Écoute Partage Parole

Ecoute et partage la Parole avec ton coeur
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Partagez
 

  Réflexion 135/Sujet/ "Les mystères de l’enfance de Jésus"/

Aller en bas 
AuteurMessage
coeurtendre
Admin
coeurtendre

Masculin Nombre de messages : 5429
Age : 62
Localisation : Trois-Rivières
Réputation : 1
Date d'inscription : 16/02/2007

 Réflexion 135/Sujet/ "Les mystères de l’enfance de Jésus"/ Empty
MessageSujet: Réflexion 135/Sujet/ "Les mystères de l’enfance de Jésus"/    Réflexion 135/Sujet/ "Les mystères de l’enfance de Jésus"/ Icon_minitimeJeu 19 Oct - 2:58

 Réflexion 135/Sujet/ "Les mystères de l’enfance de Jésus"/ Chants


"Les mystères de l’enfance de Jésus"


 La circoncision de Jésus, le huitième jour après sa naissance (Lc 2, 21), est signe de son insertion dans la descendance d’Abraham, dans le peuple de l’alliance, de sa soumission à la loi (Ga 4, 4), et de sa députation au culte d’Israël auquel Il participera pendant toute sa vie. Ce signe préfigure " la circoncision du Christ " qu’est le Baptême (Col 2, 11-13).


 L’Épiphanie est la manifestation de Jésus comme Messie d’Israël, Fils de Dieu et Sauveur du monde. Avec le Baptême de Jésus au Jourdain et les noces de Cana (cf. LH, antienne du Magnificat des secondes vêpres de l’Épiphanie), elle célèbre l’adoration de Jésus par des " mages " venus d’Orient (Mt 2, 1). Dans ces " mages ", représentants des religions païennes environnantes, l’Évangile voit les prémices des nations qui accueillent la Bonne Nouvelle du salut par l’Incarnation. La venue des mages à Jérusalem pour " rendre hommage au roi des Juifs " (Mt 2, 2) montre qu’ils cherchent en Israël, à la lumière messianique de l’étoile de David (Nb 24, 17 ; Ap 22, 16), celui qui sera le roi des nations (Nb 24, 17-19). Leur venue signifie que les païens ne peuvent découvrir Jésus et l’adorer comme Fils de Dieu et Sauveur du monde qu’en se tournant vers les juifs (Jn 4, 22) et en recevant d’eux leur promesse messianique telle qu’elle est contenue dans l’Ancien Testament (Mt 2, 4-6). L’Épiphanie manifeste que " la plénitude des païens entre dans la famille des patriarches " (Saint-Léon le Grand).


La présentation de Jésus au Temple (Lc 2, 22-39) Le montre comme le Premier-Né appartenant au Seigneur (Ex 13, 12-13). Avec Siméon et Anne c’est toute l’attente d’Israël qui vient à la rencontre de son Sauveur (la tradition byzantine appelle ainsi cet événement). Jésus est reconnu comme le Messie tant attendu, " lumière des nations " et " gloire d’Israël ", mais aussi " signe de contradiction ". Le glaive de douleur prédit à Marie annonce cette autre oblation, parfaite et unique, de la Croix qui donnera le salut que Dieu a " préparé à la face de tous les peuples ".


 La fuite en Égypte et le massacre des innocents (Mt 2, 13-18) manifestent l’opposition des ténèbres à la lumière : " Il est venu chez lui et les siens ne l’ont pas reçu " (Jn 1, 11). Toute la vie du Christ sera sous le signe de la persécution. Les siens la partagent avec lui (Jn 15, 20). Sa montée d’Égypte (Mt 2, 15) rappelle l’Exode (Os 11, 1) et présente Jésus comme le libérateur définitif.


Revenir en haut Aller en bas
 
Réflexion 135/Sujet/ "Les mystères de l’enfance de Jésus"/
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Écoute Partage Parole :: Forum de Partage-
Sauter vers: