Écoute Partage Parole
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Écoute Partage Parole

Ecoute et partage la Parole avec ton cœur
 
PortailAccueilDernières imagesS'enregistrerConnexion
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
 

 Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant

Aller en bas 
AuteurMessage
coeurtendre
Admin
coeurtendre

Masculin Nombre de messages : 12747
Age : 67
Localisation : Trois-Rivières
Réputation : 1
Date d'inscription : 16/02/2007

Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant Empty
MessageSujet: Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant   Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant Icon_minitimeMar 20 Juin - 9:55




Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant Lumiegravereanimation3gif





1. Ètes-vous pécheur, ne vous découragez pas; si Caïn n'a pas obtenu son pardon, c'est qu'il s'est découragé. - 2. Si David a obtenu le sien, c'est parce qu'il a eu confiance, parce qu'il a fait ce que dit le Prophète: Confesse toi-même le premier ton péché, afin que tu sois justifié. - Confesser son péché, première voie de pénitence. - 3. Pleurer son péché, deuxième voie de pénitence. - Exemple d'Achab, histoire de Naboth. - Jonas et les Ninivites. - 4. Troisième voie de pénitence, l'humilité. - Exemple du pharisien et du publicain. - 5. Humilité de saint Paul. - Exhortation.



Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant Lumiegravereanimation3gif




 Vous avez vu, dimanche dernier, un assaut et une victoire: l'assaut donné par le diable, la victoire remportée par le Christ. Vous avez vu comment la pénitence est célébrée et comment le diable succombant à sa blessure, a tremblé et frémi. - Pourquoi craindre, ô démon, à l'éloge de la pénitence? Pourquoi gémir? Pourquoi frissonner de peur? - Oui, réplique-t-il, c'est à bon droit que je m'afflige et me désole! cette pénitence me vole mes meilleurs instruments! Lesquels donc? - La courtisane, l'usurier, le larron, le blasphémateur! - Et, de fait, il est certain que la pénitence lui enlève plusieurs de ses moyens d'action, renverse sa propre citadelle et le frappe lui-même d'un coup mortel: vous le  comprenez, mes chers amis, par les faits qu'une récente expérience vous a montrés. Pourquoi donc ne profitons-nous pas de telles instructions, pourquoi ne fréquentons-nous pas chaque jour l'église afin d'y embrasser la pénitence? Si vous êtes pécheurs, entrez à l'église afin d'y déclarer vos péchés; si vous êtes justes, entrez à l'église afin que vous ne défailliez pas dans votre justice; dans l'un comme dans l'autre état, notre refuge est l'église.



Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant Lumiegravereanimation3gif




Êtes -vous pécheur? Ne vous découragez pas, mais entrez en vous mettant à couvert derrière la pénitence. Avez-vous péché? Dites à Dieu j'ai péché! Quelle peine faut-il, quel détour, quelle fatigue, quelle inquiétude pour dire ce mot: j'ai péché? Et si vous ne vous proclamez pas pécheur, n'avez-vous pas le diable pour accusateur? Prenez l'avance, enlevez-lui son rôle: son rôle est d'accuser. Pourquoi ne le prévenez-vous pas? Pourquoi ne pas dire votre péché et ne pas purger votre faute, puisque vous savez bien que vous êtes en face d'un accusateur qu'on ne peut faire taire? Avez-vous péché? Entrez donc à l'église et dites à Dieu «j'ai péché.» Je n'exige de vous nulle autre chose que celle-là: car la divine Écriture dit: Pour être justifié, déclare toi-même le premier ta faute. (Isaïe 43,26) Déclarez le péché pour détruire le péché. En cela il n'est besoin ni de fatigue, ni de périodes oratoires, ni de dépenses d'argent, ni de rien de pareil: dites un mot, dites-le avec une loyale franchise: j'ai péché. - Mais, objectera quelqu'un, d'où vient que je me délie du péché si je déclare le premier mon péché?-Je vois dans l'Écriture un homme qui déclare son péché et s'en délivre; et j'en vois un autre qui ne déclare pas son péché et se fait condamner. Caïn, poussé par l'envie, tue son frère Abel l'envie est l'avant-garde du meurtre; il le surprend dans la campagne, il le fait disparaître. Qu'est-ce que Dieu lui dit? Où est ton frère Abel? (Genèse 4,9) S'il l'interroge, ce n'est pas qu'il ignore rien, lui qui connaît tout; mais il veut attirer le meurtrier à la pénitence. Il montre assez qu'il n'ignore pas quand il demande: où est ton frère Abel. Caïn répond: Je n'en sais rien: suis-je donc le gardien de mon frère? - Soit, tu n'es pas son gardien, pourquoi es-tu donc son assassin? tu ne le gardais pas, pourquoi l'as-tu tué? - Au moins confesses-tu cela! Eh bien, tu es coupable, et tu répondras même de ce que tu ne l'as pas gardé! Que lui répond le Seigneur? La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu'à moi. (Genèse 4,9) Il le confond sur-le-champ; il lui inflige le châtiment non pas tant à cause du meurtre qu'à cause de son impudence: Dieu ne déteste pas tant le pécheur que l'effronté. Il ne reçoit pas Caïn venant à pénitence, certainement parce que celui-ci n'a pas le premier avoué son péché. Que dit-il en effet? Mon péché est trop grand pour qu'il me soit remis? (Genèse 4,9) C'est comme s'il disait: j'ai commis une faute énorme, je ne suis pas digne de vivre. Et que lui répond le Seigneur? Tu seras sur la terre gémissant et tremblant (Genèse 12): il lui impose une lourde et rude punition. Je ne te frappe pas de mort, dit-il, pour ne pas livrer la vérité à l'oubli, mais je fais de toi une loi visible et intelligible pour tous afin que ta vie misérable devienne mère de la sagesse. Et Caïn s'en alla partout, loi vivante, colonne animée dont le silence faisait retentir le décret divin avec plus d'éclat que le son des trompettes. Ne faites pas comme moi, disait-il, si vous ne voulez pas souffrir comme moi. Il fut châtié à cause de son impudence; au lieu d'avouer sa faute, il se laissa convaincre, et il fut condamné. S'il l'eût confessée spontanément, il l'eût effacée le premier.



Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant Lumiegravereanimation3gif




Pour bien comprendre que les choses sont comme j'ai dit, comprenez comment un autre homme, en déclarant lui-même son péché, en a rompu le lien. Allons à David, le prophèteroi; mais je l'appelle plus volontiers du nom de prophète, parce que son royaume se bornait à la Palestine, tandis que ses prophéties ont atteint les limites extrêmes de l'univers; sa royauté s'est écoulée en peu de temps, tandis que ses prophéties ont fait entendre des paroles immortelles. Il est plus facile au soleil de s'éteindre qu'aux paroles de David de tomber en oubli. David commit l'adultère et l'homicide: il vit, dit l'Écriture, une belle femme qui se baignait et il l'aima; ensuite il mit à exécution son dessein. Le prophète était tombé dans l'adultère, la perle dans la boue; et pourtant il ne reconnaissait pas encore qu'il avait péché, tant il était endormi par l'ivresse de la passion. Lorsque le cocher est ivre, le char se précipite tout de travers; or l'âme et le corps sont entre eux comme le cocher et le char; si l'âme est dans les ténèbres, le corps roule dans la fange. Tant que le cocher reste debout et ferme, le char fait bonne route: que le cocher vienne à (281) faiblir et à ne pouvoir plus tenir les guides, dès lors le char aussi se voit en danger. Ainsi en est-il de l'homme, tant que l'âme est sobre et vigilante, le corps reste pur; dès que l'âme s'obscurcit, le corps se vautre dans la boue, dans la volupté. Mais revenons à David. Il avait commis un adultère, il ne le connaissait pas: il n'était incriminé par personne, et cela aux dernières limites de sa vieillesse! Apprenez que si vous êtes négligent, vos cheveux blancs ne vous serviront de rien, et, qu'au contraire, si vous êtes vigilant, votre jeunesse ne pourra pas vous nuire. Ce n'est pas l'âge qui fait les moeurs, c'est la droiture de la volonté: Daniel n'avait que douze ans et il fut pris pour juge; les vieillards comptaient des jours nombreux et ils inventèrent la fable de l'adultère (Daniel 13,45); aux uns la vieillesse ne servit de rien, à l'autre la jeunesse ne nuisit en rien. Et pour comprendre que ce n'est pas l'âge, mais la disposition de la volonté qui nous fait juger des actions vraiment sages, voyez David! il est arrivé à un âge avancé, et c'est avec des cheveux blancs qu'il tombe en adultère, qu'il commet un homicide, qu'il se laisse prendre par la passion, au point de ne pas se douter lui-même qu'il pèche; son guide, sa conscience est enivrée d'incontinence.



Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant Lumiegravereanimation3gif



Dieu lui envoie Nathan, le prophète vient au prophète; c'est ainsi qu'on agit à l'égard du médecin: quand l'un d'entre eux est malade, alors il a besoin d'un autre. Voilà ce qui arrive ici; un prophète avait péché, un prophète se trouva pour apporter le remède. Nathan vient donc à lui, mais il ne commence pas, dès le seuil de la porte, à le gourmander et à lui dire: Scélérat, maudit, fornicateur, assassin quoi! Dieu t'a comblé de tant d'honneurs et tu violes ses commandements? Il ne dit rien de pareil afin de ne pas le rendre plus obstiné encore dans son crime; les fautes dénoncées en public ne font que provoquer le pécheur à l'impudence. Il vient donc à lui, et il lui arrange habilement la parabole d'un procès; que dit-il? O roi! j'ai à plaider devant vous. Un homme était riche, un mitre était pauvre; le riche possédait de nombreux troupeaux de boeufs et de moutons, le pauvre n'avait qu'une seule brebis qui buvait dans sa coupe, qui mangeait à sa table, qui dormait sur son sein. Ici le prophète désignait l'amour du mari pour son épouse. Un étranger lui étant venu, le riche ne touche pas à ses troupeaux, il prend la brebis du pauvre et l'égorge. 



Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant Lumiegravereanimation3gif



(2 Samuel 12,1-15) Voyez comment le prophète dispose le tissu de son récit, comment il tient le fer caché sous l'éponge? Que fait le roi? S'imaginant avoir à juger l'affaire d'autrui, il porte sur-le-champ sa sentence; voilà comment les hommes ont coutume d'en user, ils portent et prononcent volontiers et sévèrement leur jugement contre les autres. Vive le Seigneur! dit David, ce riche mérite la mort, et il paiera la brebis au quadruple. Que répond Nathan? Il ne caresse pas longtemps la plaie, il la découvre de suite, il en fait rapidement la section afin de ne pas laisser perdre la sensation de la douleur. C'est vous, ô roi! Et que dit le roi? J'ai péché contre le Seigneur. Il ne dit pas: Qui es-tu pour me reprendre de cette sorte? qui t'a donné mission pour me parler avec cette liberté? quelle audace te pousse à agir ainsi? Il ne dit rien de pareil, mais il reconnaît son péché en ces termes: J'ai péché contre le Seigneur. Que lui répond Nathan? Et le Seigneur a remis ton péché. Tu t'es condamné toi-même, moi, je te fais grâce de la peine; en confessant ton péché franchement tu en as rompu la chaîne, tu as appelé toi-même le châtiment, moi je décline ma sentence. Voyez-vous comment s'accomplit le mot de l'Écriture: Dis toi-même le premier tes péchés, afin que tu sois justifié? (Isaïe 43,26) Et quelle difficulté y a-t-il à déclarer soi-même le péché?



Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant Lumiegravereanimation3gif




 Vous avez encore une autre voie de pénitence: laquelle donc? C'est de pleurer votre péché. Avez-vous péché? Versez des larmes et vous rompez votre chaîne. Mais en quoi consiste ce labeur? Je ne vous demande pas que vous parcouriez les mers, ou que vous débarquiez en quelque port éloigné, ni que vous vous mettiez en course, ni que vous accomplissiez de lointaines pérégrinations, ni que vous exposiez vos biens, ni que vous subissiez L'épreuve des flots irrités; que demandé-je donc? que vous pleuriez sur les fautes que vous avez commises! - Mais, dites-vous, comment se fait-il que par mes larmes je me délivre du péché? - Vous en trouvez la preuve dans la divine Écriture. Il était un roi nommé Achab, duquel il est attesté qu'il était juste; mais, sous l'influence de sa femme Jézabel, il régna pour le mal. Ce roi eut fantaisie de posséder la vigne d'un Jezraélitain, Naboth; il lui dépêcha un messager pour lui dire: Donne-moi ta vigne que je convoite; et, en échange, accepte de moi ou de l'argent ou un autre terrain. Naboth répondit: Dieu me préserve de te vendre l'héritage de mes pères! Achab avait envie de la vigne, mais il ne voulait pas violenter l'homme, de telle sorte qu'il tomba malade de cette contrariété. Jézabel entra près de lui: cette espèce de femme impudente et emportée, chargée de souillures et de malédictions, lui dit: Pourquoi te chagriner, pourquoi refuser les aliments? Lève-toi et mange: je ferai en sorte que tu aies la vigne de Naboth le Jezraélitain. Et sur-le-champ elle écrivit aux anciens, sous le couvert du roi, une lettre conçue en ces termes: Publiez un jeûne et trouvez contre Naboth de faux témoins qui déclarent qu'il a béni Dieu et le roi, c'est-à-dire qu'il a blasphémé. O jeûne plein d'une suprême iniquité! Ils le publièrent afin d'accomplir un meurtre. Qu'arriva-t-il? Naboth fut lapidé et mourut. Dès qu'elle en eut connaissance, Jézabel dit à Achab: Debout! et prenons possession de la vigne: Naboth est mort. Achab eut un moment de regret; mais pourtant il entra dans la vigne et s'en empara. Dieu lui députa le prophète Elie: Marche, dit-il, et déclare à Achab: puisque tu as tué et usurpé, ton sang aussi sera versé, les chiens lécheront ton sang, les prostituées se laveront dans ton sang. (1 Roi 26) La colère divine frappe, la sentence est portée, la condamnation s'accomplit. Où Dieu envoie-t-il le prophète? Voyez: c'est dans la vigne même; là où fut le péché, là est le châtiment. Que dit-il? Achab l'aperçoit et s'écrie: Toi, mon ennemi, tu as bien su me trouver! comme s'il disait: tu m'as surpris en faute, car j'ai péché aujourd'hui, tu as bonne occasion de m'écraser! Toi mon ennemi, tu as bien su me trouver! En effet Elie ne cessait de reprendre Achab; et celui-ci, ayant conscience de sa culpabilité, disait: Tu me réprimandais sans cesse; mais en ce moment c'est à juste titre que tu me foules aux pieds. Il savait bien qu'il avait péché. Elie lui dénonce en face la sentence divine. Puisque tu as tué et usurpé, puisque tu as versé le sang du juste, ton propre sang sera aussi versé; les chiens s'en abreuveront et les prostituées s'en laveront. A ces paroles, Achab est saisi de douleur, il gémit sur son péché, il reconnaît son iniquité et Dieu retire le jugement porté contre lui; mais auparavant Dieu s'en explique à Elie, de peur que ce prophète ne soit regardé comme menteur et ne se conduise comme Jonas.



Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant Lumiegravereanimation3gif



La même chose en effet arriva à Jonas. Dieu lui dit: va, prêche dans la cité de Ninive, où habitent cent vingt mille hommes sans compter les femmes et les enfants: encore trois jours et Ninive sera détruite. (Jonas 1,2) Jonas, qui connaissait bien la miséricorde de Dieu, ne voulait pas y aller. Que fit- il? Il s'enfuit; il se disait J'irai prêcher; mais vous, qui êtes si bon pour les hommes, vous changerez votre sentence, et moi je serai mis à mort comme faux prophète. La mer, après l'avoir reçu, ne l'ensevelit pas; elle le rendit à la terre; elle le conserva sain et sauf pour Ninive; en bon serviteur, l'océan garda cet autre serviteur de Dieu. Jonas, dit l'Écriture, descendit à la côte pour s'enfuir; trouvant un navire en partance pour Tharsis, il paya son nolis et s'y embarqua. (Jonas 1,2) Où fuis-tu, Jonas? Pars-tu pour une autre terre? Mais la terre dans toute sa plénitude appartient au Seigneur! Vas-tu sur les flots? Mais ignores-tu que la mer est à lui; c'est lui qui l'a faite! - Vas-tu dans les cieux? mais n'as-tu pas entendu David qui chantait: Je verrai les cieux qui sont l'oeuvre de vos doigts? (Psaumes 8,4) Poussé par la frayeur, Jonas croyait fuir: en réalité nul ne peut fuir Dieu. Dès que les flots l'eurent rendu, dès qu'il fut arrivé à Ninive, il se mit, à prêcher et à dire: Encore trois jours et Ninive sera détruite. Mais, qu'il se soit mis en fuite dans cette idée que Dieu, si doux aux hommes, reviendrait sur les menaces terribles qu'il leur faisait annoncer, et que le prophète passerait pour imposteur, comprenez-le par les indications que celui-ci fournit lui-même. En effet, après avoir prêché dans Ninive, il sortit de la ville et se mit à observer ce qui allait arriver. Quand il vit que les trois jours étaient passés et qu'aucune des malédictions annoncées ne s'était réalisée, alors il se remit en mémoire sa première pensée et il dit: Ne sont-ce pas les paroles que j'ai dites, que Dieu est miséricordieux, qu'il est patient, qu'il change d'avis sur les maux qu'il veut infliger aux hommes? (Jonas 4,2) Pour éviter qu'il n'arrivât à Elie la même chose qu'à Jonas, Dieu lui exposa le motif pour lequel il fit grâce à Achab. Que lui dit-il? As-tu vu comme Achab est venu à moi triste et gémissant? Est-ce que j'agirai méchamment comme lui? (1 Roi 21,29) Ah! voilà le maître qui (283) se fait l'avocat de son serviteur; voilà Dieu qui fait l'apologie d'un homme devant un autre homme! Ne t'imagine pas, dit-il, que je l'épargne sans raisons: il a changé ses moeurs, j'ai changé, j'ai tempéré ma colère. Qu'on ne te regarde pas comme faux prophète, car tu as dit la vérité. s'il n'eût changé ses moeurs, il eût souffert les maux dont ma sentence le menaçait; mais, parce qu'il s'est converti, moi aussi j'ai laissé tomber ma colère. Et Dieu dit à Elie: As-tu vu comme Achab est venu à moi triste et gémissant? Je n'agirai pas selon ma colère. - Et vous, voyez-vous comment les larmes délivrent du péché?



Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant Lumiegravereanimation3gif




Vous avez encore une troisième voie de pénitence. Si je vous montre ces voies si nombreuses, c'est afin que leur diversité vous rende le salut facile. Quelle est donc cette troisième voie? C'est l'humilité: soyez humble et vous rompez la chaîne de votre péché. Ici encore vous trouvez la preuve dans l'Écriture, dans la leçon que nous donnent le publicain et le pharisien. (Luc 18,10) Le pharisien et le publicain, dit l'Evangile, montèrent au temple pour prier; le pharisien commença par énumérer ses vertus: moi, dit-il, je ne suis pas pécheur comme tout le monde ni comme ce publicain. Pauvre homme! misérable coeur! Tu as condamné tout l'univers en bloc, pourquoi écraser aussi ton voisin? N'était-ce pas assez d'attaquer tout le monde, sans condamner encore ce publicain? De la sorte tu infliges le blâme à tous les hommes et tu ne fais pas grâce à un seul: Je ne suis pas comme le reste des hommes, ni comme ce publicain: je jeûne deux fois la semaine, je donne aux pauvres la dîme de ce que je possède. Voilà le langage de l'arrogance. Malheureux, tu prononces le jugement du genre humain, soit! Mais pourquoi incriminer jusqu'à ton voisin, jusqu'à ce publicain? Ne serais-tu pas satisfait d'avoir accusé l'univers, si tu n'accusais encore ton compagnon? - Mais que fait le publicain? Après avoir entendu tout cela, il ne dit pas: Et toi, qui donc es-tu pour me dire de pareilles choses? Comment connais-tu ma vie? Tu n'as ni conversé avec moi, ni habité avec moi, ni passé ton temps avec moi. Pourquoi t'enorgueillir si fort? Qui donc rend témoignage de tes bonnes oeuvres? Pourquoi te louer toi-même? Pourquoi te flatter toi-même? Le publicain ne dit rien de semblable; mais, courbant la tête, il adora le Seigneur et s'écria: Seigneur, ayez pitié de moi, qui suis pécheur! Le publicain s'humilie et il est justifié. Le pharisien descendit du temple après y avoir perdu la justice, et le publicain après l'y avoir acquise. les paroles de l'un eurent plus de mérite que les actes de l'autre. Celui-là perdit la justice avec ses oeuvres; celui-ci obtint la justice par une parole d'humilité. Et encore n'était-ce point proprement l'humilité, laquelle consiste en ce que celui qui est grand s'abaisse lui-même. Le fait du publicain n'était pas humilité, mais vérité: ses paroles étaient vraies, puisqu'il était pécheur.



Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant Lumiegravereanimation3gif




Qu'y a-t-il en effet de pire qu'un publicain? Il exploite les calamités d'autrui, il tire profit des peines d'autrui; il ne daigne pas voir le malheur pourvu qu'il en tire une part de bénéfice. L'iniquité du publicain atteint le comble. Le publicain n'est rien autre que la violence qui se met à l'aise, l'iniquité légalisée, la rapine sous un masque honnête. Quoi de pire que le publicain établi sur la grande route? Il moissonne les fruits du travail d'autrui; quand il s'agit de peine, il ne se donne nul souci; mais quand arrive le gain, il prend sa part dans ce qu'il n'a pas gagné. Donc, si le publicain, qui était un pécheur de ce genre, a obtenu un tel pardon en faisant preuve d'humilité, combien plus le méritera l'homme vertueux et humble! Si vous confessez vos péchés et si vous pratiquez l'humilité, vous êtes justifié. Voulez-vous savoir ce qu'est l'homme humble? Regardez saint Paul qui le fut vraiment, saint Paul, le docteur de toute la terre, l'orateur des âmes, le vase d'élection, le port du salut, la forteresse inexpugnable, saint Paul qui, avec sa petite taille, embrassait le monde entier et le parcourait en tous sens comme un aigle: voyez-le qui s'abaisse, ce sage qui se fait ignorant, ce riche qui se fait pauvre. Je l'appelle vraiment humble celui qui a épuisé le cours de travaux innombrables, qui a remporté sur le diable des milliers de trophées, qui a prêché et dit: La grâce n'a pas été stérile en moi, mais j'ai travaillé plus que tous (1Corinthiens 15,10); qui a subi les prisons, les blessures et les coups, qui a pris le monde dans ses épîtres comme dans un divin filet; celui qui fut appelé par une voix céleste, il était humble quand il disait: Moi, je suis le dernier des apôtres, je ne suis pas digne d'être appelé apôtre. (1Corinthiens 15,9) Quelle grandeur d'humilité! Saint Paul a de lui-même si basse opinion qu'il se range le dernier! Je suis le dernier des apôtres, je ne suis pas digne d'être appelé apôtre. C'est la vraie humilité que de se mettre au-dessous de tous et de se proclamer le dernier. Songez à ce qu'était celui qui proférait de telles paroles: Paul, l'habitant des cieux revêtu d'un corps, la colonne de l'Église, l'ange terrestre, l'homme angélique! Je m'arrête avec joie en face de cet homme toutes fois, que j'aperçois l'éclatante beauté de sa vertu le soleil à son lever, lançant ses splendides rayons, ne réjouit pas mes yeux comme l'aspect de saint Paul illumine mon âme. Le soleil sans doute éclaire notre visage, saint Paul nous enlève jusqu'aux voûtes mêmes du ciel; il rend notre âme plus sublime que le soleil, plus haute que la lune tant est grande la puissance de la vertu! d'un homme elle fait un ange, elle porte l'âme comme sur des ailes jusqu'aux cieux. Cette vertu, Paul nous l'a enseignée; efforçons-nous d'en devenir les courageux imitateurs. Mais il ne faut pas sortir de notre sujet; mon but était de vous montrer que l'humilité est la troisième voie de pénitence, que le publicain ne fit pas précisément acte d'humilité, mais qu'il dit la vérité en mettant ses péchés à nu, et qu'il se justifia, non pas en déboursant de l'argent, non pas en parcourant la mer en tous sens, non pas en faisant une longue route à pied, non pas en se montrant généreux pour ses amis, non pas en dépensant un temps considérable, mais en pratiquant l'humilité; par là il obtint la justification, il fut jugé digne du royaume des cieux, duquel puissions-nous tous devenir participants, par la grâce et la miséricorde de Notre-Seigneur Jésus-Christ, à qui gloire et force appartiennent dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.



Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant Lumiegravereanimation3gif




Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant 1955149697_small_1



Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant Lumiegravereanimation3gif


Que la Vierge Marie nous aide à nous laisser toucher
 le cœur par cette sainte parole de Jésus, brûlante comme
 le feu, qui nous transforme et nous rend capables de 
faire  du bien sans rien en retour, faire du bien sans rien
 en retour, en témoignant partout de la victoire de l’amour.



Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant Lumiegravereanimation3gif








Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant Lumiegravereanimation3gif










Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant Lumiegravereanimation3gif


Revenir en haut Aller en bas
 
Page de retour/ 3/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Page de retour/ 4/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant
» Page de retour/ 6/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant
»  Page de retour/ 2/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant
» Page de retour/ 1/Sujet/Jonas/Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant
» Page de retour/ 7 Pape François/Méditation sujet/Jonas /Avoir accès à toutes les citations réflexions /Sujet Jonas à partir du lien suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Écoute Partage Parole :: Forum de Partage-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: