Écoute Partage Parole

Ecoute et partage la Parole avec ton coeur
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Michel blogue une question de Guy Vivien.C'est quoi un chanceux de Dieu?

Aller en bas 
AuteurMessage
doucecolombe

avatar

Féminin Nombre de messages : 19794
Age : 62
Réputation : 10
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Michel blogue une question de Guy Vivien.C'est quoi un chanceux de Dieu?   Mer 12 Sep - 19:25


Michel blogue une question de Guy Vivien : C'est quoi un chanceux de  Dieu?

C'est très simple, cher ami Guy, un chanceux de Dieu c'est quelqu'un qui comme moi ou toute autre personne a eu cette chance unique d'avoir rencontré Dieu comme Père sans même avoir eu le désir de Le rencontrer. C'est ce que l'on appelle une manifestation de Dieu qui s'ensemence comme un don gratuit dans la vie d'un enfant ou d'un adulte qui ne s'y attendait pas du tout.


La Parole de Dieu dit :"...ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu, et sa grâce, venant en moi, n’a pas été stérile. Je me suis donné de la peine plus que tous les autres ; à vrai dire, ce n’est pas moi, c’est la grâce de Dieu avec moi."
1 Co 15, 10

C'est Dieu qui dépose la signature de Sa Douce et Joyeuse Présence  pour faire la restauration d'un coeur d'enfant blessé. Pour ce qui est de moi, comme je le mentionne dans mon témoignage, j'ai vécu cette expérience du Don Gratuit de Dieu lorsque je n'avais que 15 ans 1/2. Tout ceci est arrivé la journée même de mon départ de chez moi, un peu comme si en quittant ma demeure qui m'avait fait souffrir pendant toute ma vie d'enfance, Dieu me proposait de faire de mon coeur d'enfant blessé Sa Propre Demeure à Lui. 

Si vous faites une simple analyse de mon témoignage de vie personnel, vous allez vous rendre compte par vous-même que j'avais une très bonne raison de ne désirer à aucun prix rencontrer Dieu. Je suis certain que si vous aviez vécu une expérience semblable à la mienne, vous auriez certainement eu des craintes à rencontrer Dieu ; si l'un de vos professeurs vous avait fait la même déclaration que celle qui m'a été faite.



Cette femme était sûrement de bonne volonté à vouloir expliquer aux étudiants(es) de notre  classe que Dieu était quelqu'un qui avait une ressemblance avec notre père de sang. On peut comprendre que dans les années 60, 70, 80, les professeurs hommes ou femmes, n'avaient pas beaucoup de contacts directs avec leurs étudiants(es), ils ne connaissaient pas ou très peu le vécu familial de chacun d'eux. Aujourd'hui, en 2018, c'est triplement différent ; si les étudiants(es) entendaient cette même phrase, il y aurait beaucoup de bruit sur les médias sociaux, surtout pour ceux qui ont vécu un ou des drames familiaux.  

Il est possible qu'au même moment où cette femme professeur a fait la comparaison entre Dieu Père et notre père de sang, il se trouvait devant elle plusieurs autres catégories d'étudiants(es) qui avaient vécu différentes formes de traumatisme durant leur vie d'enfance. Certains avaient peut-être un père qui leur témoignait de la bonté et de l'amour paternel, tant mieux pour eux ; mais il y en avait sûrement d'autres qui, comme moi, avaient vécu plusieurs drames dans leur milieu familial, et il aurait été préférable pour eux de ne pas entendre cette phrase.

Après m'avoir lu, je suis presque certain que vous comprendrez mieux que cette courte expression  ** (être un chanceux de Dieu) ** ait pris naissance sur le terrain des grandes souffrances de ma vie ; où l'intervention de Dieu était ma seule et unique chance de survie. Ma comparaison pourrait paraître simpliste pour certains, mais je pourrais écrire que mon expérience ressemble un peu à une personne qui gagne à une loterie sans avoir fait l'achat d'aucun billet. C'est quelqu'un qui lui a fait parvenir son billet gagnant par voie postale sans même savoir que le billet était gagnant.



La Parole de Dieu dit :« Écoute, Seigneur, pitié pour moi ! Seigneur, viens à mon aide ! »Tu as changé mon deuil en une danse, mes habits funèbres en parure de joie.Que mon coeur ne se taise pas, qu'il soit en fête pour toi, et que sans fin, Seigneur, mon Dieu, je te rende grâce !
Ps 29, 11-13


Connaître Dieu sans avoir voulu Le Connaître est une expérience indescriptible (qu'il n'est pas possible) >>> (comme il ne sera jamais possible) d'expliquer avec les mots faisant partie du langage humain. Par contre, Dieu nous inspirera un  langage nouveau, le langage de Son Amour Divin ; alors  c'est Lui qui se chargera d'expliquer l'inexplicable. Surtout si nous acceptons de marcher sur Le Chemin de l'Évangile tout en aimant et en vivant  proche du Christ, en marchant toujours derrière Lui sans jamais Le devancer. 

Si je me guide sur ma propre expérience, sur ce privilège imprévisible que j'ai eu de Connaître Dieu sans avoir voulu Le connaître, c'est comme si je commençais à Le connaître dès aujourd'hui sans jamais tout connaître de Lui. Pour moi maintenant, je peux écrire que ma connaissance de Dieu a commencé par de très longues années de silence imposé par mon quotidien, parce que je n'avais pas le droit de parole dans mon milieu de vie familial. Ma première étape a été de découvrir que Dieu n'avait rien à voir avec le profil de feu mon pauvre père. La deuxième étape a été de découvrir l'agir de Dieu dans ma vie en prenant plaisir à marcher sur le chemin de la prière en méditant la Parole de Dieu.

Citation:Il y a dans le cœur de chaque homme un vide en forme de Dieu, et nul autre que Lui ne peut le combler. 
Blaise Pascal



 Aujourd'hui, en méditant L'Évangile de la Joie, je peux admettre qu'il nous est  impossible de bien prier sans passer par le chemin du silence qui nous conduit toujours au coeur d'une oraison en floraison. Impossible de trouver le silence sans passer par le désert qui nous permet de savourer pleinement cette grande joie d'être des filles et des fils d'un même Père. 


boulot  Suite de ma réponse à votre question. ordi

Rebonjour Guy, mon cher ami. Comme je devais préparer le terrain pour mon jardin de 2019, je n'avais pas eu le temps d'aller jusqu'au bout de ma réflexion, alors voici la suite, ci-dessous, en espérant ne pas vous endormir... Quand ce sera possible pour vous, j'aimerais avoir quelques-unes de vos réactions aux réflexions que je vous fais parvenir, surtout pour apprendre à vous connaître en partageant avec vous sur les sujets de la vie spirituelle. Si parfois vous avez d'autres questions, quels que soient les sujets, il me fera toujours plaisir de vous répondre en toute simplicité, dans mes temps libres, comme un pauvre au service de notre Église.

Citation : Une louange de gloire, c'est une âme de silence qui se tient comme une lyre sous la touche mystérieuse de l'Esprit Saint afin qu'il en fasse sortir des harmonies divines ; elle sait que la souffrance est une corde qui produit des sons plus beaux encore, aussi elle aime la voir à son instrument afin de remuer plus délicieusement le Coeur de son Dieu.

Sainte Elisabeth de la Trinité

Ps: À partir de cette citation de Sainte Elisabeth de la Trinité, je pourrais vous en dire encore plus sur le même sujet, en lien avec votre question. Selon moi, que ce soit vous qui ayez reçu cette invitation à suivre le  Christ comme séminariste, c'est beaucoup plus qu'une chance : Vous passez de la chance au privilège, surtout si on prend le temps de réfléchir à tous les troupeaux de brebis en manque de pasteur dans tous les pays du monde. Personnellement j'ai eu en peu de temps l'occasion de voir votre profil physique grâce à un contact Skype, et le peu que j'ai vu de votre personnalité m'a permis de comprendre ce qui suit, et que je vais vous expliquer simplement. Si vraiment vous répondez sérieusement au "Viens, Suis-Moi" du Christ, en suivant l'exemple des Apôtres en priant avec l'Église, pour l'Église, dans l'Église, en suivant le Christ sur le Chemin de L'Évangile, vous deviendrez un pasteur lumineux de Dieu.

Je pense que ça vaut la peine pour moi, mais surtout pour vous, de réécrire ceci, en m'adressant directement à votre coeur de séminariste : Oui, vous avez un profil de personnalité calme, et une voix aussi calme que votre personnalité, alors si vous vous nourrissez de cette nourriture qui vous est offerte en toute gratuité par le Christ, votre coeur deviendra imitateur du Christ, Lui Le Pasteur des pasteurs.

Première remarque/ Vous remarquerez que je vous ai fait parvenir ma première réflexion à votre question le Jeudi le 6 septembre 2018, alors voici l'Évangile que nous avons médité le même jour.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 5,1-11. 
En ce temps-là, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth. Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules. Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. » Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. » Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient. À cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. » En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras.» Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.

Deuxième remarque/Vous remarquerez que mon ajout à votre réflexion, que je n'avais pas fini de commenter, par manque de temps, a été fait la même journée où nous avons médité l'Évangile du 14 septembre 2018, que je mets ci-dessous.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 6,27-38.
En ce temps-là, Jésus déclarait à ses disciples : « Je vous le dis, à vous qui m’écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent. Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient. À celui qui te frappe sur une joue, présente l’autre joue. À celui qui te prend ton manteau, ne refuse pas ta tunique. Donne à quiconque te demande, et à qui prend ton bien, ne le réclame pas. Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs aiment ceux qui les aiment. Si vous faites du bien à ceux qui vous en font, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs en font autant. Si vous prêtez à ceux dont vous espérez recevoir en retour, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs prêtent aux pécheurs pour qu’on leur rende l’équivalent. Au contraire, aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer en retour. Alors votre récompense sera grande, et vous serez les fils du Très-Haut, car lui, il est bon pour les ingrats et les méchants. Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et l’on vous donnera : c’est une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans le pan de votre vêtement ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira de mesure aussi pour vous. » 

Troisième remarque /Je ne sais pas si vous avez lu le témoignage d'un prêtre que le Seigneur a mis sur ma route dans les années où je donnais des conférences dans les paroisses à titre de laïc passionné pour la nouvelle évangélisation, même si ce sujet ne faisait pas partie des sujets de mon temps. On parlait de l'évangélisation tout court même si le mot est long, mais jamais on n'entendait parler de la nouvelle évangélisation comme on peut en entendre parler aujourd’hui. On en entend beaucoup parler, mais entre moi et vous sans oublier tous les autres qui nous liront, combien de laïcs, de séminaristes, de prêtres et de diacres comprennent vraiment en quoi consiste la nouvelle évangélisation au regard de l'évangélisation d'autrefois? Pour vous, Guy, ou pour d'autres séminaristes, d'autres prêtres, diacres et laïcs, quelle différence y a-t-il entre l'évangélisation d'autrefois et la nouvelle évangélisation d'aujourd'hui? Je serais heureux, comme je suis convaincu que moi et plusieurs  internautes nous serions tous(tes) heureux(ses), de lire les réponses à cette question de la part de ceux et celles qui auront une foi assez audacieuse pour répondre de tout leur coeur. Qu'en pensent Guy ainsi que tous les autres?

D’ailleurs en lisant ou relisant le témoignage du prêtre, on retrouve dans son témoignage deux approches très différentes de l'évangélisation ; je vous laisse le plaisir de les retracer. Je mets le lien ci-dessous. 

Pour lire le témoignage du prêtre, il faut cliquer sur le lien ci-dessous ou encore sur le mot prêtre. Bonne lecture et bonne méditation.
Revenir en haut Aller en bas
 
Michel blogue une question de Guy Vivien.C'est quoi un chanceux de Dieu?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Écoute Partage Parole :: Forum de Partage-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: