Écoute Partage Parole

Ecoute et partage la Parole avec ton coeur
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Michel Bernatchez Blogue avec Véronique Jalbert/Sujet/''Vivre et laisser vivre''

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
coeurtendre
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 4015
Age : 60
Localisation : Trois-Rivières
Réputation : 1
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Michel Bernatchez Blogue avec Véronique Jalbert/Sujet/''Vivre et laisser vivre''   Mar 28 Fév - 5:11

''Vivre et laisser vivre, ou on laisse la Charité ouvrir son 
coeurmeteo  tout grand à la vie de la charité Évangile''




Véronique a écrit: J'en ai rien à foutre. Ces personnes vivent dans la luxure quand ils font le voeu de pauvreté... mon oeil!!!!!!!!!!!! Pis me semble qu'ils sont supposés représentés Dieu et ses valeurs, mais c'est tout l'contraire avec les histoires d'avortement, de mariages gais et tout le tralala. Vivre et laisser vivre et respect envers tout. Moi, les religions (surtout catholique), c'fait longtemps que j'cré pu ça. De toute manière, ils nous ont bourrer de menteries. J'préfère croire en la vie tout simplement.

Michel Bernatchez répond : ''Vivre et laisser vivre'' si je vous comprends bien, votre citation à la ''rapido'', ''vivre et laisser vivre'' veut dire que vous êtes en faveur de l'avortement ; mais si j'ai bien compris, à moins que je me trompe c'est possible, car il me semble que votre phrase ''vivre et laisser vivre'' est en contradiction avec le sujet de l'avortement où l'on empêche la vie de vivre. Dans la vie entre deux personnes comme deux hommes ou deux femmes, comment vivre en donnant la vie pour laisser vivre s'il n'existe aucune possibilité de donner la vie pour permettre à la vie de naître, pour lui permettre de vivre en laissant vivre une vie qui ne pourra jamais naître, pour des raisons raisonnables que vous connaissez autant que moi?

''Vivre et laisser vivre'', je ne sais si je rêve mais il me semble que cette phrase a pris naissance au Pôle-Nord, il y a dans cette expression une espèce de froideur qui coupe le soufle à l'amour. Ne soyez pas surprise, j'essaie de comprendre seulement.J'ai comme l'impression que si tout le monde utilisait cette phrase ''Vivre et laisser vivre'', 
il ne serait plus possible de connaître nos voisins, la vie deviendrait du chacun dans son coin. Si j'avais pris votre citation au pied de la lettre j'aurais sûrement plusieurs morts sur la conscience, mais en ouvrant mes yeux.

Voici un petit exemple en passant.
Une nuit il fait trop chaud pour dormir alors je me lève vers deux heures du matin et je décide de faire une petite promenade dans la Ville de Montréal.

Après une marche d'une demi-heure j'entends une femme crier et j'essaie de localiser le bruit de la voix ; tout d'un coup je vois un homme qui essaie de défoncer une porte de logement et la femme crie de plus en plus, mais la première porte est barrée, impossible d'entrer sans défoncer la porte. J'ai réussi à défoncer la première porte et j'ai maîtrisé l'homme, et là c'est moi qui criais de faire demander les policiers. Quand les policiers sont arrivés, c'est moi qu'ils voulaient arrêter mais Dieu merci la dame a expliqué que j'étais le bon samaritain.

Voyez-vous, si j'avais utilisé votre ''Vivre et laisser vivre'' j'aurais poursuivi ma marche, mais que serait-il arrivé à cette dame?

Une autre nuit, toujours à Montréal, sur la rue Saint-Denis, je sors prendre une autre marche et un couple force une jeune fille à entrer dans leur auto ; elle criait de tous ses poumons. Je me suis mis à courir en criant de tous mes poumons à trois reprises : Je vais te tirer!... Le couple abandonne la jeune fille et ils se sauvent tellement ils ont eu peur de moi, mais surtout de mes cris... J'invite la jeune fille au restaurant pour la calmer, ensuite je lui recommande d'être prudente. J'explique à la jeune fille qu'il manquait deux mots à ma phrase et que cette phrase était un jeu de mots improvisé pour lui sauver la vie. La phrase complète était : Je vais te tirer de là!... Une seconde fois, si j'avais utilisé votre ''Vivre et laisser vivre'' que serait-il arrivé à cette jeune fille?

Quand je faisais les visites de la Saint-Vincent de Paul, un jour nous nous étions entendus qu'à chaque fois qu'on redouterait des dangers dans un ou plusieurs logements, c'était moi qui ferais les visites. Je reçois l'adresse de dames disant que ça sentait la drogue à plein nez, alors j'ai étudié le milieu pendant quelques nuits pour ensuite entrer dans le lieu où il y avait un jeune handicapé qui était recherché depuis plusieurs mois. Quand je suis entré il était seul et je réussis à le convaincre de me suivre, il était dans un état lamentable. J'ai réussi à savoir qu'il s'était sauvé de l'hôpital et qu'un groupe de drogués le gardaient avec eux sans savoir qu'il s'était sauvé de l'hôpital.Je l'ai conduit au centre hospitalier, mais je dus auparavant prendre une partie de la journée pour le convaincre avec patience. Une troisième fois, si j'avais utilisé votre ''Vivre et laisser vivre'' que serait-il arrivé à ce jeune ado?

Un dernier fait vécu. 


Toujours la nuit, dans une autre ville, je me lève vers minuit pour prendre une marche dans un lieu d'une noirceur totale, rarement éclairé. J'aime le silence de la nuit. Après une demi-heure de marche je sens plusieurs pas derrière moi. Je m'aperçois que si j'accélère le pas, les personnes marchent au même rythme que moi. J'entends alors une voix : Monsieur, Monsieur, s'il-vous-plaît, on voudrait vous demander quelque chose. Je reconnais une voix d'enfant, alors ma crainte disparaît. Avez-vous deux dollars s'il-vous-plaît, à nous donner? Comme je voulais rentrer chez moi, dans un geste spontané je sors deux pièces d'argent et je les donne aux enfants. Je poursuis ma marche et lentement je revis l'expérience de cette marche dans ma mémoire. Je me suis dit : Ai-je bien fait de leur donner de l'argent? Il est proche 1 heure 30 am ; ensuite je me suis dit : J'aurais dû leur demander pourquoi ils se trouvaient dans la rue en pleine nuit. Alors que je me posais cette question, j'entendis d'autres pas derrière moi et j'étais loin de penser que c'étaient encore les mêmes enfants. Je n'arrive pas à y croire : c'est encore eux, et comme la première fois j'entends à nouveau : Monsieur, Monsieur, on veut vous parler encore une fois.

Je me suis dit intérieurement : Je vais enfin pouvoir leur demander pourquoi ils veulent de l'argent. Mais à ma très grande surprise un des jeunes m'a remis l'argent en m'expliquant pourquoi il me l'avait demandé. Un des enfants m'a dit : Moi et mes deux amis, en nous promenant ensemble on se demandait s'il y avait encore du monde charitable sur la terre. Alors on s'est mis d'accord qu'au premier venu on lui demande de l'argent pour faire la vérification et nous sommes tombés sur vous. Maintenant grâce à vous nous savons qu'il y a encore de la charité sur la terre, nous vous remercions d'avoir répondu à notre question. Moi je suis resté figé comme une page Web, et eux sont partis.

Je n'en revenais tout simplement pas, je me croyais couché dans mon lit. J'ai vécu cette expérience comme dans un rêve. Une fois encore, si j'avais utilisé votre ''Vivre et laisser vivre'' je n'aurais pas vécu cette rencontre qui m'a rendu tellement distrait que je me suis enfargé dans un trottoir en me foulant une cheville!?

Voyez vous Véronique, quand nous vivons juste pour vivre et laisser vivre, la vie est très différente de quand nous accueillons la vie pour donner la vie en aimant la vie. Quand nous aimons la vie en commençant par aimer notre vie, il nous est impossible de vivre dans l'indifférence quand deux vies et plus se rencontrent sur le chemin de la vie.

Dans votre phrase "il nous ont tous bourrer de mentrie", il faut dire qu'il y a des exceptions dans toutes les catégories de personne, dans tous les pays du monde. Que ce soit chez un pape, un évêque, chez les religieux(ses), les médecins, les pompiers, chez toutes les personnes de différentes orientations sexuelles, chez les présidents, les premiers ministres, j'en passe, j'en passe, car le temps comme la vie passent avec le temps et partout dans le monde il y a du bien comme il y a du mal. Derrière chaque vie il y a une histoire différente et très intéressante, surtout quand nous acceptons d'être à l'écoute d'une vie que l'on rencontre sur le chemin de la vie, et qui est au-delà du vivre et laisser vivre. Je crois en toute sincérité, comme les trois enfants rencontrés dans la noirceur de la nuit, qu'il y a assez de charité sur la terre pour ne pas généraliser le vivre et laisser vivre. Je vous fais remarquer que ce n'est pas moi qui l'ai dit, mais les enfants.


En toute amitié Michel et France un couple de Trois-Rivières. 
Revenir en haut Aller en bas
 
Michel Bernatchez Blogue avec Véronique Jalbert/Sujet/''Vivre et laisser vivre''
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Écoute Partage Parole :: Forum de Partage-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: