Écoute Partage Parole

Ecoute et partage la Parole avec ton coeur
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Michel Blogue/avec Emily Letts/Helene Bourgeois/sujet/avortement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
coeurtendre
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 4541
Age : 60
Localisation : Trois-Rivières
Réputation : 1
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Michel Blogue/avec Emily Letts/Helene Bourgeois/sujet/avortement   Ven 9 Mai - 18:24


Helene Bourgeois a écrit : À propos de la vidéo de cette jeune femme qui s'est filmée durant son avortement pour démontrer qu'il n'y a rien là... C'est comme aller se faire arracher une dent chez le dentiste ou se faire coiffer quoi... L'intro "This is my story, this is only my story" démontre tout la déconnexion de cette jeune femme sur l'horrible réalité. Elle ne parle pas de l'histoire de cet enfant qui est/était bel et bien vivant. C'est elle qui est mise en scène, c'est SON histoire. L'autre, n'existe même pas... ni pour lui-même, ni pour elle.


Michel partage : En toute sincérité je crois chère Hélène qu'il est très important que des femmes comme vous qui ont du respect pour la beauté et la grandeur de la vie, osent prendre l'initiative avec leur parole de foi sur différents sujets de controverse, où plusieurs>> personnes ont perdu ce sens profond du respect de la vie de l'enfant à naître. En voulant faire croire  que le respect commence avec le droit de faire ce qu'elles veulent de leur corps, elles manquent de respect envers celui auquel elles refusent d'accorder le même droit ;  pourtant Emily a été respectée de ses parents au jour de sa naissance.

La question serait : Le sens du respect de la vie à naître fait-il partie de l'intégralité du respect de la vie quand je veux exclure de mon corps un plus petit que moi, où je me donne le droit de supprimer sa vie parce que mon accueil se limite à mon moi destructeur de sa vie? Pour une personne qui enseigne, chère Emily Letts,  je trouve que vouloir se servir de votre vidéo comme d'un instrument pédagogique, je trouve cette approche triplement fautive et cruelle : Une pédago-folie des groupes pro-choix! Les pro-choix font le choix de tuer la vie, à l'opposé des pro-vie qui eux font bon accueil au don de la vie, d'une façon responsable, avec une joie qui enfante le don de l'émerveillement. Éprouver de la joie quand on permet à une enfant de naître c'est tout à fait normal, pour ne pas écrire merveilleux, mais qu'une femme éprouve de la joie quand elle détruit le don de la vie au-dedans d'elle, est-ce réaliste quand on sait qu'il y a des milliers de couples qui paient une fortune pour l'adoption d'un enfant?

La vidéo de Emily Letts veut presque dire : Moi j'ai eu le droit de vivre, mais toi tu seras privé de ce même droit ; et ce, sans que Emily Letts réfléchisse sur ce merveilleux privilège qu'elle a eu d'avoir des parents qui respectaient le fruit de leur amour. Comment Emily Letts peut elle qualifier  cette vidéo d'instrument  pédagogique pouvant aider les femmes qui souffrent d'avoir vécu un avortement, sans donner aucune précision sur en quoi consiste l'aide?

Si je veux obtenir à 100 % le droit de faire ce que je veux de mon corps, alors pourquoi priver un enfant du plaisir de naître  de la même façon qu'il nous a été possible de naître?  La morale de cette histoire est très simple, si la mère d'Emily Letts avait agi exactement comme sa fille en se filmant durant son avortement, la pauvre jeune femme  ne serait pas de ce monde aujourd'hui. Parfois je me demande si elle a pris le temps d'y réfléchir. D'ailleurs on voit dans le regard comme dans le rire de cette jeune femme qu'il y a un manque d'équilibre. Dans sa vidéo on sent dans son regard qu'elle est beaucoup plus actrice qu'elle ne peut être elle-même. Je crois que cette jeune femme avait une soif d'attirer l'attention sur sa personne, et même plus encore, elle avait le désir de faire connaître le groupe des pro-choix...

Emily Letts a écrit sur Youtube :  Ceci est mon histoire. Ce n'est que mon histoire. Je ne prétends pas que ce soit quelque chose de plus ou de moins. Je ne parle pas pour tout le monde sur ce sujet sensible et je respecte les opinions de chacun tant qu'ils ne les forcent pas sur les autres.

Michel partage : Sans vous en rendre compte, le fait de prendre l'initiative personnelle de créer une vidéo afin de promouvoir l'avortement et tenter de faire croire qu'un avortement peut se vivre avec un sourire à pleines dents, je vous le dis, vous faites une grave erreur car il existe sur le Web les deux côtés de la médaille. La preuve que votre désir est de faire de la promotion pour les pro-choix, on la retrouve ci-dessous. 

Emily Letts a écrit : Mon espoir le plus cher est que quelqu'un quelque part va voir cela et il donnera des indications, la force, le soutien, ou tout autre chose ils ont besoin en ce moment. Je veux dire que personne que vous n'êtes pas seul. Avoir un avortement ne fait pas de vous une mauvaise personne, une mauvaise femme, une mauvaise mère.Avoir un avortement ne vous rend pas coupable.''

Michel partage : Je n'aime pas votre expression ''avoir un avortement'' ; selon moi avoir un enfant est un chose, et ne pas en avoir en est une autre, comme provoquer un avortement
est différent. Je préfère dire provoquer, car si vous respectez la vie - à moins d'un cas de force majeure - l'enfant va naître. Dans votre cas j'ai comme l'impression que vous étiez assoiffée de créer une vidéo en faisant filmer votre avortement pour vous faire connaître, mais aussi pour faire la promotion des pro-choix dans le but d'enrichir l'industrie de l'avortement, car depuis quelques années plusieurs cliniques ferment leurs portes. Dans votre approche ci-dessous vous écrivez (1)/ Je suis ici pour vous. (2)Nous sommes tous ici pour vous. 

Michel explique : Le ''nous'', ce n'est sûrement pas les pro-vie mais les pro-choix qui tuent la vie ; mais avec les pro-vie, c'est "vis-la, ta vie", car cette vie n'appartient à nul autre qu'à toi. Ce qui me force à réfléchir c'est le témoignage de Gianna Jessen, rescapée de l'avortement. Si je compare  Gianna Jessen avec Emily Letts , la différence c'est comme le jour et la nuit. Emily Letts a eu la chance de naître et elle avorte au lieu de donner la vie, en comparaison avec Gianna Jessen qui est passée à un cheveu de la mort parce que sa mère avait fait comme  Emily Letts , elle avait opté pour l'avortement. Emily Letts a reçu la vie et elle fait la promotion de l'avortement, alors que Gianna Jessen a survécu à un avortement  et aujourd'hui au contraire de Emily Letts , elle défend la vie.

Emily Letts a écrit : Il est tout simplement une étape dans votre histoire de la reproduction. Vous n'êtes pas le long. Je suis ici pour vous. Nous sommes tous ici pour vous. S'IL VOUS PLAÎT S'IL VOUS PLAÎT Partagez cette vidéo. S'il vous plaît aidez-moi à le transmettre à tous les coins de l'Internet. 1 femme sur 3 auront ou ont eu un avortement dans leur vie reproductive. Cette vidéo est pour nous tous.

Michel partage : Si je me guide sur le seul commentaire d'Emily Letts, je crois beaucoup plus à une forme de promotion sur l'avortement qu'à autre chose. Les commentaires sont désactivés pour cette vidéo. Pour moi cette vidéo a l'odeur d'une promotion détournée, pour la simple raison qu'Emily Letts a écrit dans son seul commentaire : "S'IL VOUS PLAÎT S'IL VOUS PLAÎT Partagez cette vidéo. S'il vous plaît aidez-moi à le transmettre à tous les coins de l'Internet. 1 femme sur 3 auront ou ont eu un avortement dans leur vie reproductive. Cette vidéo est pour nous tous." 

Michel fait suite:C'est comme si Emily Letts avait écrit : Partagez cette vidéo sans faire de commentaire car le mien suffit. Comment une personne humaine qui a reçu de ses parents le don de la vie se donne-t-elle le droit de tuer l'enfant de sa propre vie?

Dans un autre article le Journal le Matin  d'Emily Letts dit:«Je ne me considère pas comme une mauvaise personne, dit-elle. J'avais des craintes dans le fait de donner la vie. Je savais que ce que je faisais était juste pour moi et personne d'autre. Je veux simplement partager mon histoire.

Michel explique à Emily : Quand j'ai regardé votre vidéo j'ai pensé à l'histoire de  ''Scarlett la chatte'' qui pourrait selon moi servir d'une remise en question de votre vidéo sur votre propre avortement, que vous présentez comme un instrument pédagogique qui nous empêche d'entrer dans le monde merveilleux du don de la vie. Après avoir cliqué sur le lien de   ''Scarlett la chatte' j'aimerais savoir quelle différence il y a entre une femme qui a tous les moyens nécessaires de donner la vie à un enfant en toute sécurité, et cette chatte, j'allais pour écrire cette boule de poils qui est entrée dans le feu 5 fois pour sauver ses 5 petits bébés chatons au péril de sa vie. Ma question pour vous comme pour les internautes en général qui liront cette histoire très émouvante de  ''Scarlett la chatte' , est : Comment expliquer l'histoire de toutes ces femmes qui se font avorter en comparaison avec l'histoire de   ''Scarlett la chatte' ?
Revenir en haut Aller en bas
doucecolombe

avatar

Féminin Nombre de messages : 16478
Age : 61
Réputation : 10
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Michel Blogue/avec Emily Letts/Helene Bourgeois/sujet/avortement   Ven 12 Mai - 17:21



Helene Bourgeois a écrit : À propos de la vidéo de cette jeune femme qui s'est filmée durant son avortement pour démontrer qu'il n'y a rien là... C'est comme aller se faire arracher une dent chez le dentiste ou se faire coiffer quoi... L'intro "This is my story, this is only my story" démontre tout la déconnexion de cette jeune femme sur l'horrible réalité. Elle ne parle pas de l'histoire de cet enfant qui est/était bel et bien vivant. C'est elle qui est mise en scène, c'est SON histoire. L'autre, n'existe même pas... ni pour lui-même, ni pour elle.

Michel partage : En toute sincérité je crois chère Hélène qu'il est très important que des femmes comme vous qui ont du respect pour la beauté et la grandeur de la vie, osent prendre l'initiative avec leur parole de foi sur différents sujets de controverse, où plusieurs>> personnes ont perdu ce sens profond du respect de la vie de l'enfant à naître. En voulant faire croire  que le respect commence avec le droit de faire ce qu'elles veulent de leur corps, elles manquent de respect envers celui auquel elles refusent d'accorder le même droit ;  pourtant Emily a été respectée de ses parents au jour de sa naissance.

La question serait : Le sens du respect de la vie à naître fait-il partie de l'intégralité du respect de la vie quand je veux exclure de mon corps un plus petit que moi, où je me donne le droit de supprimer sa vie parce que mon accueil se limite à mon moi destructeur de sa vie? Pour une personne qui enseigne, chère Emily Letts,  je trouve que vouloir se servir de votre vidéo comme d'un instrument pédagogique, je trouve cette approche triplement fautive et cruelle : Une pédago-folie des groupes pro-choix! Les pro-choix font le choix de tuer la vie, à l'opposé des pro-vie qui eux font bon accueil au don de la vie, d'une façon responsable, avec une joie qui enfante le don de l'émerveillement. Éprouver de la joie quand on permet à un enfant de naître, c'est tout à fait normal, pour ne pas écrire merveilleux, mais qu'une femme éprouve de la joie quand elle détruit le don de la vie au-dedans d'elle, est-ce réaliste quand on sait qu'il y a des milliers de couples qui paient une fortune pour l'adoption d'un enfant?

La vidéo de Emily Letts veut presque dire : Moi j'ai eu le droit de vivre, mais toi tu seras privé de ce même droit ; et ce, sans que 
Emily Letts réfléchisse sur ce merveilleux privilège qu'elle a eu d'avoir des parents qui respectaient le fruit de leur amour

Comment Emily Letts peut elle qualifier  cette vidéo d'instrument  pédagogique pouvant aider les femmes qui souffrent d'avoir vécu un avortement, sans donner aucune précision sur en quoi consiste l'aide?

Si je veux obtenir à 100 % le droit de faire ce que je veux de mon corps, alors pourquoi priver un enfant du plaisir de naître  de la même façon qu'il nous a été possible de naître?  La morale de cette histoire est très simple, si la mère d'
Emily Letts avait agi exactement comme sa fille en se filmant durant son avortement, la pauvre jeune femme  ne serait pas de ce monde aujourd'hui. Parfois je me demande si elle a pris le temps d'y réfléchir. D'ailleurs on voit dans le regard comme dans le rire de cette jeune femme qu'il y a un manque d'équilibre. Dans sa vidéo on sent dans son regard qu'elle est beaucoup plus actrice qu'elle ne peut être elle-même. Je crois que cette jeune femme avait une soif d'attirer l'attention sur sa personne, et même plus encore, elle avait le désir de faire connaître le groupe des pro-choix...

Emily Letts a écrit sur Youtube :  Ceci est mon histoire. Ce n'est que mon histoire. Je ne prétends pas que ce soit quelque chose de plus ou de moins. Je ne parle pas pour tout le monde sur ce sujet sensible et je respecte les opinions de chacun tant qu'ils ne les forcent pas sur les autres.

Michel partage : Sans vous en rendre compte, le fait de prendre l'initiative personnelle de créer une vidéo afin de promouvoir l'avortement et tenter de faire croire qu'un avortement peut se vivre avec un sourire à pleines dents, je vous le dis, vous faites une grave erreur car il existe sur le Web les deux côtés de la médaille. La preuve que votre désir est de faire de la promotion pour les pro-choix, on la retrouve ci-dessous. 

Emily Letts a écrit : Mon espoir le plus cher est que quelqu'un quelque part va voir cela et il donnera des indications, la force, le soutien, ou tout autre chose ils ont besoin en ce moment. Je veux dire que personne que vous n'êtes pas seul. Avoir un avortement ne fait pas de vous une mauvaise personne, une mauvaise femme, une mauvaise mère.Avoir un avortement ne vous rend pas coupable.''

Michel partage : Je n'aime pas votre expression ''avoir un avortement'' ; selon moi avoir un enfant est un chose, et ne pas en avoir en est une autre, comme provoquer un avortement
est différent. Je préfère dire provoquer, car si vous respectez la vie - à moins d'un cas de force majeure - l'enfant va naître. Dans votre cas j'ai comme l'impression que vous étiez assoiffée de créer une vidéo en faisant filmer votre avortement pour vous faire connaître, mais aussi pour faire la promotion des pro-choix dans le but d'enrichir l'industrie de l'avortement, car depuis quelques années plusieurs cliniques ferment leurs portes. Dans votre approche ci-dessous vous écrivez (1)/ Je suis ici pour vous. (2)Nous sommes tous ici pour vous. 

Michel explique : Le ''nous'', ce n'est sûrement pas les pro-vie mais les pro-choix qui tuent la vie ; mais avec les pro-vie, c'est "vis-la, ta vie", car cette vie n'appartient à nul autre qu'à toi. Ce qui me force à réfléchir c'est le témoignage de Gianna Jessen, rescapée de l'avortement. Si je compare  Gianna Jessen avec 
Emily Letts , la différence c'est comme le jour et la nuit. Emily Letts a eu la chance de naître et elle avorte au lieu de donner la vie, en comparaison avec Gianna Jessen qui est passée à un cheveu de la mort parce que sa mère avait fait comme  Emily Letts , elle avait opté pour l'avortement. Emily Letts a reçu la vie et elle fait la promotion de l'avortement, alors que Gianna Jessen a survécu à un avortement  et aujourd'hui au contraire de Emily Letts , elle défend la vie.

Emily Letts a écrit : Il est tout simplement une étape dans votre histoire de la reproduction. Vous n'êtes pas le long. Je suis ici pour vous. Nous sommes tous ici pour vous. S'IL VOUS PLAÎT S'IL VOUS PLAÎT Partagez cette vidéo. S'il vous plaît aidez-moi à le transmettre à tous les coins de l'Internet. 1 femme sur 3 auront ou ont eu un avortement dans leur vie reproductive. Cette vidéo est pour nous tous.

Michel partage : Si je me guide sur le seul commentaire 
Emily Lettsje crois beaucoup plus à une forme de promotion sur l'avortement qu'à autre chose. Les commentaires sont désactivés pour cette vidéo. Pour moi cette vidéo a l'odeur d'une promotion détournée, pour la simple raison qu'Emily Letts a écrit dans son seul commentaire : "S'IL VOUS PLAÎT S'IL VOUS PLAÎT Partagez cette vidéo. S'il vous plaît aidez-moi à le transmettre à tous les coins de l'Internet. 1 femme sur 3 auront ou ont eu un avortement dans leur vie reproductive. Cette vidéo est pour nous tous." 

Michel fait suite : C'est comme si 
Emily Letts avait écrit : Partagez cette vidéo sans faire de commentaire car le mien suffit. Comment une personne humaine qui a reçu de ses parents le don de la vie se donne-t-elle le droit de tuer l'enfant de sa propre vie?

Dans un autre article le Journal le Matin  
Emily Letts  dit:«Je ne me considère pas comme une mauvaise personne, dit-elle. J'avais des craintes dans le fait de donner la vie. Je savais que ce que je faisais était juste pour moi et personne d'autre. Je veux simplement partager mon histoire.

Michel explique à 
Emily : Quand j'ai regardé votre vidéo j'ai pensé à l'histoire de  ''Scarlett la chatte'' qui pourrait selon moi servir d'une remise en question de votre vidéo sur votre propre avortement, que vous présentez comme un instrument pédagogique qui nous empêche d'entrer dans le monde merveilleux du don de la vie. Après avoir cliqué sur le lien de   ''Scarlett la chatte'' j'aimerais savoir quelle différence il y a entre une femme qui a tous les moyens nécessaires de donner la vie à un enfant en toute sécurité, et cette chatte, j'allais pour écrire cette boule de poils qui est entrée dans le feu 5 fois pour sauver ses 5 petits bébés chatons au péril de sa vie. Ma question pour vous comme pour les internautes en général qui liront cette histoire très émouvante de  ''Scarlett la chatte'' , est : Comment expliquer l'histoire de toutes ces femmes qui se font avorter en comparaison avec l'histoire de   ''Scarlett la chatte" ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Michel Blogue/avec Emily Letts/Helene Bourgeois/sujet/avortement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Écoute Partage Parole :: Forum de Partage-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: