi et je ne sais pas si mes choix vont dans le sens de Dieu ou pas. Si les chemins que j'emprunte sont ceux que m'indique notre Seigneur et Père ou si je suis celui du péché, du Diable.

Fanny répond:Vous savez, qu’il s’agisse d’une attirance ou d’une autre, - il s’agit toujours de combattre une tentation ; la joie que nous ressentons n’est pas un indice sûr.Mais alors quel indice suivre? Comment savoir quel sont les indices que nous tends Dieu pour suivre le bon chemin, la bonne lumière ?? L'homosexualité 655337 Coeurtendre propose de vous accompagner sur ce chemin escarpé ; il a aidé, dans sa vie, des personnes dont l'orientation était homosexuelle ; certaines ont écouté la voix de Dieu - sa Parole qui passait par le coeur de notre ami -, d'autres ont suivi leur chemin sans suivre le Christ ; c'était leur liberté.Merci de me faire savoir si vous acceptez cette offre d'accompagnement. Coeurtendre se propose de vous répondre à l'aide d'un récit anecdotique vécu, et de réflexions qui sont le fruit d'années d'expérience "sur le terrain". Merci!

PtiCoeur a écrit :Je serais plus qu'enchanter d'avoir l'aide de Coeurtendre pour suivre le chemin qui mène à Dieu, au Christ. J'accepte avec joie cette main tendue, qui ne pourra que m'aider à faire les bon choix. Je vous remercie vous et Coeurtendre pour vos mains tendues dans la recherche de la voix. Ainsi, que toutes les personnes qui m'accompagne dans la prière.

Fanny répond:Une dernière chose, il serait important pour nous de comprendre si vous vivez une vie conjugale avec votre amie, ou si vous hésitez à franchir le pas ; pardonnez ma question très directe, mais vous savez très bien que nous ne jugeons personne sur ce site, nous aimons tout un chacun tel qu'il est, nous vous aimons. Merci de tout coeur pour votre franchise.

PtiCoeur a écrit :Cette réponse m'est difficile à donner car je pense m'être fourvoyée en le faisant. Pour répondre clairement, oui j'ai eu une vie conjugale avec elle pendant 2 ans. Mais à présent cela n'est plus le cas. Pour vous expliquer, je vais reprendre ce que j'avais dit dans un précédent message. Après la colo où je l'ai rencontrée je pensais que cela se finirait. Cependant ce ne fut le cas, comme je le disais j'ai déménagé en province pour mes études, je commençais une toute nouvelle vie loin de ce qui me faisait souffrir, c'était un nouveau départ pour moi. Cette fille quant à elle venait de finir ces études et cherchait un emploie. Elle a donc décidé de le chercher là où je faisais mes études. Financièrement, je ne pouvais pas habiter seule (et je vous avouerai que vivre seule me fait peur car mes souvenirs ont tendance à prendre le dessus lorsque je suis seule L'homosexualité 174580 ), elle m'a donc proposé de me mettre en "colocation" avec elle. J'ai acceptée : d'une part car je ne voulais lui faire du mal en lui disant "nan, je ne veux pas de toi" (je ne supporte pas faire souffrir les gens et je savais que de lui dire nan serait une atroce souffrance pour elle qui m'aime à la folie comme elle le dit souvent) et d'autre part car je démarrais une nouvelle vie et à 2 c'est toujours plus simple que seule. Et puis n'ayant pas trouvé de travail la première année, je l'ai poussée à reprendre ces études pour passer le concours d'instite qu'elle vient d'avoir sur Paris. Par conséquent, cette année elle vient de déménager pour aller vivre à Paris pendant que moi je reste sur place pour finir ma dernière année d'étude.

Je vous remercie pour toutes ces réponses et ces encouragement que vous m'emmenez et qui m'apporte de nouvelles interrogations qui j'en suis sure m'eménerons si j'y trouve les bonnes réponses vers le chemin de Dieu et sa lumière. Je pense que grace à vous j'aurais plus de chance de faire les bons choix et surtout cette fois d'en être sure.

MERCI L'homosexualité 36271

PtiCoeur.

Revenir en haut Aller en bas
doucecolombe

doucecolombe

Féminin Nombre de messages : 21141
Age : 62
Réputation : 12
Date d'inscription : 07/05/2008

L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeMar 28 Aoû - 10:35


PtiCoeur a écrit : Bonjour à tous, Je ne sais pas si vous pourrez me répondre mais j'ai besoin de conseil ne sachant plus comment faire.Voila je suis une fille et j'aime une fille. Et dans mon grand malheur, elle aussi m'aime. Mais cela va à l'encontre de mes idées, de mes croyances. Dieu a fait Adam et Eves pas Eves et Eves ou Adam et Adam!! Je ne peux pas accepter un amour qui ne doit pas avoir d'avenir.

L'homosexualité Colombe-main

Michel au pseudo de coeurtendre répond : Bonjour PtiCoeur, bienvenue sur notre post anonyme où personne ne peut savoir qui est qui sans oublié que la personne qui écrit anonymement est respectée autant que les internautes qui sont inscrits. Ce post permet aux internautes anonymes d'exprimer leur souffrance et leur désespérance mais aussi leur joie d'être croyants, et de demander de l'aide sans être jugés. Nous n'avons pas réponse à tout mais nous essayons de vous guider vers d'autres sites catholiques quand nous ne trouvons pas de réponses à vos interrogations en parcourant notre forum.

Je ne connais pas votre expérience en relation d'aide, mais dans votre situation votre questionnement nous impose malgré nous de vous poser d'autres questions pour ne pas vous répondre n'importe quoi. Il n'y a pas de réponse magique dans une situation comme la vôtre. Dans votre deuxième message vous dites avoir 23 ans, alors pour moi vous êtes passée de jeune fille à jeune femme de 23 ans.

Je crois qu'il serait intéressant de nous écrire comment vous avez vécu votre vie d'enfance à partir du moment où la mémoire de votre coeur vous permet d'exprimer votre vie passée, si le coeur vous en dit. Mon questionnement est en lien avec ma capacité à mieux répondre à vos questions.Je suis certain qu'aimer une fille d'amour comme un garçon va aimer un garçon d'amour, que cela ne commence pas en un clin d'oeil. Il y a un élément déclencheur quelque part. Qu'entendez-vous par avoir de l'amour pour cette fille? Vous écrivez : "elle aussi elle m'aime", mais sans expliquer ce que vous entendez précisément par "elle aussi elle m'aime". Qui a fait la première déclaration? Qu'en pense PtiCoeur?


L'homosexualité Ow9azr3k

''Un peu de lumière avant d'aller plus loin.''

La réponse que je vais essayer de donner à vos interrogations, je la fais comme croyant qui croit en l'Évangile (Ancien Nouveau Testament) mais aussi en Notre Église qui a reçu pour mandat de proclamer cette Bonne Nouvelle de la Parole de Dieu à toutes les femmes et tous les hommes du monde entier.

Le post ''coeurtendre blogue avec l'invité'' est vraiment un espace libre pour tout exprimer, mais nos réponses ne seront pas en dehors des valeurs auxquelles nous croyons et qui nous ont permis de faire plusieurs plongeons au coeur du catholicisme ; nos références sont la Parole de Dieu et les sources du Vatican, deux points de repère de notre site écoute partage la Parole avec ton coeur.


L'homosexualité Questions

''Suite à vos interrogations''

Si vous repassez votre vie d'enfance jusqu'à l'élément déclencheur qui vous a permis d'écrire ''j'aime une fille'', j'attire votre attention sur le fait que l'expression aimer une fille ne veut pas nécessairement dire avoir une relation sexuelle avec une fille. Il faudrait bien commencer par expliquer l'expression aimer une fille.

''Je me souviens''

Je me souviens quand je fréquentais l'école entre 12 >>14 ans >>, si un garçon entendait une fille lui dire "je t'aime", déjà dans son esprit il disait à ses compagnons ou à ses compagnes que sûrement si cette fille lui avait dit qu'elle l'aimait c'est qu'elle voulait coucher avec lui. Encore aujourd'hui plus que jamais le mot aimer n'a pas toujours le même sens pour tout le monde.

Alors expliquez-moi si possible cette expression (''j'aime une fille'') pour faire un peu de lumière sur cette expression qui interroge, même si après avoir écrit (''j'aime une fille'') vous faite suite en écrivant ceci : Mais cela va à l'encontre de mes idées, de mes croyances. Dieu a fait Adam et Eves pas Eves et Eves ou Adam et Adam!!Je ne peux pas accepeter un amour qui ne doit pas avoir d'avenir.

Michel réagit:En vous lisant à plusieurs reprises je me demandais si vous aviez l'occasion de partager votre expérience avec votre famille ou certain(es) de vos amis(es)?

''Voici un exemple qui éclaire mon raisonnement concernant votre expression ("J'aime une fille'') :
Si vous mettez dans votre navigateur l'expression j'aime une fille, il vous donnera 8 possibilités de recherche qui interrogent beaucoup ; les voici ci-dessous :

''Le navigateur Goggle donne ceci''
J'aime une fille...
26 800 000 résultats,


j'aime une fille mais comment lui dire...
1 030 000 résultats,

j'aime une fille et je suis une fille...
18 700 000 résultats,

j'aime une fille que je ne connais pas...
13 800 000 résultats,

j'aime une fille mais elle a un copain...
1 680 000 résultats,

j'aime une fille mais elle ne m'aime pas...
1 050 000 résultats,

j'aime une fille mais elle est en couple...
2 310 000 résultats,

j'aime une fille moche...
2 090 000 résultats,

j'aime une fille comment lui dire...
10 700 000 résultats.

Vous savez le mot aimer, on peut bien lui donner plusieurs sens qui ne lui appartiennent pas et qui proviennent de notre propre liberté.


Dans l'une de ses citations Saint-Augustin dit : ''Aime et fais ce que tu veux''. Dans le >>''Aime et fais ce que tu veux'' de Saint Augustin, je suis certain que cette citation a pour point de départ une conversion de chacun de nos coeurs ressentant un appel : "Viens, et suis-moi", pour apprendre à plonger notre coeur dans le Coeur de Dieu.

C'est à partir de ce plongeon dans un coeur à Coeur avec Dieu au coeur de Sa Parole qu'il est possible d'aimer selon le Coeur de Dieu tout en aimant et en faisant ce que l'on veut ; non pas comme on le veut, mais selon le doux plaisir de Dieu qui nous donne les dons qui correspond à Sa Volonté ; si tel est notre désir d'accomplir Sa Sainte Volonté durant notre pèlerinage terrestre en répondant à son appel.

''Le plan de Dieu chemin de Dieu avec Dieu,
''ou notre choix libre sans Dieu''
ma liberté selon mes plans où
c'est moi qui choisis mes chemins sans Dieu.
''Lui Dieu'',
respectera toujours notre liberté, comme dans la
parabole de l'Enfant Prodigue, Lc 15,11-32,''
ou encore celle du
jeune homme riche, Marc 10/17.''

En cliquant sur le lien le jeune homme riche ci-dessus, je me demande comment s'est passée votre première rencontre avec le Seigneur dans votre vie? Est-ce que cette rencontre a eu lieu ou est-ce que PtiCoeur est en attente de cette rencontre?

Si on choisit le chemin selon le plan de Dieu sur notre vie, Dieu nous guidera, mais si notre choix est le nôtre, Dieu ne s'imposera pas dans notre vie comme Guide.


''Pour conduire une auto''

Pour conduire une auto il faut embarquer dans l'auto mais ce n'est pas l'auto qui nous conduit, c'est nous qui conduisons l'auto. Dans notre vie avec Dieu c'est le contraire, c'est Lui qui conduit si on Le laisse conduire librement en toute confiance. Avant de conduire notre vie, Dieu attend qu'on Le laisse embarquer en toute liberté dans notre PtiCoeur, de la même façon que l'on embarque librement dans notre auto.

L'homosexualité 61717016


PtiCoeur poursuit : Mais cela va à l'encontre de mes idées, de mes croyances. Dieu a fait Adam et Eves pas Eves et Eves ou Adam et Adam!! Je ne peux pas accepter un amour qui ne doit pas avoir d'avenir.

''Vous me direz sûrement que c'est beaucoup de PtiCoeurs''

Michel répond : Chère PtiCoeur, vous savez dans la vie, il y a le grand combat de la vie pour ''La Vie'', qui selon ma propre expérience est inévitable ; mais pour combattre il faut nous faire proches de Quelqu'un (Dieu) qui est plus grand que notre PtiCoeur car c'est par le PtiCoeur qu'il nous faut combattre avec Lui et par Lui, notre parcours finissant en Lui.

C'est en ouvrant notre ''(PtiCoeur au Grand Coeur de l'Amour)'' de Celui qui est Créateur de nos PtiCoeurs)'' car en toute liberté son Grand Coeur nous propose de Se fondre dans chacun de nos PtiCoeurs, où c'est le Grand Coeur qui combat en passant par nos PtiCoeurs. Vous me direz sûrement que c'est beaucoup de PtiCoeurs, mais ne soyez pas surprise, parce que le coeur humain est le seul moyen de transport de Dieu ; oui Dieu quand il fait le tour du monde, Il voyage de (coeur coeur) si on Le laisse embarquer dans notre vie, pour nous faire descendre au Paradis de Son Amour Infini.


L'homosexualité Saint-esprit-1

PtiCoeur a écrit : Mais malgré cela mon esprit n'arrive pas à contrôler mon coeur. Et je ne peux m'empécher de penser à elle. Je prie fort pour que cela cesse mais je n'y parvient pas. Mon amour pour Dieu serait-il trop faible? Dieu m'a-t-il abandonner? Qu'ais-je fait pour être comme ça?

Michel explique à PtiCoeur : Ne contrôlez pas votre coeur, laissez le contrôle à Celui qui en est l'Artiste Créateur, car il connaît tout de nous. Dieu met toujours sur notre route les personnes qu'Il a créées, pour nous permettre de nous recréer en Lui, avec Lui et par Lui. Je crois qu'il serait plus sage que vous consultiez un prêtre qui a le charisme de l'accompagnement dans des situations difficiles comme celle que vous vivez au moment présent.Dans votre situation je crois qu'il faudrait savoir faire la différence entre une confession dans un confessionnal à un prêtre et un accompagnement spirituel par un prêtre en dehors d'une confession. Très souvent dans une confession le temps du prêtre est limité parce qu'il doit célébrer l'Eucharistie à une heure précise. Je pense qu'il faut savoir faire la différence entre une confession et une relation d'aide.


Dernière édition par doucecolombe le Lun 2 Avr - 4:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
doucecolombe

doucecolombe

Féminin Nombre de messages : 21141
Age : 62
Réputation : 12
Date d'inscription : 07/05/2008

L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeMar 28 Aoû - 10:37

L'homosexualité 3084683739_1_3_y6zspRIX

PtiCoeur a écrit : Je sais plus quoi faire, je suis complètement perdue entre ce que mon coeur m'envoie : l'amour que j'ai pour Dieu et l'amour que j'ai pour cette fille. Comment es-ce possible d'éprouver des choses qui vont à l'encontre de ces idées les plus profondes.J'aime Dieu au plus profond de moi et pourtant j'aime aussi cette fille.

L'homosexualité Orientation.1180949047


Michel répond : Dieu permet que vous ne sachiez plus quoi faire, justement pour vous conduire vers une personne qu'Il mettra sur votre route. Comme vous vivez dans une situation de désorientation dans votre vie affective et sexuelle, il est très important de prendre le temps de choisir une personne qui saura vous accompagner pastoralement<> correctement en passant par le chemin de la prière et de la confiance en Dieu.

''Un petit récit pour PtiCoeur de ma première rencontre avec un homme homosexuel, alors que je ne connaissais même pas la définition de ce mot, mais j'aimais la prière et j'y croyais fortement''

L'homosexualité Arton205

''1 Suite 2 récit anecdotique sujet homosexualité''

Pendant quelques années j'ai accompagné et gardé deux hommes qui tous les deux avaient le même prénom que moi, Michel.

Une bonne soirée, le frère de l'un des deux Michel, Pierre, m'invita à participer à une réunion de prière. Sur le chemin du retour vers 10 heures pm, il arrêta le moteur de son auto et il me posa une question qui me mit un peu et même beaucoup dans l'embarras. Il me demanda si j'étais pour ou contre l'homosexualité ; je ne savais pas ce que voulait dire ce long mot, en plus de ne pas savoir qu'il existait des citations bibliques concernant le sujet de l'homosexualité. J'avais déjà entendu des personnes prononcer le mot sexualité mais ce qui m'embêtait le plus c'était le mot homo rattaché au mot sexualité.

Pour moi le mot sexe exprimait la peur de mouiller son lit, car feu mon pauvre père exigeait trop vite l'apprentissage de la propreté chez un enfant, au point de mettre sa vie en danger. Je n'étais pas gêné par sa question, mais je n'en comprenais pas le sens à cause de ce grand silence imposé par tant de souffrance dans ma vie d'enfance, qui aurait pu détruire toute ma vie d'adulte.

Personnellement chez moi, je n'ai jamais entendu parler de sexualité dans ma famille, puisque nous n'avions pas droit de parole. Je peux dire que ma rencontre avec Dieu à 15 ans 1/2, m'avait donné la foi, mais je ne savais pas encore comment m'en servir pour servir. La seule chose que je savais faire, c'était écouter sans trop comprendre ce que j'entendais. Je me contentais d'écouter en regardant chaque personne et en branchant mon regard de compassion sur leur regard souffrant.

Comme Dieu S'est fait connaître à moi en me manifestant sa Joie qui a fait naître ma foi, j'étais heureux de faire pour les autres ce que Dieu avait fait pour moi. Mais j'étais loin de savoir où me conduirait cette forme d'écoute qui allait devenir ma nouvelle école de vie pour la vie, où j'apprendrais à écouter la vie des autres en donnant ma propre vie pour les chercheurs(ses) de vie que Dieu voudrait bien mettre sur ma route.

Pour en revenir à la question de Pierre, je peux dire que je m'en suis bien sorti, car dès que je me retrouvais avec un sujet où l'ignorance était au rendez-vous, je conduisais mon interlocuteur ou interlocutrice sur le chemin de la Parole de Dieu avec une forme de discernement qui n'était sûrement pas le mien, car mon manque de connaissance pour bien répondre à la question de Pierre ne pouvait pas me permettre de discerner.


L'homosexualité 2ubxmldk

''Suite 2 récit anecdotique sujet homosexualité''

J'ai dit à Pierre que je me sentais embarrassé par son questionnement et je lui ai offert de prier en demandant à Dieu de nous donner une réponse qui lui conviendrait mieux que ma réponse.

Nous avons prié et ensuite j'ai offert à Pierre d'ouvrir la Bible et de déposer son doigt sur le verset d'une citation biblique, et de me lire le verset qui serait la réponse de Dieu à son questionnement.

Il commença à lire en disant : Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme...

Pierre se figea, et moi je comprenais encore moins, mais les mots restèrent gravés dans ma mémoire et je me promis de lire et relire ce passage de Pierre qui plus tard est devenu le passage de Dieu, qui a tellement parlé à Pierre, qu'il a fait plusieurs retraites et pèlerinages pour demander sa guérison à Dieu.

Lors de ma dernière rencontre avec Pierre, il m'a confirmé sa guérison obtenue lors de son dernier pèlerinage à Medjugorje. J'ai perdu Pierre de vue ces dernières années, mais je ne pourrai jamais oublier cette expérience qui m'a fait autant de bien à moi qu'à Pierre.

C'est à partir de cette expérience non-recherchée que j'ai pris goût à la méditation profonde de la Parole de Dieu. Cette approche avec Pierre demeure inoubliable, elle restera gravée dans la mémoire de mon coeur et de mon esprit. C'est à partir de ce moment que je me suis mis à lire et méditer la Parole de Dieu en me servant d'un seul mot à la fois et en commençant par homosexuel.

J'étais tellement fasciné par cette nouvelle approche avec la Bible que je me suis procuré pas loin de 20 Bibles Tob ; je me servais de chaque Bible pour faire une recherche à partir d'un seul mot pour chaque Bible. J'ai abandonné cette forme de recherche depuis que j'ai internet.

Aujourd'hui je me rends compte que l'on essaie de donner un sens à la Parole de Dieu en fonction de la variété des situations dans lesquelles nous nous retrouvons, en essayant de nous convaincre par nous-mêmes que c'est l'Église et la Parole de Dieu qui devraient s'adapter à nos changements de vie moderne qui très souvent vont à l'encontre de l'enseignement de l'Évangile et de l'Église.

Je me souviens qu'un jour en début de soirée un internaute d'orientation homosexuelle m'a invité dans un restaurant pour une première rencontre, afin de partager son expérience sur son questionnement concernant certains changements qu'il attendait de l'Église et qui lui permettraient de vivre en couple avec un compagnon homosexuel.

Malheureusement, lui comme bien d'autres oublient très souvent que s'ils demandent à l'Église de s'adapter à leur choix de vie, il faudrait que l'Église prenne l'initiative de l'interdit en rééditant une nouvelle Bible moderne qui supprimerait les citations bibliques, pour permettre à tout(e) chrétien(ne) de vivre sa sexualité comme bon lui semble.

Dès le départ, un(e) vrai(e) chrétien(ne) qui est chrétien(ne) jusque dans le fond de son âme, sait qu'une telle demande à un prêtre, ou à un évêque, un Cardinal, ou au Pape, est irréaliste, irrecevable, pour ne pas écrire impossible.

Catholiquement et Bibliquement parlant, cette demande écrite aussi bien que verbale serait un non-sens, car c'est comme demander à l'Église de falsifier la Bible pour l'adapter au style de vie individuel de certains(es) chrétiens(nes), lesquels attendent de l'Église qu'elle rende possible et accessible ce qui est inaccessible et inchangeable à l'intérieur de la Parole de Dieu.

Demander à l'ensemble des évêques, des cardinaux et au Pape des accommodements rendant possible le mariage des personnes homosexuelles, c'est en faire aussi la demande à l'Église de Jésus-Christ. Pour celles et ceux qui ne le savent pas, demander à l'Église des changements pour rendre possible le mariage des personnes homosexuelles c'est en même temps demander qu'il y ait des modifications dans la Bible.

À supposer que l'Église accepterait de rendre possible le mariage des personnes homosexuelles, l'Église en rendant possible ce choix renierait l'enseignement de Son Fondateur Jésus-Christ.

Elle (l'Église) se retrouverait devant la Parole de Dieu dans la même situation que les personnes homosexuelles se retrouvent devant l'Église au moment présent. Je crois que trop souvent les personnes d'orientation homosexuelle oublient que les changements qu'elles souhaiteraient faire accepter par l'Église concernant la pratique de l'acte sexuel entre deux personnes du même sexe, obligeraient l'Église à modifier certains textes bibliques où elle s'opposerait au Christ Lui-même qui a dit :« N’allez pas croire que je sois venu pour
abolir la Loi ou les Prophètes ; je ne suis pas venu abolir mais accomplir. » (Mt 5,17)

Si certains aimeraient comprendre en profondeur cette Parole de Dieu, vous n'avez qu'à mettre la citation biblique ci-dessus dans votre navigateur d'internet explorer et elle vous conduira au (
Port Saint Nicolas) où vous cliquerez sur Port Saint Nicolas. Il est possible de comprendre cette citation biblique avec le père Yves Marie BLANCHARD - Professeur à la Faculté de Théologie de l’Institut Catholique de Paris et Directeur de l’Institut Supérieur d’Etudes Oecuméniques.

L'homosexualité Couple-cantiq-d-cant

Ci-dessous j'ai rassemblé quelques citations bibliques qui expliquent que la sexualité a été voulue par Dieu à l'intérieur du mariage d'un homme et d'une femme.
1
« Jouis de la femme de ta jeunesse, biche amoureuse et gracieuse gazelle. Que ses seins te comblent en tout temps. Enivre-toi toujours de son amour. Pourquoi t'enivrerais-tu, mon fils, d'une dévergondée et embrasserais-tu le sein d'une étrangère ? » (Livre des Proverbes ch.5 v.18-20)


2
« Si un homme est nouvellement marié, il ne partira pas à l'armée ; on ne viendra chez lui pour aucune affaire ; il sera exempté de tout pour être à la maison pendant un an et il fera la joie de la femme qu'il a épousée » (Deutéronome ch.24 v.5)


3
« Qu'il me baise des baisers de sa bouche, car ses caresses sont meilleures que du vin... que sa main gauche (de mon bien-aimé) soit sous ma tête et que sa droite m'embrasse (ou m'enlace, me caresse)... » (Cantique des cantiques)


4
« Ne vous refusez pas l'un à l'autre (mari et femme), sauf d'un commun accord et temporairement, afin de vous consacrer à la prière » (Première Épître de St Paul aux Corinthiens ch.7 v.5)

Michel développe davantage:Comme tout bon chrétien, moi Michel je pense que si Dieu avait voulu l'existence d'une union charnelle entre deux personnes du même sexe comme Il l'a voulue à l'intérieur du premier couple composé d'un homme et d'une femme, il nous aurait été possible de lire quelques passages bibliques de référence, comme ceux ci-dessus, qui nous auraient permis de comprendre que l'union de deux personnes du même sexe était voulue et désirée par Dieu.

Tout ceci pour expliquer que même en évitant de nous servir des citations bibliques qui désapprouvent sans ambiguïté la pratique de relations sexuelles entre deux personnes du même sexe, il serait possible d'expliquer clairement comme il est possible de le faire concernant les couples hétérosexuels en raison des citations bibliques existantes, que l'accouplement de deux personnes du même sexe n'a jamais été voulue ni encouragée et encore moins approuvée par Dieu.

Je pense qu'il est très important d'être réaliste dans notre approche et dans notre façon d'argumenter concernant les citations bibliques dans l'Ancien Testament comme dans le Nouveau, pour expliquer que la vie du couple (homme et femme) a été voulue par Dieu et ne peut être exclue pour être remplacée par un choix de vie à deux où le couple devient deux hommes ou deux femmes, où la complémentarité n'existe plus et n'a jamais fait partie du plan de Notre Créateur.

Il serait très intéressant que les couples d'orientation homosexuelle autant chez les hommes que chez les femmes nous expliquent sur quelle citation biblique ils s'appuient pour croire que leur orientation sexuelle est voulue et Bénie par Dieu?

Pour que la question donne une réponse aussi sérieuse que la question, il faudrait que la réponse soit en provenance des personnes d'orientation homosexuelle qui croient sérieusement en Dieu, et aussi en sa Parole et Son Église.


''Citation sur le mariage''

L'homosexualité Mariage%2Bd

''Citations bibliques sur le mariage''

L'homosexualité Mariage-par-C-Cyl

1

Avant que la chute intervienne, Dieu dit : "Il n'est pas bon que l'homme soit seul ; je lui ferai une aide qui lui corresponde" (Gn 2-18).
2
Dieu dit : "Il n'est pas bon que l'homme soit seul, je lui ferai une aide semblable à lui." Genèse, 2-18.
3
Il répondit : N’avez–vous pas lu que le créateur, au commencement, fit l’homme et la femme et qu’il dit : C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair ? (Genèse 2-24)
4
Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint. Matthieu, 19,4-
5
Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultères. (Hébreux, 13-4)
6
Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont devenus une seule chair. Matthieu, 19-5
7
Jésus dit : "Que l'homme ne sépare pas ce que Dieu a uni. Marc, 10-7" - Que l'homme donc ne détruise pas ce que Dieu a institué.


L'homosexualité 5j84zf61

PtiCoeur a écrit : Peut être avez-vous des réponses ? Peut être savait vous comment ne plus aimer!!!!! J'espère que vous pourrais m'indiquer le chemin à prendre et m'aider dans cette dure étape que m'impose Dieu.Dieu est amour, Dieu est Paix, Dieu est bonheur...

Michel demande PtiCoeur : Comment expliquez-vous cette dure étape qui d'après vous semble vous être imposée par Dieu? Dieu doit-Il s'adapter à vous comme à nous, ou est-ce nous comme vous qui devons suivre le Christ qui conduit notre coeur dans le Grand Coeur de l'Amour Créateur de Celui que l'on appelle Notre Père et Notre Dieu?


Voilà chère PtiCoeur, je crois avoir répondu à quelques-unes de vos questions afin d'être pour vous une petite lumière sur le chemin de vos incertitudes, et de vous permettre de renaître à cette douce lumière de l'Évangile selon le Coeur et le désir de Dieu si vous Lui donnez accès à votre coeur blessé. Si vous croyez que j'ai oublié certaines de vos questions, n'hésitez pas à revenir sur les sujets qui vous intéressent. Cette approche vous aura-t-elle permis de faire quelques pas de plus par rapport à votre situation pour laquelle vous avez choisi de bloguer sur cette page s'adressant aux invités(es), avec la possibilité de permettre aux inscrits d'y participer activement dans une approche de dialogue évangélique évitant toute forme de discussion qui conduise sur le chemin de la division?

Il me fera plaisir de vous répondre selon mon temps libre... En toute amitié Michel au pseudonyme de coeurtendre & et mon épouse France au pseudonyme de Doucecolombe.


L'homosexualité Bible1-gd-colombe-lys
Revenir en haut Aller en bas
doucecolombe

doucecolombe

Féminin Nombre de messages : 21141
Age : 62
Réputation : 12
Date d'inscription : 07/05/2008

L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeMar 28 Aoû - 10:40

L'homosexualité Citaugustin
Revenir en haut Aller en bas
doucecolombe

doucecolombe

Féminin Nombre de messages : 21141
Age : 62
Réputation : 12
Date d'inscription : 07/05/2008

L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeMar 28 Aoû - 10:41

L'homosexualité Chemin
Revenir en haut Aller en bas
doucecolombe

doucecolombe

Féminin Nombre de messages : 21141
Age : 62
Réputation : 12
Date d'inscription : 07/05/2008

L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeMar 28 Aoû - 10:43

L'homosexualité Temps-saint-augustin
Revenir en haut Aller en bas
doucecolombe

doucecolombe

Féminin Nombre de messages : 21141
Age : 62
Réputation : 12
Date d'inscription : 07/05/2008

L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeMar 28 Aoû - 10:44

Revenir en haut Aller en bas
doucecolombe

doucecolombe

Féminin Nombre de messages : 21141
Age : 62
Réputation : 12
Date d'inscription : 07/05/2008

L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeMer 29 Aoû - 1:44

L'homosexualité Desespoir-croix-repentir

« Quand tu commences à te repentir de ce que tu as fait, c'est alors que tes œuvres bonnes commencent, parce que tu accuses tes œuvres mauvaises. Le commencement des œuvres bonnes, c'est la confession des œuvres mauvaises. Tu ' fais la vérité ' et tu ' viens à la lumière ' » (S. Augustin; Jn 12,13).

Les plus beaux textes de saint Augustin
''Le pardon un sujet qui me passionne et vous?''
''Coeurtendre blogue le pardon en citation''
Revenir en haut Aller en bas
PtitCoeu
Invité



L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeMer 29 Aoû - 5:52


PtitCoeur répond:Bonjour, Doucecolombe et Coeurtendre, Merci beaucoup pour tout vos messages qui me permettent de réfléchir à tout ça et qui m'aident à me dirigée sur la bonne route. Je vais commencé par répondre à votre première question qui je pense sera la plus longue a répondre.
Laughing
Coeurtendre écrit:Je crois qu'il serait intéressant de nous écrire comment vous avez vécu votre vie d'enfance à partir du moment où la mémoire de votre coeur vous permet d'exprimer votre vie passée, si le coeur vous en dit. Mon questionnement est en lien avec ma capacité à mieux répondre à vos questions. Je suis certain qu'aimer une fille d'amour comme un garçon va aimer un garçon d'amour, que cela ne commence pas en un clin d'oeil. Il y a un élément déclencheur quelque part.

PtitCoeur répond:Je ne pense pas non plus que cela vienne en un clin d’œil. J’y ai déjà beaucoup réfléchie avant de venir m’exprimer sur ce forum et je pense savoir pourquoi.En fait, comme vous l’avez compris au-dessus j’ai eu une relation familiale compliquée. Je vais essayer d’expliquer les choses dans l’ordre et de façon compréhensible. Mais veuillez m’excuser d’avance si c’est un peu fouillis. Je ne sais pas trop comment commencer.Bon alors tout d’abord ma naissance. Je suis la deuxième et dernière fille de mes parents. J’étais une enfant souhaité. Cependant, mon père est le seule fils de mon grand-père (qui n’a eu sinon que des filles). Et mon grand-père savait que mes parents ne voulaient que 2 enfants. Donc quand il a appris que j’étais une fille ça ne lui a pas vraiment fais plaisir car cela voulait dire que notre non de famille se stopperait à ma génération.


Je ne sais pas trop à partir de quand il a commencé à m’appeler comme ça mais le fait que lorsque mes parents n’étaient pas là, il m’appelait Paul (prénom qui n’est pas le mien) et me traiter comme un garçon. Quand je l’ai dit à ma mère vers l’âge 6-7ans, elle n’a pas trop aimé et lui a dit d’arrêter que je ne m’appeler pas Paul mais … Suite à ça il a arrêtait de m’appeler comme ça mais continué à se comporter avec moi comme si j’étais un garçon.

PtitCoeur poursuit le dialogue:Enfant, j’étais un garçon manqué, j’imitais énormément mon père voulant toujours faire du bricolage avec lui. (avec le recul je me dit que si je l’imité c’était pour qu’il soit fière de moi et lui montrait que je n’étais pas une bonne à rien.) D’un naturel très sportive avec une tendance hyperactive (qui a particulièrement exacerbé les colères et les poings de mon père et qui m’a valu plus d’une fois un tour dans la cave) j’ai commencé le sport très jeune (2ans et demi). Mon enfance a plutôt était heureuse si on enlève les « raclés » que je recevais pour la moindre bêtise. Pendant ma sœur et moi étions traitées en égale. Cependant comme elle ne faisait jamais de bêtises, elle n’a jamais eu de raclé de mon père et n’a jamais été enfermée dans cave. Et bêtement j’en ai beaucoup voulu à ma sœur d’être si parfaite. Baignant dans une famille catholique j’ai appris à connaitre et aimer notre seigneur pendant mon enfance. J’ai donc était au catéchisme. J’aimais beaucoup c’est retrouvaille autour de Dieu et les dames qui nous faisait le catéchisme était vraiment très gentille. Et puis je suis arrivé au collège avec tout ce qui va avec la puberté et le coté rebelle qui arrive !!!

J’étais plutôt en retard sur ma puberté et j’en ai beaucoup souffert. Toutes mes copines avait déjà de la poitrine alors que moi j’étais plate comme une carpe. Les autres élèves m’appeler bonhomme ce qui me faisait beaucoup souffrir. C’est là que je me suis dit que c’était mon grand-père qui avait tout compris (je croyais que j’avais eu un problème de naissance et que en fait j’étais un garçon à l’intérieur) J’ai beaucoup souffert de cette idée pendant le collège jusqu’à ce qu’un début de sein arrive une bénédiction pour moi j’étais bien une fille normal (ouf).
En rentrant au collège, j’ai également commencé à me rebeller contre les couts, je lui tenais tête. Et quand les coups tombaient je ne pleurais plus je restais stoïque et parvenais même à lui sourire ce qui l’énervé au plus au point et me valait plus de coup mais également ce qui me faisait énormément de bien car je parvenais à ne plus me plier. C’est crise n’avait plus d’effet sur moi, je me fichais de recevoir une raclée je faisais ce qui me passé par la tête sans m’inquiétais de l’après. Et une fois je lui ai même dit « Et bien vas-y frappe moi, t’aime ça hun et bien défoule toi va si! » C’est la fois où j’ai réussi à le stopper pendant un bref instant. Il ne s’y attendait tellement pas.



Mais bon au final le fait de lui tenir tête n’a fait qu’empirer les choses (nez et côtes cassés, entorse des doigts sans compté les hématomes). A partir de ce moment, j’ai arrêté de croire en Dieu, pensant comme je l’ai dit dans un message précédent qu’il m’avait abandonné. J’ai commencé à enchaîner les bêtises. Je faisais le mur de la maison dès que je le pouvais avec mon meilleur ami et nous fumions des « bédots » toute la soirée. Sa me faisait du bien. J’arrivé à faire 2 choses inimaginables par mon père juste sous son nez. J’éprouvais un malin plaisir à pouvoir lui mentir et le défié sans qu’il ne le sache.

Arrivé en seconde, j’ai fugué de chez moi pendant 6 mois avec mon meilleur ami pour finalement se faire récupérer par les gendarmes et ramené chez nos parents. Quand nous nous sommes fait prendre on a dit que l’on s’était enfuit par amour car nous avions trop peur de dire la vérité. Je pense que j’ai dû recevoir une des plus grosses raclées de ma vie. J’ai eu tellement peur qu’il me tue que j’arrêtais les bêtises comme ça (faire le mur, fumer des pétards, j’ai tout stoppé). Cependant la relation avec mon père ne sait pas pour autant arrêter bien au contraire c’était pire. J’ai eu un petit copain au lycée pendant 1 mois mais mon père est parvenu à nous faire rompre.

J’ai ensuite eu des petites amourettes de colo avec des garçons. Mon bac en main, il ne me restait plus qu’à passer les vacances et je quittais cette maison de dingue. Cependant, un soir où ma sœur était présente, avec mon père nous avons une grande dispute, il a commencé à frapper avec les poings et les pieds, je suis tombée. Et puis je ne sais pas ce qui s’est passé, mais une rage comme jamais je n’avais eu de ma vie mais passé par la tête je me suis relevé et là c’est moi qui est frappé. Je frappais, frappais, je ne m’arrêtais plus je voulais qu’il meurt. Je ne voyais rien mais je frappais sans m’arrêter. C’est ma sœur qui m’a arrêtait. Mon père gisait au sol, il ne bougeait plus il était assommé. Ma sœur m’hurler dessus elle disait que je l’avais tué que j’étais un monstre d’avoir fait ça. Et moi je restais là à le regarder, lui qui était devenue impuissant sans force sans rien. Ma sœur a essuyé le sang sur son visage, il a commençait à bouger. J’ai eu peur alors je suis partie j’ai mon sac et je suis partie. Je pense que c’est la pire expérience de ma vie. Je ne pensais pas qu’autant de colère et de haine pouvaient sortir de moi. Je m’en veux encore énormément. Je voudrais retourner en arrière pour effacer cela mais je ne peux pas.

Les vacances ont passé sans nouvelle de lui, j’ai démarré mon IUT, j’ai reçu une lettre de mon père qui disait que je n’étais plus sa fille mais que ma mère voulais me revoir je ne revenais donc le week-end chez mes parents. Après quelque moi, il m’a reparlé. Je m’en voulais de lui avoir fait ça et il le savait. Alors le petit train-train a repris. Une ou 2 clacs (poing) par ci dans le week-end et je repartais pour mon IUT. Pendant mon IUT je suis restait un peu plus d’un an avec un garçon qui était très gentil avec moi. Mais peut-être un peu trop pour moi. Et puis nous avons rompu.Lorsque je ai fini mon IUT, je suis partie en colo (ou j’ai rencontré la « fille ») et je suis partie de Paris pour faire mon école d’ingé. et elle m’a suivie. De temps en temps, je vais voir mes parents sur un week-end (environ 1 fois tous les mois) et il y toujours quelque chose qui ne va pas.

L’année dernière lors d’un repas de famille mon grand-père (alcoolique) avait un peu trop but je lui ai dit d’arrêter pour son bien. Ça ne lui a pas plus il m’a frappé au visage en voulant me rattraper pour ne pas tomber je le ai mis un coup de poing au visage également (ce n’était vraiment pas voulu de ma part). Quelque mois plus tard mon grand-père est mort. Mais on ne sait pas de quoi. Il était vieux il fumer comme un pompier avait le foi dans un sal état et perdait un peu la tête. Cependant, ma grand-mère dit que c’est moi le monstre de la famille qui l’est tué. Et personnellement, j’ai terriblement peur que ce soit le cas.Voilà sinon depuis que je suis loin de Paris je me sens enfin libre.

Voilà m’a vie. Je ne sais pas si c’est très clair, mais comme beaucoup de chose son confuse dans mon esprit c’est un peu compliqué d’être claire sur le papier. Veuillez donc m’excuser s’il y a des fautes d’orthographe, grammaire ou d’expression.
Ce message a était long à écrire et difficile, je vais donc m’arrêter là pour l’instant et répondrait aux questions que vous avez formulé un peu plus tard. J’espère que vous ne m’en voudrez pas.
Amicalement, je vous remercie pour tout.
A bientôt. PtitCoeur
Revenir en haut Aller en bas
PtiCoeur
Invité



L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeJeu 30 Aoû - 4:57


PtiCoeur écrit:Rebonjour Coeurtendre, Doucecolombe et Fanny,
J’ai réfléchie à tous ce que vous m’avez écrits. Et voici les différentes réponses que j’apporte à vos questions mais également les nouvelles questions que m’ont apportées vos questions.
Je vais suivre les différentes questions dans l’ordre afin de ne pas me perdre dans mes idées un peu confuses. Je vous prie donc de bien vouloir m’excuser si je me répète un peu.

Michel au pseudo de Coeurtendre répond: Qu'entendez-vous par avoir de l'amour pour cette fille? Vous écrivez : "elle aussi elle m'aime", mais sans expliquer ce que vous entendez précisément par "elle aussi elle m'aime". Qui a fait la première déclaration? Qu'en pensePtiCoeur?

PtiCoeur écrit:Et bien je ne sais pas trop ce que qu’est le sentiment de l’amour, vous visez donc très juste en me posant cette question. ^^ En fait, quand je dis « je l’aime » j’entends par là que je me sens bien avec elle que je n’ai pas peur d’être qui je suis, que je n’ai pas peur d’elle. Quand je suis au près d’elle je me sens en sécurité et je me sens aimée. Je vois déjà votre prochaine question : qu’entendez-vous par « je me sens aimée » ? Et bien je sens que je suis importante pour elle et qu’elle tient à moi. Elle s’inquiète pour moi si je ne réponds pas au téléphone, quand je fais un cauchemar, elle me réconforte. Et puis elle ne me juge pas pour ce que j’ai pu faire dans le passé ou pour ce que je suis. Elle me dit des mots gentils.Lorsque je dis « elle aussi elle m’aime » qu’est-ce que j’entends par là ?Eh bien, déjà elle me dit tout le temps « Je t’aime » et pour moi ça veut dire beaucoup les paroles et quand on dit ce genre de chose c’est que c’est vrai. Non ? Et puis et bien quand elle part en colo ou quand je suis en déplacement pour le boulot je lui manque beaucoup. Donc j’en conclue qu’elle m’aime, non ?


Michel répond:Si vous repassez votre vie d'enfance jusqu'à l'élément déclencheur qui vous a permis d'écrire ''j'aime une fille'', j'attire votre attention sur le fait que l'expression aimer une fille ne veut pas nécessairement dire avoir une relation sexuelle avec une fille. Il faudrait bien commencer par expliquer l'expression aimer une fille.

PtiCoeur écrit:L’amour est pour moi quelque chose d’assez abstrait. J’ai du mal à définir ce sentiment. En tout cas ce que je suis sure c’est que lorsque je dis « aimer une fille » je ne parle pas de relation sexuelle. Je parle du sentiment aimer. Mais après pour définir ce sentiment c’est très dure. Je ne sais pas. Je dirais que quand je suis avec elle et bien je suis juste bien. Je n’ai pas peur de montrer mes sentiments (comme la peur ou la tristesse). Avec elle, je suis juste moi. Et être juste moi c’est quelque chose de nouveau pour moi car comme je l’ai dit dans un autre message je me suis toujours caché derrière un masque de joie. Alors qu’avec elle, je n’ai pas besoin de me cacher derrière mon masque. Elle me voit tel que je suis avec mes défauts et surtout elle m’accepte comme ça.

Michel répond:En vous lisant à plusieurs reprises je me demandais si vous aviez l'occasion de partager votre expérience avec votre famille ou certain(es) de vos amis(es)?`

PtiCoeur écrit:Quand vous dites « expérience », je suppose que vous parlez de ma relation avec cette fille. Alors ma famille euh non ce n’est pas même envisageable. Mon père et bien je pense que vous avez pu comprendre que sa serait une très mauvaise idée de lui en parler. Ma mère hum je pense qu’elle n’accepterait et ma sœur. Ha ma sœur comment dire. Et bien disons qu’un jour lors d’une messe le prêtre a parler des relations homosexuels. Donc quand nous sommes rentrées toutes les deux. En marchant nous avons parlée. Et elle m’a bien fait comprendre qu’elle trouvait ça horrible et que ce ne pouvait être que des personnes pervertie par le mal qui faisait cela. Je ne lui en ai donc jamais parlé. La seule personne de ma famille avec qui je pourrais en parler est ma grand-mère maternelle. Je sais qu’elle m’aime (ce doit être la seule personne de ma famille en qui j’ai une confiance aveugle. Et je sais qu’elle acceptera) et que quoi que sera mes choix dans ma vie elle me soutiendra. Je pense d’ailleurs qu’elle sait déjà que je suis avec cette fille car elle m’a fait plusieurs sous-entendus. Cependant, je n’ose pas aborder le sujet directement avec elle, j’en ai trop honte. Mes amis, certain le savent d’autre non. Les amis que j’ai à Paris ne savent rien sur ce sujet. Mais les amis que j’ai ici le savent. En fait, cette fille fait le même sport que moi elle est dans la même équipe que moi et puis ba nos amis ont compris. Après j’en ai parlé de vis-à-vis avec quelque uns qui n’y vois aucun problème (alors que moi oui).

Michel répond:Vous savez le mot aimer, on peut bien lui donner plusieurs sens qui ne lui appartiennent pas et qui proviennent de notre propre liberté.

PtiCoeur écrit:Justement, là est mon problème je ne sais pas ce qu’EST l’amour !! Ou du moins je ne sais pas si ce que je ressens est de l’amour. Je pense que oui mais je n’en suis pas sure. Car je me dis pourquoi Dieu m’aurait permis d’aimer une fille alors qu’il dit qu’il ne faut pas. Donc si sa se trouve ce n’est pas de l’amour, mais autre chose. Mais comme je ne comprends rien de rien aux sentiments en général. Je ne sais pas ce que serait cette autre chose. Vous vous pourriez me dire qu’est-ce que c’est que le sentiment d’aimer comme ça je pourrais voir en comparant avec ce que je ressent si c’est bien de l’amour, non !!
Et si c’est de l’amour que je ressens pourquoi je ressens ça pour une FILLE ???

Michel répond:En cliquant sur le lien le jeune homme riche ci-dessus, je me demande comment s'est passée votre première rencontre avec le Seigneur dans votre vie? Est-ce que cette rencontre a eu lieu ou est-ce que PtiCoeur est en attente de cette rencontre?

PtiCoeur écrit:Ma première rencontre avec Dieu :
Avant je vous aurais dit que je l’avais rencontré depuis toujours car j’ai toujours cru en lui. Mais avant je voyais Dieu un peu comme un professeur : Si l’élève écoute et n’arrive pas à comprendre le professeur l’aidera à mieux comprendre. Mais si un élève fait le pitre et gène les autres camarades, il le renverra de cours. Je me disais que j’avais dû faire quelque chose de terrible et que Dieu me punissait en me laissant seule dans mon coin avec mes problèmes, juste derrière la porte de cours. Je me disais que je devais être très méchante.

Aujourd’hui, je sais que je ne l’avai pas encore rencontrer. Avant je croyais que Dieu existait. Maintenant, je sais que Dieu existe et nous soutient à tout moment.Aujourd’hui je dirai que c’est lorsque j’ai enfin compris que Dieu ne m’imposait pas la souffrance mais au contraire me soutenait dans la souffrance et qu’il me tendait des mains pour me soutenir dans cette souffrance que je l’ai rencontrer réellement. Et que avant je n’avais juste pas attrapé ces mains tendues. Le déclic de cette découverte a été quand une amie a découvert la relation que j’avais avec mon père et qu’elle m’a laissé me confier à elle. Et là je suis parvenue à parler à me libérer c’était comme si je renaissais. Et j’ai sus j’en suis sure Dieu était là avec moi et c’est grâce à lui, c’est lui qui a fait que l’on se rencontre, et qu’elle voit les bleus et qu’elle comprenne que je mentais avant et que c’était mon père et pas une table en tombant ou autre. Dieu était là et encore une foi je suis sûr par exemple que c’est Dieu qui m’a fait tomber sur ce forum c’est grâce à lui que j’ai taper dans Google le mot qu’il fallait pour tomber sur ce forum. A présent, je sens que Dieu me soutient. Mais je ne veux pas le décevoir. Et en étant avec une fille je me dis que c’est ce que je fais. Mais je me dit aussi que si c’est de l’amour comme je le pense qu’il y a entre nous deux alors je n’offusque pas Dieu. Puisqu’il est AMOUR et qu’il veut que nous vivions dans l’amour. Mais en même ce n’est pas ça normalement l’amour. Archhhh sa me fait mal à la tête de réfléchir toujours de pas savoir quoi faire. Si j’écoute mon cœur je voudrai rester avec elle mais si j’écoute mon esprit je ne devrai pas. Dieu dit écoute ton cœur. Mais Dieu dit aussi que l’amour c’est entre une femme et un homme. Quelle partie écouter mon cœur ou mon esprit ? Ma foie ne sait pas ce qui est bon.

Michel répond:Ne contrôlez pas votre coeur, laissez le contrôle à Celui qui en est l'Artiste Créateur, car il connaît tout de nous. Dieu met toujours sur notre route les personnes qu'Il a créées, pour nous permettre de nous recréer en Lui, avec Lui et par Lui.

PtiCoeur écrit:Je sais que je devrais me laisser guider par mon coeur, et donc par le Créateur. Mais j'ai l'impression que mon coeur va à l'encontre dû créateur Shocked. Comment cela es-ce possibe? Est-il possible que Satan parviennne à corompre notre coeur au point que l'on ne sait plus si Dieu OU le Diable. Je sais que c'est un peu bisard mais j'ai très peur que le diable soit parvenue à corrompre mon Coeur et qu'il y ai encore ( à partir du moment où j'ai laissé la rage et la haine venir en moi le jour ou j'ai battu mon père Crying or Very sad ). Vous croyez que c'est possible et que se serait pour ça que mon coeur veut quelque chose pour laquelle Dieu est contre? L'homosexualité 67774

Michel répond:Je crois qu'il serait plus sage que vous consultiez un prêtre qui a le charisme de l'accompagnement dans des situations difficiles comme celle que vous vivez au moment présent.Dans votre situation je crois qu'il faudrait savoir faire la différence entre une confession dans un confessionnal à un prêtre et un accompagnement spirituel par un prêtre en dehors d'une confession. Très souvent dans une confession le temps du prêtre est limité parce qu'il doit célébrer l'Eucharistie à une heure précise. Je pense qu'il faut savoir faire la différence entre une confession et une relation d'aide

PtiCoeur écrit:Je vais essayer, je n’avais jamais pensé à faire cela. Comment ça se passe ? Je vais voir mon prêtre et lui demande de faire avec moi un accompagnement spirituel ?

Michel répond:Je me souviens qu'un jour en début de soirée un internaute d'orientation homosexuelle m'a invité dans un restaurant pour une première rencontre, afin de partager son expérience sur son questionnement concernant certains changements qu'il attendait de l'Église et qui lui permettraient de vivre en couple avec un compagnon homosexuel.

PtiCoeur écrit:Je ne souhaite pas que l’église change, je souhaite juste comprendre et si possible me changer. Je comprends parfaitement que le mariage homosexuel ne soit pas autorisé puisque le mariage a pour but de créer une famille. Hors un couple homosexuel ne peut pas créer une famille et avoir des enfants. Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi et comment on peut avoir un sentiment d’amour pour une personne du même sexe que soi Dieu donne l’amour alors pourquoi m’a-t-il donné cet amour ?

Michel répond:Tout ceci pour expliquer que même en évitant de nous servir des citations bibliques qui désapprouvent sans ambiguïté la pratique de relations sexuelles entre deux personnes du même sexe.

PtiCoeur écrit:Je sais que cela est désapprouvé c’est pourquoi je mis refuse même si m’a copine ne comprends pas pourquoi (elle est AT et je ne lui ai pas expliquer de peur de lui faire trop de mal) elle a accepté.

Michel répond:Il serait très intéressant que les couples d'orientation homosexuelle autant chez les hommes que chez les femmes nous expliquent sur quelle citation biblique ils s'appuient pour croire que leur orientation sexuelle est voulue et Bénie par Dieu?

PtiCoeur écrit:Je ne pense qu’elle soit bénie par Dieu c’est pourquoi je me suis refusée à une relation sexuel. Mais ce que je n’arrive pas à me refuser c’est le sentiment d'AMOUR que j’éprouve, sentiment qui est validé par Dieu.

Michel répond:Comment expliquez-vous cette dure étape qui d'après vous semble vous être imposée par Dieu? Dieu doit-Il s'adapter à vous comme à nous, ou est-ce nous comme vous qui devons suivre le Christ qui conduit notre coeur dans le Grand Coeur de l'Amour Créateur de Celui que l'on appelle Notre Père et Notre Dieu?

PtiCoeur écrit:C’est à nous de suivre le christ qui conduit notre cœur, mais quand mon cœur (que le christ conduit) m’amène dans des choses que Dieu refuse comment savoir quel partie est tromperie ?

Michel répond:Voilà chère PtiCoeur, je crois avoir répondu à quelques-unes de vos questions afin d'être pour vous une petite lumière sur le chemin de vos incertitudes, et de vous permettre de renaître à cette douce lumière de l'Évangile selon le Coeur et le désir de Dieu si vous Lui donnez accès à votre coeur blessé. Si vous croyez que j'ai oublié certaines de vos questions, n'hésitez pas à revenir sur les sujets qui vous intéressent. Cette approche vous aura-t-elle permis de faire quelques pas de plus par rapport à votre situation pour laquelle vous avez choisi de bloguer sur cette page s'adressant aux invités(es), avec la possibilité de permettre aux inscrits d'y participer activement dans une approche de dialogue évangélique évitant toute forme de discussion qui conduise sur le chemin de la division?

PtiCoeur écrit:Je pense que oui, j’ai pu faire quelque pas mais encore beaucoup d’incertitudes trottent dans ma tête et dans mon cœur. Mais je pense comprendre que peut être je me fourvoie en pensant que j’éprouve de l’amour alors que se n’en ai peut etre pas ??

Merci à tous pour votre soutient et votre aide pour mon Ptitcoeur perdue.
A bientôt. En toute amitié, dans le Christ. L'homosexualité 36271
PtiCoeur

Revenir en haut Aller en bas
Fanny
Admin
Fanny

Féminin Nombre de messages : 2965
Age : 73
Réputation : 20
Date d'inscription : 11/05/2007

L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeSam 1 Sep - 17:24

Chère PtiCoeur,

Vos réponses nous éclairent grandement, ce qui nous permet de progresser dans l’accompagnement, nous en sommes heureux. Merci infiniment.
Chose certaine, tant coeurtendre que moi-même, nous nous demandons comment a pu réagir votre mère face à la violence de son époux ; et votre sœur, comment vivait-elle un tel comportement ? Vous en parlait-elle ? Elles deux, trouvaient-elles justifiée la violence, la dureté excessive de votre père, ou non ?

Comment votre mère a-t-elle vécu sa relation amoureuse dans son propre couple ? Auriez-vous un souvenir d’enfance où votre mère se trouvait en difficulté ? Merci pour vos réponses.

Nous souhaiterions aussi savoir si vous conduisez une automobile ; dans l’affirmative, coeurtendre vous expliquera en quoi votre mobilité peut servir votre situation actuelle.

Permettez-moi d’ajouter une remarque personnelle et bienveillante, issue de la lecture de vos messages : Tout ce que nous pensons, tout ce que nous faisons dans notre vie, nous devons pouvoir le penser et le faire sans crainte, librement, au grand jour ; pour l’amour du Seigneur et de nos frères. En pleine lumière…, sans rien cacher.

Je vous salue affectueusement. Unies dans la prière. sunny
Fanny


P.S. Chère PtiCoeur, j'aurais besoin de vous joindre en privé, confidentiellement ; voici mon adresse électronique : viveflamme(arobase)hotmail.fr
J'écris "arobase" en toutes lettres afin d'éviter que les robots spammeurs s'emparent de mon e.mail.

Dans la mesure où nos invités n'ont pas accès à la messagerie privée du site, je vous propose ce mode de contact. Merci infiniment. bise

Revenir en haut Aller en bas
PtiCoeur
Invité



L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeMar 18 Sep - 8:37


PtiCoeur écrit:Bonjour à tous,
Je m'excuse pour le temps que j'ai mis à vous répondre j'ai rencontrer quelques problèmes de connexion internet. C'est pourquoi je ne vous ai pas répondue depuis 2 semaines.
Je vous réponds donc à présent:

Fanny répond:Chose certaine, tant coeurtendre que moi-même, nous nous demandons comment a pu réagir votre mère face à la violence de son époux ; et votre sœur, comment vivait-elle un tel comportement ? Vous en parlait-elle ? Elles deux, trouvaient-elles justifiée la violence, la dureté excessive de votre père, ou non ?

PtiCoeur écrit:Pour ma mère je ne sais pas trop. En faite, ma mère est cadre et rentrait donc tard à la maison. Elle n'a jamais vu les "crises" de mon père. Elle m'a par contre vu dans la cave. Et ça je sais qu'elle en a parler à mon père pour qu'il arrête. Sinon vous allez me dire quel ne pouvait pas ne pas voir les marques. C'est vrai mais je ne sais pas, je ne crois pas qu'elle lui ne ai parler ou du moins jamais devant moi.
Je pense que ma mère n'a jamais vraiment su ce qu'il se passait et qu'elle ne voyait pas ou qu'elle ne voulais pas voir. je ne sais pas. Nous n'en avons jamais parler ensemble donc je ne sais pas ce qu'elle en pense.



Ma soeur quand à elle, je ne sais pas trop non plus ce qu'elle en pense. Mais elle ne pouvait pas l'ignorer. Et des fois(surtout quand j'était encore enfant) quand sa avait était plus fort que d'autre fois, quand je retournais dans ma chambre, Elle me rejoignait avec un gans et une tasse d'eeau et me rincer le dos doucement. Quand c'était finis elle repartait. Nous ne disions jamais rien quand elle faisait ça. Mais sa me faisait vraiment très plaisir, car je savais qu'elle était là. Nous n'en avons jamais reparlée même maintenant que nous ne vivons plsu sous le toi de mes parents. A une pèriode, je lui en ais beaucoup voulu d'être une petite fille modèle qui n'était jamais puni/ mais maintenant le temps est passé.

Fanny répond:Comment votre mère a-t-elle vécu sa relation amoureuse dans son propre couple ? Auriez-vous un souvenir d’enfance où votre mère se trouvait en difficulté ? Merci pour vos réponses.

PtiCoeur écrit:MA mère et mon père s'aime éperdument comme des fous ^^. Je ne crois pas les avoir vu se disputer une seule fois c'est dire. Quand ils ne sont pas d'accord, ils parlent et règlent le problème en adulte responsable.

Fanny répond:Nous souhaiterions aussi savoir si vous conduisez une automobile ; dans l’affirmative, coeurtendre vous expliquera en quoi votre mobilité peut servir votre situation actuelle.

PtiCoeur écrit:Oui, j'ai mon permis et je conduis Cool .

Fanny répond:Permettez-moi d’ajouter une remarque personnelle et bienveillante, issue de la lecture de vos messages : Tout ce que nous pensons, tout ce que nous faisons dans notre vie, nous devons pouvoir le penser et le faire sans crainte, librement, au grand jour ; pour l’amour du Seigneur et de nos frères. En pleine lumière…, sans rien cacher.

PtiCoeur écrit:J'aimerai pouvoir penser et faire sans crainte mais je n'y parvient pas j'ai toujours peur de tout. Je vous envoie via ma boite mail un courriel opur que vous me parliez. L'homosexualité 380367 Je vous remercie uen fois de plus pour tout ce que vous faite pour moi .
Soyons uni par nos coeurs avec notre Seigneur.
PtiCoeur écrit:.
Revenir en haut Aller en bas
Fanny
Admin
Fanny

Féminin Nombre de messages : 2965
Age : 73
Réputation : 20
Date d'inscription : 11/05/2007

L'homosexualité Empty
MessageSujet: Miséricorde Infinie du Sacré-Coeur de Jésus    L'homosexualité Icon_minitimeMer 26 Sep - 9:37

L'homosexualité Sacra-11

Miséricorde Infinie du Sacré-Coeur de Jésus - Paray-le-Monial
L'homosexualité 335648
Chère Clara, Heureuse de vous retrouver.
Permettez que nous vous appelions ainsi, pour de réelles commodités dans nos partages ; il y aurait trop de confusion entre les pseudos de coeurtendre et le vôtre, si nous continuions à les employer tous les deux dans un même message. Et puis, c’est un point secondaire, n’est-ce pas ? Merci pour votre bonne compréhension.

Et merci infiniment pour votre nouvelle réponse – à laquelle je réagis. Notre ami coeurtendre étant affecté de problèmes de santé importants, surtout lors des changements de saison, il ne lui est pas toujours aisé d’écrire ou de poster quand il le désirerait - a fortiori de longues réflexions ; mais cela ne saurait tarder. Soyez bénie pour votre patience !

Si je devais exprimer un regret à votre égard, c’est bien que votre famille ne dialogue pas davantage ; vos cœurs semblent pour la plupart difficiles à ouvrir, à s’épancher. Pourtant, la parole du cœur est libératrice… Je souhaite de tout cœur que le Seigneur vous aide à trouver un chemin de dialogue avec votre mère, et aussi avec votre père. Unissons nos prières !

Le portrait que vous nous dressez de l’amour qui règne entre vos parents est certes, très réjouissant, mais surprenant au vu de votre propre vécu ; on ne parvient pas à comprendre comment un couple qui s’aime autant peut brimer l’un ou l’autre de ses enfants, fruit de son amour ? Où la violence peut-elle bien prendre sa source, et qui plus est, au sein d’une famille catholique ? (Vous me direz que la foi n’empêche pas les conflits ni la violence, hélas) Merci de nous éclairer ; des « adultes responsables » ne maltraitent pas leurs enfants, de quelque manière que ce soit ; on ne pervertit pas l’amour.

La peur dont vous dites qu’elle vous habite constamment, est parfaitement compréhensible, et je suis certaine que le Christ peut et veut vous en délivrer, il faut le Lui demander avec ferveur dans notre prière. C’est un chemin de courage, mais aussi de joie. En priant le Saint Rosaire avec le bienheureux Jean-Paul II, j’ai spontanément pensé à vous (il s’agissait du Mystère douloureux du portement de Croix) :

« Le chemin de l’Amour selon le Christ est un chemin difficile, exigeant. Il nous faut être réalistes. Ceux qui ne vous parlent que de spontanéité, de facilité, vous trompent. La maîtrise progressive de notre vie demande déjà un effort patient, une lutte sur nous-mêmes, apprenons à être celui que Dieu veut. Soyez des hommes et des femmes de conscience ! »

Qu’en pensez-vous, chère Clara ? N’est-ce pas « la porte étroite » par laquelle Jésus nous invite à entrer, celle qu’Il a franchie le Premier ? « Large, en effet, et spacieux est le chemin qui mène à la perdition, et il en est beaucoup qui s'y engagent ;
mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie, et il en est peu qui le trouvent. » (Mt 7, 13-14)

Il mène à la Vie, et la Vie dans sa plénitude de joie et de paix… !! Afin de trouver cette paix intérieure qui est Lumière de Dieu, je vous propose de relire et méditer l’Évangile selon saint Jean :
« Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé, ce que nos mains ont touché du Verbe de vie ; -
car la Vie s'est manifestée : Nous l'avons vue, nous en rendons témoignage et nous vous annonçons cette Vie éternelle, qui était tournée vers le Père et qui nous est apparue -
ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons, afin que vous aussi soyez en communion avec nous. Quant à notre communion, elle est avec le Père et avec son Fils Jésus Christ.
Tout ceci, nous vous l'écrivons pour que notre joie soit complète.


Or voici le message que nous avons entendu de lui et que nous vous annonçons : Dieu est Lumière, en lui point de ténèbres.
Si nous disons que nous sommes en communion avec lui alors que nous marchons dans les ténèbres, nous mentons, nous ne faisons pas la vérité.Mais si nous marchons dans la lumière comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché.Si nous disons : "Nous n'avons pas de péché", nous nous abusons, la vérité n'est pas en nous.
Si nous confessons nos péchés, lui, fidèle et juste, pardonnera nos péchés et nous purifiera de toute iniquité. » 1 Jn 1, 1-9
« N'aimez ni le monde ni ce qui est dans le monde. Si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est pas en lui.
Car tout ce qui est dans le monde - la convoitise de la chair, la convoitise des yeux et l'orgueil de la richesse - vient non pas du Père, mais du monde.

Or le monde passe avec ses convoitises ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. » 1 Jn 2, 15-17
Relisez saint Jean, c’est la Parole même de Dieu, merveilleusement belle et vivante.Je vous remercie de m’avoir écrit via votre e.mail ; je vais aussi vous répondre en privé. Dieu nous protège et nous bénisse, pas le Sacré-Cœur si Miséricordieux de Jésus.
L'homosexualité 335648
Amen !
En toute amitié,
Fanny

Revenir en haut Aller en bas
Clara.p
Invité



L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeJeu 27 Sep - 6:27


Clara écrit:Chère Fanny,
Il n'y a aucun problème pour que je me nomme Clara. (prénom que je trouve de plus très simpatique. L'homosexualité 945971.

Et comme vous le dites ci-bien ce point est secondaire.^^


Fanny répond:Notre ami coeurtendre étant affecté de problèmes de santé importants, surtout lors des changements de saison, il ne lui est pas toujours aisé d’écrire ou de poster quand il le désirerait

Clara écritCette information me peine sincèrement et j'espère que ces problèmes de santé ne sont pas trop grave. Je prirais pour lui pour l'aider à avancer dans cette difficulté. Et je souhaites qu'il se remettent bien vite de ces problèmes de santé. Pour répondre au questionnement que vous posez, et vous donnais le développement de mes pensées:

Fanny répond:Si je devais exprimer un regret à votre égard, c’est bien que votre famille ne dialogue pas davantage ; vos cœurs semblent pour la plupart difficiles à ouvrir, à s’épancher. Pourtant, la parole du cœur est libératrice… Je souhaite de tout cœur que le Seigneur vous aide à trouver un chemin de dialogue avec votre mère, et aussi avec votre père. Unissons nos prières !

Clara écrit:Effectivement, comme vous l'avez compris, le plus gros problème dans ma famille est qu'il n'y a pas de discution sérieuse. Je veux dire par là que nous parlons bcp de tout et de rien très facilement, mais jamais de ce qui nous affecte réellement. Pour ma part, il y a deux raisons pour lesquelles je ne parle pas avec ma famille: La première et pas des moindres, est que je ne veux pas la faire souffrir. En venant parler des problèmes que j'ai eu avec mon père à ma mère, je risque de détruire leur couple car je pense que ma mère ne sait pas vraiment ce qui se passait. Se serait donc un choc pour elle et elle ne comprendrais pas et en voudrait à mon père. Et alors de quel droit puis-je détruire 30ans de vie de couple entre eux? Crying or Very sad je me le refuse.


Pour ma soeur je penses que nous pourrions en parler. Cependant je ne la vois que très rarement physiquement (nous sommes dans 2 régions de france différentes). Et je ne veux pas parler d'une chose si importante avec elle par téléphone. Nous ne sommes pas très proche mais suffisament pour parler de chose qui nous tiennent à coeur à ma soeur et moi. Cependant, ce sujet nous ne l'avons jamais aborder. Elle, car je penses qu'elle sens veu de n'avoir pas su me protéger enfant et qu'elle ne sait pas comment aborder le sujet. Moi, parce que je sais que en lui en parlant je la fairais souffrir en la mettant face à notre passé.. Je penses que ma soeur n'accepte pas notre passé et quel refuse de le regarder en face. Et je ne sais pas non plus comment aborder le sujet avec elle. De plus ce n'est que ressement que j'ai regarder mon passé dans les yeux, ce n'est donc pas évident.

- la seconde raison est je penses bcp plus surmontable. Je n'en parle pas tout simplement parce que j'ai peur de ce qui pourrait m'arriver. C'est très égoiste de ma part je sais. MAis je suis terrorisée à l'idée de perdre ma famille. qu'ils puissent me rejeter parce que j'ai parler. Je vous parle pas évidemment de la peur que j'ai dans parler avec mon père. Je n'envisage même pas de lui parler. J'ai encore très peur de la réaction qu'il pourrait avoir. Et quand je vois les réactions qu'il a eu pour des choses benines, je me dis que pour ca il serait capable de me tuer.

Fanny répond:Le portrait que vous nous dressez de l’amour qui règne entre vos parents est certes, très réjouissant, mais surprenant au vu de votre propre vécu ; on ne parvient pas à comprendre comment un couple qui s’aime autant peut brimer l’un ou l’autre de ses enfants, fruit de son amour ? Où la violence peut-elle bien prendre sa source, et qui plus est, au sein d’une famille catholique ? (Vous me direz que la foi n’empêche pas les conflits ni la violence, hélas) Merci de nous éclairer ; des « adultes responsables » ne maltraitent pas leurs enfants, de quelque manière que ce soit ; on ne pervertit pas l’amour.

Clara écrit:je me doute que ce portrait doit paraitre incongru. Il faut que j'arrive à vous expliquer la mentalité de mes parents et ce n'est pas évident avec des mots. Donc si ce que je dis ne vous semble pas claire n'hésitez pas à me le dire. Alors explication de ma mère:elle est bonne catholique et aime toutes sa famille. elle effectue un travail de cadre haut placé. Par conséquent, elle n'était pas très présente à la maison. Elle nous emenait le matin à l'école avec ma soeur. Mais ne rentrer du travail le soir pas avant 20h. Donc le matin, elle s'ocupait de nous et le soir elle ne rentrait que pour manger avec nous et nous coucher. Par conséquent, elle ne voyait pas se qui se passait.


- Explication de mon père : Mon père c'est plus compliqué. Il se dit catholique mais je ne penses pas qu'il le soit dans son coeur. Il a été élevé dans une famille catholique avec un père qui lui même violent avec mon père. On lui a bourré dans la tête quand il était enfant tu es catholique, tu crois en Dieu. Il se l'est donc dit dans la tête. MAis pour moi son coeur n'est pas tourné vers Dieu. Il fait son chemin et continu à se dire catholique par habitude. sinon lui aussi est cadre, il partait donc tot le matin pour pouvoir nous récuperer à l'école le soir. Et nous étions avec lui jusqu'a l'arrivé de ma mère. Les crises qu'il avait était le soir quand nous rentions de l'école. Mais je sais qu'il s'en voulait après car en général il s'excusait et m'expliqué que je le poussait à bout. L'homosexualité 67774
- donc pour moi la violence qu'il avait est lié à son passé avec sa propre famille (élevé sous un esprit militaire avec un père très violent et alcoolique). Je penses ensuite qu'il a répétait le schéma car il ne savait pas faire autrement quand il était dans une situation de non controle. Je ne lui en veux pas vraiment car je sais que lui meme souffre de ce qu'il a vécu et de ce qu'il ma fait.

Fanny répond:Qu’en pensez-vous, chère Clara ? N’est-ce pas « la porte étroite » par laquelle Jésus nous invite à entrer, celle qu’Il a franchie le Premier ? « Large, en effet, et spacieux est le chemin qui mène à la perdition, et il en est beaucoup qui s'y engagent ;
mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie, et il en est peu qui le trouvent. » (Mt 7, 13-14)

Clara écrit:Depuis que nous communicons ensemble je pense effectivement que c'est le chemin étroit qui est la voix de notre sauveur. J'ai beaucoup réfléchie à la relation homosexuelle que j'avais et pourquoi je l'avais. Je penses que je me suis tournée vers cette relation car j'avais besoin de me sentir en sécurité et que inconsciement pour moi un homme n'est pas sécuritaire. J'ai donc laisser mon coeur prendre la voix la plus simple pour lui. Après en j'ai stoppé ma relation avec cette fille car je me rends compte que ce n'est pas de l'amour que j'ai éprouvé pour elle mais simplement une emotion de sécurité et de bien être que je n'avais pas eu avant. Comme je ne connaissais pas vraiment ces sentiments d'amour je me suis inconsciement dit que c'etait de l'amour. Comme tout le monde dit quand la personne te manque, que tu penses à elle c'est que tu l'aime. Mais en faite, ce n'est pas elle qui me manquais mais son coté rassurant, et quand je pensais à elle je ne pensais pas à elle mais au moment ou elle me prennait dans ses bras soit au moment ou je me sentais le plus en sécurité. En ayant réfléchie à ces points, il y a de nouvelles questions qui me sont venue: est-il possible que quelqu'un ne soit pas capable d'aimer (car je me demande si j'ai cette faculté)? Comment faire pour parvenir à être soi même tout le temps alors que quand je suis moi même je ne me reconnais pas (fait qui arrive en de rare occasion, je me sens mal, j'ai peur,je suis sous tension.) comment savoir à quel moment on est vraiment soit? ,... Beaucoup d'autre questions de ce genre me trotte dans la tête.


Et je me demande si ce que j'ai fait est accepté par notre seigneur. En romptant avec cette fille qui elle m'aimait vraiment à la folie, je la fais énormément souffrir. Je suis rester tout le week end avec elle pour lui expliquer pourquoi je rompais. Mais elle ne comprends pas. Et je m'en veux car elle est au plus mal, elle m'a dit qu'elle allait se suicider. Comme je ne supporte pas faire souffrir les gens j'ai garder le contacte avec elle et j'essaye de la rassurer et de l'aider à avancer malgré ce que je lui est fait. Je me dit que notre seigneur voudrait que je fasse cela. je penses donc que je viens enfin de prendre la route étroite qui me conduit vers notre seigneur. Elle est difficile à prendre, et elle fait beaucoup souffrir, mais on sait au fond de soi que c'est le bon chemin.

Je penses avoir fait le bon choix, mais je n'en ai pas la certitude. Dieu n'accepte pas que l'on face souffrir les gens autour de nous de fassons volontaire. Et ce que j'ai fait de rompre va donc à l'encontre de sa volonté car j'ai conscience de la faire souffrir au plus au point en romptant avec elle. Qu'en pensait vous? ais-ce mal ce que j'ai fait? est ce bien le chemin étroit vers notre seigneur que j'empreinte? ou es-ce une ruse de satan?voila. je vous remercie pour tout vos conseils qui m'aide à avancer.Allez dans la paix du Christ, en toute amitié, amen.
Clara

(PS;: je ne parviens pas à envoyer un message avec comme nom d'utilisateur Clara car il est écris : "Désolé, mais ce nom d'utilisateur est déjà pris." j'ai donc mis en nom Clara.p) Pouvais m'expliquer comment faire pour pouvoir écrire avec le nom que vous m'avez donné?

Revenir en haut Aller en bas
coeurtendre
Admin
coeurtendre

Masculin Nombre de messages : 5430
Age : 62
Localisation : Trois-Rivières
Réputation : 1
Date d'inscription : 16/02/2007

L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeSam 29 Sep - 15:49


Clara a écrit : Je ne pense pas non plus que cela vienne en un clin d’œil. J’y ai déjà beaucoup réfléchie avant de venir m’exprimer sur ce forum et je pense savoir pourquoi.En fait, comme vous l’avez compris au-dessus j’ai eu une relation familiale compliquée. Je vais essayer d’expliquer les choses dans l’ordre et de façon compréhensible. Mais veuillez m’excuser d’avance si c’est un peu fouillis. Je ne sais pas trop comment commencer.

''Laissez parler votre coeur''

Michel répond : Laissez parler votre coeur, car c'est toujours le coeur qui exprime l'essentiel ; écrire avec son coeur c'est ce qu'il y a de plus beau car il y a plein de surprises dans un coeur ; pour moi depuis toujours le coeur est un des plus beaux livres de la vie, où il est possible de le lire à coeur ouvert quand notre regard en fait la lecture avec amour et compassion.

Clara a écrit : Bon alors tout d’abord ma naissance. Je suis la deuxième et dernière fille de mes parents. J’étais une enfant souhaité. Cependant, mon père est le seul fils de mon grand-père (qui n’a eu sinon que des filles). Et mon grand-père savait que mes parents ne voulaient que 2 enfants. Donc quand il a appris que j’étais une fille ça ne lui a pas vraiment fais plaisir car cela voulait dire que notre nom de famille se stopperait à ma génération. Je ne sais pas trop à partir de quand il a commencé à m’appeler comme ça mais le fait que lorsque mes parents n’étaient pas là, il m’appelait Paul (prénom qui n’est pas le mien) et me traitait comme un garçon. Quand je l’ai dit à ma mère vers l’âge de 6-7ans, elle n’a pas trop aimé et lui a dit d’arrêter, que je ne m’appelait pas Paul mais … Suite à ça il a arrêté de m’appeler comme ça mais il a continué à se comporter avec moi comme si j’étais un garçon.


''C'est Dieu qui fait éclater le fruit de la vie de cette semence entre les deux coeurs qui sèment en s'aimant.''

Michel répond : Chose certaine, votre grand-père n'avait pas à agir ainsi envers vous qui n'aviez que 6-7 ans. Je crois que votre grand-père était pauvre en cheminement spirituel car il faut savoir faire la différence entre la semence que l'on choisit de semer en terre et la semence de l'amour quand Dieu est Celui qui fait éclater le fruit de la vie de cette semence entre les deux coeurs qui sèment en s'aimant.

Mais dans cette vie il y a plein de petits et de grands mystères qu'il ne nous est pas toujours possible de comprendre au moment présent ; toutefois, un jour dans notre approche avec Dieu, Celui-ci nous permet de comprendre, à son heure à Lui. La compréhension du langage amoureux entre Dieu et nous, comme entre nous et Dieu, ça ressemble un peu à la vie d'un couple qui s'aime. Plus un couple s'aime, plus ils sont proches l'un de l'autre, plus ils se comprennent entre eux.


La Parole de Dieu dit :
« Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi,

et tout ce qui est à moi est à toi. » Lc 15, 31

Clara a écrit : Je ne sais pas trop à partir de quand il a commencé à m’appeler comme ça, mais c'est un fait que lorsque mes parents n’étaient pas là, il m’appelait Paul (prénom qui n’est pas le mien) et me traitait comme un garçon. Quand je l’ai dit à ma mère vers l’âge de 6-7ans, elle n’a pas trop aimé et lui a dit d’arrêter, que je ne m’appelait pas Paul mais … Suite à ça il a arrêté de m’appeler comme ça, mais il a continué à se comporter avec moi comme si j’étais un garçon.

Michel répond : Quoi que l'on en dise le comportement de votre grand-père n'était pas trop éducatif, surtout pas pour les jeunes enfants de 6-7 ans. Son approche en déséquilibre remet en question la façon dont il a agi envers ses propres enfants. Je vois chez votre grand-père une certaine pauvreté qui a un lien de parenté avec l'agir de votre père, où la raison a toujours raison malgré le côté fautif de leur raisonnement ; ils n'osent pas descendre dans leur coeur vide de compassion et d'amour, mais il est fort possible qu'ils ne puissent donner ce qu'ils n'ont pas reçu dans leur vie d'enfance. Mais il y a dans tout comme partout, des exceptions.

Clara poursuit le dialogue : Enfant, j’étais un garçon manqué, j’imitais énormément mon père, voulant toujours faire du bricolage avec lui. (avec le recul je me dit que si je l’imitais c’était pour qu’il soit fier de moi et pour lui montrer que je n’étais pas une bonne à rien.) D’un naturel très sportive avec une tendance hyperactive (qui a particulièrement exacerbé les colères et les poings de mon père et qui m’a valu plus d’une fois un tour dans la cave), j’ai commencé le sport très jeune (2ans et demi). Mon enfance a plutôt était heureuse si on enlève les « raclés » que je recevais pour la moindre bêtise. Et ma sœur et moi nous étions traitées en égales. Cependant comme elle ne faisait jamais de bêtises, elle n’a jamais eu de raclé de mon père et n’a jamais été enfermée dans cave. Et bêtement j’en ai beaucoup voulu à ma sœur d’être si parfaite.


Baignant dans une famille catholique j’ai appris à connaitre et aimer notre Seigneur pendant mon enfance. J’ai donc été au catéchisme. J’aimais beaucoup ces retrouvailles autour de Dieu, et les dames qui nous faisaient le catéchisme étaient vraiment très gentilles. Et puis je suis arrivé au collège avec tout ce qui va avec la puberté et le côté rebelle qui arrive !!!

Michel répond : Votre citation, quand Clara écrit : baignant dans une famille catholique j'ai appris à aimer Notre Seigneur pendant mon enfance, cette citationje ne la comprends pas trop...<>Un peu d'explication me ferait du bien car il est difficile de faire le lien entre ce que vous faisait vivre votre père par sa violence et l'enseignement que vous avez reçu au catéchisme.

Personnellement j'ai vécu 15 ans 1/2 dans un climat de violence extrême où j'ai eu une jambe, les deux cuisses et le nez de cassés. J'ai perdu l'audition complète de mon oreille gauche et à l'oreille droite il me reste 35 %, mais le pourcentage est instable à cause des acouphènes sévères.

Un jour une femme qui nous enseignait le catéchisme a voulu faire une belle comparaison pour permettre aux élèves de comprendre que Dieu était un Père très aimant. Alors elle nous a dit ceci : Pour vous aider à comprendre l'amour de Dieu le Père, il est comparable à celui de votre père de sang.


Quand j'ai entendu cette phrase je me suis trouvé dans un état indescriptible, j'avais une peur bleue de Dieu, j'avais des crampes partout dans le corps, j'étais paralysé par la peur.Cette comparaison m'a coupé le sommeil pendant des mois et des mois. Si en faisant sa comparaison elle avait dit ceci : Pour vous aider à comprendre l'amour de Dieu le Père, il est comparable à celui de votre père de sang pour celles et ceux qui ont un vrai père qui les aime tendrement. Ensuite elle aurait dû expliquer aux élèves la différence entre un bon père et un mauvais père. En donnant une meilleure explication elle m'aurait sûrement évité la peur qui m'a suivi pendant plusieurs mois. Quand mon père me battait, très souvent je pensais à cette phrase ;tout en ayant peur de vivre proche de (feu mon père) j'avais peur de mourir avec la crainte de rencontrer ''Dieu qui pour moi était le double de mon père.''


La Parole de Dieu dit :
«Le Seigneur est tendresse et pitié,
Lent à la colère et plein d’amour ;
la bonté du Seigneur est pour tous,
sa tendresse, pour toutes ses œuvres. »
Ps 144 (145)

C'est un peu pour cette raison que je me demandais quelle était votre réaction entre ce que vous entendiez de ces dames qui enseignaient la catéchèse, et la violence que vous imposait votre père à la maison? Vos parents étaient-ils catholiques pratiquants? En vous lisant je suis surpris que vous ne parliez pas de votre mère. Quelle était sa réaction face à la violence de votre père envers vous? Quand on dit que les enfants apprennent à aimer en regardant leurs parents s'aimer, avez-vous l'impression qu'il était possible pour vous d'apprendre à aimer en regardant vos parents comme un couple amoureux? Votre mère a-t-elle été témoin ou a-t-elle vécu l'expérience de la violence comme vous l'avez vécue?

Clara a écrit : J’étais plutôt en retard sur ma puberté et j’en ai beaucoup souffert. Toutes mes copines avaient déjà de la poitrine alors que moi j’étais plate comme une carpe. Les autres élèves m’appelaient bonhomme, ce qui me faisait beaucoup souffrir. C’est là que je me suis dit que c’était mon grand-père qui avait tout compris (je croyais que j’avais eu un problème de naissance et que en fait j’étais un garçon à l’intérieur) J’ai beaucoup souffert de cette idée pendant le collège, jusqu’à ce qu’un début de sein arrive ; une bénédiction pour moi, j’étais bien une fille normale (ouf).


Michel répond : Vous savez j'ai accompagné beaucoup de personnes (hommes, femmes, enfants de 13 à 18 ans, de toute classe sociale et toute catégorie. Par exemple des femmes comme des hommes battus, des alcooliques, des étudiants(es), mais aussi la classe moyenne sans oublier les personnes ayant des responsabilités dans la société. Celles comme ceux qui avaient une belle apparence, très souvent leur apparence était trompeuse. C'est beau d'être beau ou belle, mais parfois derrière certaine beauté se cachent des défauts qui nous font payer très cher cette beauté qui un jour finit par disparaître avec l'âge.

Revenir en haut Aller en bas
coeurtendre
Admin
coeurtendre

Masculin Nombre de messages : 5430
Age : 62
Localisation : Trois-Rivières
Réputation : 1
Date d'inscription : 16/02/2007

L'homosexualité Empty
MessageSujet: Re: L'homosexualité   L'homosexualité Icon_minitimeSam 29 Sep - 15:51

''Et le coeur, dans tout ça?''

Vous savez sûrement autant que moi que l'on a beau être beau et belle, mais si la personne est bête en plus d'avoir le coeur vide sans aucune possibilité de dialogue, alors il est préférable d'être moins beau comme moins belle.Il y a des personnes qui ont le privilège de posséder une personnalité extra et un coeur extraordinaire, Dieu merci pour elles, mais l'important dans tout ça c'est qu'il est préférable pour une femme comme pour un homme d'avoir le coeur plus gros, plus généreux, et plus riche que sa personnalité.

C'est le coeur qui crée notre personnalité : bon coeur bonne personnalité ; j'écrirai encore plus, certains coeurs sont tellement riches que la richesse de leur coeur devient le reflet de leur personnalité malgré leur apparence moyenne. Ma longue expérience du passé me dit qu'il faut être prudent, qu'il ne faut pas se fier aux apparences de la personnalité physique, sans oublier les apparences des personnes qui enrichissent leur personnalité par le don de dire de belles paroles vides d'action où la raison est plus présente que le coeur.


La Parole de Dieu dit :
« Tu connais les commandements : Ne tue pas, ne commets pas d'adultère, ne vole pas, ne porte pas de faux témoignage, ne fais pas de tort, honore ton père et ta mère.""Maître --, lui dit-il, tout cela, je l'ai observé dès ma jeunesse."Alors Jésus fixa sur lui son regard et l'aima. » Mc 10, 19-21

clara a écrit : En rentrant au collège, j’ai également commencé à me rebeller contre les coups, je lui tenais tête. Et quand les coups tombaient je ne pleurais plus, je restais stoïque et parvenais même à lui sourire, ce qui l’énervait au plus au point et me valait plus de coups, mais également ce qui me faisait énormément de bien car je parvenais à ne plus me plier. C’est crise n’avait plus d’effet sur moi, je me fichais de recevoir une raclée, je faisais ce qui me passait par la tête sans m’inquiéter de l’après. Et une fois je lui ai même dit « Et bien vas-y, frappe moi, t’aime ça hein, et bien défoule toi, vas-y! » C’est la fois où j’ai réussi à le stopper pendant un bref instant. Il ne s’y attendait tellement pas.

Mais bon au final le fait de lui tenir tête n’a fait qu’empirer les choses (nez et côtes cassés, entorses des doigts sans compter les hématomes). A partir de ce moment, j’ai arrêté de croire en Dieu, pensant comme je l’ai dit dans un message précédent, qu’il m’avait abandonnée. J’ai commencé à enchaîner les bêtises. Je faisais le mur de la maison dès que je le pouvais avec mon meilleur ami et nous fumions des « bédots » toute la soirée. Sa me faisait du bien. J’arrivais à faire 2 choses inimaginables par mon père, juste sous son nez. J’éprouvais un malin plaisir à pouvoir lui mentir et le défier sans qu’il le sache.


Michel répond : Personnellement, si j'avais provoqué feu mon père comme vous l'avez fait avec votre père, je ne pense pas que je serais à vous répondre au moment présent. Feue ma mère a déjà dit devant mon épouse que j'étais un enfant tellement tranquille qu'elle cachait ma petite chaise berçante pour que je bouge un peu. Je crois que le fait d'avoir eu une jambe et deux cuisses de cassées à l'âge de deux ans est sûrement une des raisons pourquoi je ne bougeais plus comme je ne parlais pas non plus. À l'école comme à la maison c'était le grand silence ; je regardais, j'écoutais dans un silence impressionnant, au point que mes profeseurs en étaient inquiets. Si tout était à reprendre, si je devais reprendre le même chemin je préférerais le silence à la provocation. Réellement si j'avais provoqué mon père je serais mort avant lui.


La Parole de Dieu dit :
« "Vous avez entendu qu'il a été dit : oeil pour oeil et dent pour dent.
Eh bien! moi je vous dis de ne pas tenir tête au méchant : au contraire, quelqu'un te donne-t-il un soufflet sur la joue droite, tends-lui encore l'autre ; » Mt 5, 38-39

Quand j'écris qu'il faut garder le silence, c'est surtout s'éloigner à petits pas sans faire de bruit, c'est surtout se fondre très lentement dans le silence en s'éloignant de l'agresseur pour sauver sa vie. Ces dernières années que nous venons de passer, combien de vies ont été perdues parce que les victimes ont trop parlé de leur projet d'éloignement, de préférence à un départ silencieux pour éviter le pire en allant chercher de l'aide à l'extérieur de leur lieu de vie? Je crois que le silence a tellement sauvé ma vie que je me suis sauvé avec le silence. Aujourd'hui encore je sais que tout ce que Dieu a fait pour moi s'est toujours fait dans un silence impressionnant. La différence d'avec vous, c'est que je savais que si feu mon père exerçait une telle violence sur ses enfants c'est que sûrement il était malade, en plus d'être alcoolique. Un médecin reproche-t-il aux personnes malades d'être en mauvaise santé? Non, il les soigne s'il en est capable ; sinon, il les oriente vers des spécialistes, tout dépendant de chacune de leurs maladies. J'imagine que vous avez fait de votre mieux car chacun agit comme il peut ; non pas toujours comme il<>elle le veut dans certaines situations improvisées par les agresseurs <> et subies par les victimes.


Clara a écrit : Arrivée en seconde, j’ai fugué de chez moi pendant 6 mois avec mon meilleur ami pour finalement se faire récupérer par les gendarmes et ramener chez nos parents. Quand nous nous sommes fait prendre on a dit que l’on s’était enfui par amour car nous avions trop peur de dire la vérité. Je pense que j’ai dû recevoir une des plus grosses raclées de ma vie. J’ai eu tellement peur qu’il me tue que j’arrêtais les bêtises comme ça (faire le mur, fumer des pétards, j’ai tout stoppé). Cependant la relation avec mon père ne s'est pas pour autant arrêtée, bien au contraire, c’était pire. J’ai eu un petit copain au lycée pendant 1 mois mais mon père est parvenu à nous faire rompre.

J’ai ensuite eu des petites amourettes de colo avec des garçons. Mon bac en main, il ne me restait plus qu’à passer les vacances et je quittais cette maison de dingue. Cependant, un soir où ma sœur était présente, avec mon père nous avons eu une grande dispute, il a commencé à frapper avec les poings et les pieds, je suis tombée. Et puis je ne sais pas ce qui s’est passé, mais une rage comme jamais je n’en avais eue de ma vie m'est passée par la tête et je me suis relevée, et là c’est moi qui ai frappé. Je frappais, frappais, je ne m’arrêtais plus, je voulais qu’il meure. Je ne voyais rien mais je frappais sans m’arrêter. C’est ma sœur qui m’a arrêtée. Mon père gisait au sol, il ne bougeait plus, il était assommé. Ma sœur m’hurlait dessus, elle disait que je l’avais tué, que j’étais un monstre d’avoir fait ça. Et moi je restais là à le regarder, lui qui était devenu impuissant, sans force, sans rien. Ma sœur a essuyé le sang sur son visage, il a commencé à bouger. J’ai eu peur alors je suis partie, j’ai pris mon sac et je suis partie. Je pense que c’est la pire expérience de ma vie. Je ne pensais pas qu’autant de colère et de haine pouvaient sortir de moi. Je m’en veux encore énormément. Je voudrais retourner en arrière pour effacer cela mais je ne peux pas.


Michel répond : Comme vous avez 23 ans et que vous vivez maintenant dans un autre milieu de vie, je crois très utile pour vous comme pour tant d'autres qui comme vous et moi ont vécu eux aussi dans un milieu familial violent, je crois de par ma propre expérience de mon passé mais aussi des longues années de relation d'aide dans un monde d'une rare violence, que le plus important c'est de tourner la page du passé au présent, en passant par le chemin du pardon comme le médecin utilise un remède en espérant guérir un de ses patients, pourvu que la personne malade suive la posologie de sa médication. Pour moi le pardon, de même que mon éloignement en passant par le chemin du silence, cela m'a permis d'être un survivant de cette extrême violence. Le pardon m'a tracé le chemin à suivre et le silence m'a permis de passer du passé au présent pour sauver ce qui me restait de bon et non sauver ce que j'avais perdu. Ce qui m'intéresse chez vous c'est votre aujourd'hui, celui de vos 23 ans, alors comment ça va aujourd'hui, depuis au moins quelques mois par exemple par rapport à votre passé?


La Parole de Dieu dit :
« Eh bien! moi je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour vos persécuteurs,
afin de devenir fils de votre Père qui est aux cieux, car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. » Mt 5, 44-45

Le plus grand danger qui guette les personnes ayant vécu sous le choc des grandes épreuves de la vie ''qui leur ont été imposées par un ou plusieurs agresseurs, ''c'est de s'asseoir sur leur passé de violence qui les empêche de se relever. Pour renaître à la vraie vie d'une liberté qui conduit au vrai bonheur, il est important de se relever debout pour réapprendre à marcher de l'avant afin de reprendre la route qui conduit au présent d'un bonheur prenant naissance dans un coeur libre des blessures du passé. Il faut que l'amour que nous avons pour la vie soit plus grand que les blessures qui nous ont été infligées par notre agresseur. Si entre notre lourd passé et notre présent il y a la présence du pardon accompagné par l'amour, le pardon nous ouvrira une porte sur un avenir où le bonheur sera le fruit de notre présent.


La Parole de Dieu dit :
« "Porte ton doigt ici : voici mes mains ; avance ta main et mets-la dans mon côté, et ne deviens pas incrédule, mais croyant." » Jn 20, 27


Clara a écrit : Les vacances ont passé sans nouvelles de lui, j’ai démarré mon IUT, j’ai reçu une lettre de mon père qui disait que je n’étais plus sa fille mais que ma mère voulait me revoir, je ne revenais donc que le week-end chez mes parents. Après quelques mois, il m’a reparlé. Je m’en voulais de lui avoir fait ça et il le savait. Alors le petit train-train a repris. Une ou 2 claques (poing) par ci dans le week-end, et je repartais pour mon IUT. Pendant mon IUT je suis restée un peu plus d’un an avec un garçon qui était très gentil avec moi. Mais peut-être un peu trop pour moi. Et puis nous avons rompu. Lorsque j'ai eu fini mon IUT, je suis partie en colo (où j’ai rencontré la « fille »), et je suis partie de Paris pour faire mon école d’ingénieurs. Et elle m’a suivie. De temps en temps, je vais voir mes parents sur un week-end (environ 1 fois tous les mois) et il y a toujours quelque chose qui ne va pas.

Michel répond : Une chose est certaine, on ne guérit pas la violence par la violence car la violence engendre la violence par la violence. Comme vous connaissez le profil de votre père je me demande s'il ne serait pas préférable de voir comment il serait possible d'éviter toute forme de violence avec lui, surtout si votre père consomme de la boisson ou s'il a une incapacité d'avoir un dialogue sans revenir sur certains événements tristes de votre lourd passé avec lui.


La Parole de Dieu dit :
« Mais lui, il a été transpercé à cause de nos crimes, écrasé à cause de nos fautes. Le châtiment qui nous rend la paix est sur lui, et dans ses blessures nous trouvons la guérison.


Tous, comme des moutons, nous étions errants, chacun suivant son propre chemin, et Yahvé a fait retomber sur lui nos fautes à tous.
Maltraité, il s'humiliait, il n'ouvrait pas la bouche, comme l'agneau qui se laisse mener à l'abattoir, comme devant les tondeurs une brebis muette, il n'ouvrait pas la bouche. » Is 53, 5-7

Dans le passé, quand j'accompagnais des personnes violentes, pour éviter le pire dans certains de mes accompagnements avec les plus dangereux, je demandais à une personne de passer de temps en temps pour une vérification à l'improviste.Parfois et très souvent j'ai fait l'option de plusieurs rencontres dans les restaurants,toujours pour éviter la violence. En cinq ans je me suis fait prendre entre quatre à cinq fois au piège des plus dangereux, et il a fallu des interventions policières.

Si je me promenais seul dans la rue j'avais avec moi un petit magnétophone miniature au cas où il y aurait agression sur ma personne. J'ai travaillé 5 ans devant les caméras pour exclure la violence du milieu de mon travail où l'on recevait 60 personnes par jour pour deux repas par jour, 5 jours sur 7.
Je sais d'expérience qu'il est possible d'exclure du dialogue toute forme de violence mais il faut savoir comment s'y prendre, bien que cela dépende du côté maladif de chaque personne, surtout si certaines de ces personnes ont besoin d'un suivi régulier avec une prise de médication. Accompagner des personnes prises avec des problèmes de violence, c'est tout un sport, mais je crois qu'il faut en avoir la vocation sinon avec humour je vous écris qu' il est préférable de faire du jardinage.

Clara a écrit : L’année dernière lors d’un repas de famille mon grand-père (alcoolique) avait un peu trop but je lui ai dit d’arrêter pour son bien. Ça ne lui a pas plus il m’a frappé au visage en voulant me rattraper pour ne pas tomber je le ai mis un coup de poing au visage également (ce n’était vraiment pas voulu de ma part). Quelque mois plus tard mon grand-père est mort. Mais on ne sait pas de quoi. Il était vieux il fumer comme un pompier avait le foi dans un sal état et perdait un peu la tête. Cependant, ma grand-mère dit que c’est moi le monstre de la famille qui l’est tué. Et personnellement, j’ai terriblement peur que ce soit le cas.Voilà sinon depuis que je suis loin de Paris je me sens enfin libre.

Michel répond : ça revient un peu à ce que je vous écrivais ci-dessus, on ne peut pas comme on ne pourra jamais régler le problème de la violence par la violence, car la violence est l'ennemie de la violence en faisant toujours violence à la violence. La violence ne pourra jamais cohabiter avec l'amour en aimant l'amour ; mais l'Amour avec un grand A comme le Pardon ont la capacité de transformer tout acte de violence en changeant un coeur de pierre en coeur de chair. C'est ça le miracle de l'Amour et du Pardon où la compassion passe là où personne d'autre n'y peut rien.


La Parole de Dieu dit :
« Alors sont crucifiés avec lui deux brigands, l'un à droite et l'autre à gauche.
Les passants l'injuriaient en hochant la tête et disant : "Toi qui détruis le Sanctuaire et en trois jours le rebâtis, sauve-toi toi-même, si tu es fils de Dieu, et descends de la croix!"Pareillement les grands prêtres se gaussaient et disaient avec les scribes et les anciens :"Il en a sauvé d'autres et il ne peut se sauver lui-même! Il est roi d'Israël : qu'il descende maintenant de la croix et nous croirons en lui!Il a compté sur Dieu ; que Dieu le délivre maintenant, s'il s'intéresse à lui! Il a bien dit : Je suis fils de Dieu!"Même les brigands crucifiés avec lui l'outrageaient de la sorte.» Mt 27, 38-44

Je vous rappelle qu'avant de vous répondre il m'arrive de prendre un certain temps de réflexion pour être certain de bien vous comprendre. Je vous lis comme je vous relis plusieurs fois avant de vous répondre sérieusement. Il m'arrive de vous lire plus de dix fois avant de me décider à vous répondre. Vous savez, quand on a marché plusieurs années sur plusieurs variétés de chemins des grandes souffrances déshumanisantes, il nous arrive de fermer les yeux en lisant la souffrance des autres, pour l'intérioriser dans notre coeur qui a la capacité d'établir une communion profonde avec les coeurs souffrants que Dieu met sur notre route.

La meilleure façon d'alléger notre souffrance c'est de fermer les yeux sur notre propre souffrance pour réouvrir nos yeux sur la souffrance de quelqu'un qui a souffert plus que nous. Cette personne qui a souffert plus que nous doit, elle aussi, un jour fermer les yeux sur sa propre souffrance pour les réouvrir afin d'essayer de rencontrer une personne qui aura souffert plus qu'elle. Il y a toujours quelqu'un qui souffre plus que nous, comme il y a aussi toujours quelqu'un qui souffre moins que nous. Un jour Dieu permet que les deux se rencontrent pour que le plus fort vienne en aide au plus faible, au plus fragile et vulnérable. Voyez-vous l'amour c'est toujours le grand qui aide le plus petit, jusqu'au jour où à son tour le petit deviendra capable d'un grand amour pour aider un plus petit que lui.


Nous avons tous notre degré de sensibilité, je vous donne un exemple :
Moi quand je vois une seule fleur, j'ai comme l'impression de voir un jardin de fleurs dans une seule fleur et je peux me réjouir très longtemps à regarder cette fleur en me promenant autour d'elle. Un autre va passer devant un immense jardin de fleurs et il ne le verra pas, alors il ne peut se réjouir de ce qu'il ne voit pas.

Combien de personnes ont une bonne audition et pourtant n'entendent pas bien, comme d'autres ont de bons yeux et ne voient pas bien parce qu'ils ne sont pas présents de coeur quand ils sont en contact avec des personnes qui portent dans leur coeur de très grandes souffrances? Ha quel malheur pour la personne qui cherche une écoute attentive dans un coeur attentif et qui se retrouve devant un vide immense de non-compassion! Je vous ai déjà écrit que la vie est un grand combat, mais il faut apprendre à combattre avec les armes de la paix et non celles de la violence. Cette Paix elle existe en nous, mais s'il nous est impossible de la sentir comme de la ressentir il faut trouver quelqu'un qui a trouvé le chemin de cette Paix ; il nous rendra notre chemin de vie accessible à un bonheur qui transformera les grandes douleurs de notre vie passée en une école de vie où le grand mystère de l'Amour nous apprendra à nous servir de notre passé ; pour construire notre présent en accueillant la grâce de Dieu qui connaît tout de nous sans que nous nous Le connaissions. Lui, il attend qu'on Lui ouvre la porte de notre coeur en Lui disant simplement, comme le petit Samuel : ''Parle, Seigneur, ton serviteur écoute.''

Dites-vous bien que chacune de nos vies est différente, même chez les jumeaux dont le physique est identique, mais n'oublions pas que les coeurs sont tous différents. Quand on se présente à l'école en oubliant d'apporter ses livres d'études, ''il y a un certain malaise" qui s'installe en nous quand on arrive à notre table de travail devant tous les autres élèves en entendant le professeur dire : Sortez vos livres, on commence le cours.

Le danger quand on a le coeur trop alourdi par notre passé douloureux, c'est d'avoir l'impression de ne plus être utile à personne, même pas à nous. Pourtant nos valeurs sont présentes dans notre coeur. Notre coeur c'est notre livre de vie que nous devrons apprendre à ouvrir en toute douceur, afin de savoir nous en servir comme d'un outil précieux ; Dieu nous apprendra si nous Lui faisons confiance, car la confiance nous rapproche de Celui en qui nous avons mis notre confiance sans limite.

Revenir en haut Aller en bas
 
L'homosexualité
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Écoute Partage Parole :: Forum de Partage-
Sauter vers: