Écoute Partage Parole

Ecoute et partage la Parole avec ton coeur
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 Michel Bernatchez Blogue avec Mgr Patric Chenaux

Aller en bas 
AuteurMessage
doucecolombe

doucecolombe

Féminin Nombre de messages : 21149
Age : 62
Réputation : 12
Date d'inscription : 07/05/2008

Michel Bernatchez Blogue avec Mgr Patric Chenaux  Empty
MessageSujet: Michel Bernatchez Blogue avec Mgr Patric Chenaux    Michel Bernatchez Blogue avec Mgr Patric Chenaux  Icon_minitimeDim 3 Fév - 13:43

Michel Bernatchez Blogue avec Mgr Patric Chenaux  217404_601166759900067_341626446_n

''Michel Bernatchez Blogue avec Mgr Patric Chenaux sur Facebook''
Mgr Patric Chenaux a écrit : La charité pour tous.
S
i il y a quelque chose qui manque dans cette société, et même chez un bon nombre de personnes qui se disent chrétiens, c'est bien la charité. La charité envers tous, et ici je voudrais particulièrement parler des homosexuels. Si j'ai choisi comme titre "la charité pour tous", c'est à cause du "mariage pour tous". Etre contre le mariage des homosexuels c'est une chose, ne pas aimer les homosexuels en est une autre. C'est même un péché.

Combien d'homosexuels, qui sont tous différents, souffrent du manque de charité. C'est évident et il y a de nombreux homosexuels qui se suicident, simplement parce qu'on ne les aime pas. Les aimer, cela ne veut pas dire être d'accord avec eux. non pas. Voyez j'ai un ami homosexuel (et même je deviens encore ami avec un autre, voir avec deux). Avec le premier ami nous avons déjà discuté profondément sur le sujet. Je lui ai expliqué ce que l'Ecriture enseigne sur l'homosexualité, et cela dans les détails. Je l'ai fait avec patience, charité. En sachant aussi écouter ce qu'il avait à me dire. Il a entendu et pourtant il est resté sur ses positions. Je ne l'ai pas pour autant rejeté. Non, je prie pour lui, et je suis prêt à l'aider au moindre problème.


Michel Bernatchez répond : Cher ami Mgr Patric Chenaux je ne suis pas d'accord avec vous à 100%, mais à 7 millions de 100% et plus encore<> mais encore avec un gros plus sans fin...malgré notre différence d'appartenance de l'église Catholique à l'église Orthodoxe Apostolique française que je ne connais pas mais votre eéponse a attiré mon attention comme croyant. Depuis plusieurs années je fais de l'accompagnement auprès des personnes homosexuelles, des personnes divorcées, etc. Je crois qu'il faut savoir faire la différence entre un groupe qui favorise le mariage pour tous et une personne homosexuelle (homme ou femme), qui ne sait pas trop sur quel pied danser à cause des multiples groupes qui influencent le comportement individuel de chaque personne.

Michel Bernatchez propose : Cher Mgr Patric Chenaux, voici le premier récit de ma première approche avec une personne homosexuelle. Excusez-moi si l'approche est longue mais je crois que cette approche va dans le même sens que la charité pour tous. J'aimerais avoir une petite parcelle de votre avis, si le coeur vous en dit.

Début du récit : Il me demanda si j'étais pour ou contre l'homosexualité? Cette première approche a été faite sur le forum Pèlerin il y a plusieurs années, mais je n'y suis plus présent.


''Voici ma réponse sur un site que je fréquentais autrefois''

Chers(ères) amis(es) internautes catholiques du site Pèlerin, Dieu soit votre Joie comme votre joie est en Dieu.
C'est depuis le tout début de mon inscription sur le site Pèlerin, que je viens et reviens lire et relire très souvent sur le post de l'homoparentalité afin de connaître les réactions des internautes catholiques, sans oublier les réactions des internautes catholiques de nom, pour ne pas écrire des non-catholiques. Je peux écrire que la réflexion de chacun(e)est très importante pour moi. Sur le forum Pèlerin je trouve qu'il y a un vide d'orientation pastorale quand on aborde des sujets aussi importants que l'homoparentalité, le mariage pour tous, etc., à cause du peu de référence en lien avec la Parole de Dieu et l'Enseignement de l'Église. C'est pour cette raison que je plonge dans le sujet à partir d'un fait vécu ; mais avant parlons des différentes sortes d'approche où nous sommes loin de la charité pour tous, mais beaucoup plus proches d'une charité à charge renversée qui nous éloigne de la charité du Christ :N'oublions pas que la charité c'est la projection du Visage du Christ sur le visage de chaque pauvre, quelle que soit sa pauvreté.

On peut dire que des catholiques, il y en a plusieurs catégories, de plusieurs degrés aussi différents les uns que les autres, selon l'éducation que chacun(e) a reçue ou n'a pas reçue dans son milieu de vie, de la part des personnes qui ont accepté d'être leurs parrain et marraine mais qui ne connaissaient pas ou peu la vraie raison motivante de leur engagement de baptisés. La richesse de notre cheminement comme chrétiens dépend de l'éducation chrétienne qui nous a été transmise par le parrain ou la marraine que nos parents ont choisi pour nous accompagner dans notre cheminement de foi.

Moi personnellement, mon parrain et ma marraine se sont convertis au mouvement évangélique pentecôtiste, alors je ne les ai presque jamais rencontrés. Cela explique que je n'ai eu personne pour m'accompagner dans mon cheminement spirituel et encore moins dans ma vie affective.

Être accompagnés dans notre cheminement spirituel, c'est beaucoup plus important que l'on pense. Cette merveilleuse expérience doit commencer à notre baptême et se poursuivre tout au long de notre vie d'enfance. Que ce soit dans notre cheminement spirituel ou notre vie affective, nous avons tous(tes) besoin d'accompagnement pour bien grandir.

Le manque d'accompagnement autant sur le plan affectif que spirituel crée des catégories de personnes blessées et désorientées de la vie et dans leur vie. Cette multiplicité de catégories, nous les retrouvons aussi bien chez les personnes d'orientation hétérosexuelle que chez les personnes d'orientation homosexuelle, autant chez les hommes que chez les femmes. Aujourd'hui encore autant chez le parrain que chez la marraine, certains pensent qu'un parrain ou une marraine ce sont des personnes qui offrent un cadeau matériel une fois à chaque année à l'enfant baptisé qu'ils accompagnent.

Parmi toutes ces personnes, je me dis plus que chanceux car malgré ces 15 années 1/2 de grande souffrance il y a eu un miracle pour moi ; mais comment expliquer ce miracle et pourquoi moi? Je peux dire que Dieu m'a tracé un chemin de vie plein de petits mystères où il m'a appris à détecter sa douce Présence autant en moi que chez les personnes qu'il a mises sur ma route.
[size=18]
Je vous offre de faire un petit bout de chemin avec moi, si le coeur vous en dit.

Si on regarde mon vécu, je n'ai reçu aucune éducation religieuse, et comme j'ai vécu le syndrome de l'enfant battu, je ne voulais pas connaître Dieu, tout simplement parce que j'avais entendu un de mes professeurs d'école nous expliquer que Dieu c'était Quelqu'un de bien simple. Elle donnait comme exemple que ce Dieu de Bonté ressemblait à notre père.

Or feu mon pauvre père m'avait cassé deux cuisses, une jambe et un bras, en plus de m'avoir fait perdre l'audition complète de mon oreille droite. Aujourd'hui il me reste mon oreille gauche à 35 % d'audition. En outre, c'est à cause du syndrome de l'enfant battu que je me suis retrouvé avec une malformation au cerveau.

Alors vous comprendrez pourquoi j'avais peur de Dieu après cet exemple donné par mon professeur. La peur était tellement grande que juste le fait de penser à Dieu me donnait des crampes d'estomac. Si au moins elle avait finalisé son exemple en ajoutant "pour celles et ceux qui ont un vrai père", tout en expliquant qu'il pouvait y avoir quelques exceptions de pères qui n'avaient pas su assumer leur rôle de paternité envers leurs enfants, pour des raisons pas toujours faciles à expliquer!

Moi qui avais passé des nuits et des nuits sans dormir afin de trouver un truc pour fuir feu mon pauvre père que je voyais, alors, je ne voulais pas me retrouver devant un Dieu invisible qui me voyait et qui avait la ressemblance et l'agir de feu mon pauvre père. Cela faisait drôle pour moi d'entendre le professeur dire que Dieu était Bon, et ensuite faire le lien de ressemblance avec feu mon pauvre père.

J'ai passé ainsi 15 ans 1/2 de ma vie dans la peur et dès que j'arrivais à l'école j'avais toujours cette immense crainte de revenir chez moi après la classe, pour les fois où je pouvais m'y rendre. Quand on vit dans cette forme de peur on n'apprend rien à l'école.

Je ne sais comment expliquer ma première rencontre avec Dieu, mais c'est Lui qui a fait les premiers pas vers moi. J'ai tout simplement dit en pleurant : "Mon Dieu si tu existes je ne te demande ni or, ni argent, mais fais-moi connaître la joie de ta Présence". C'était dans un après-midi pas tellement loin du soir, où j'avais décidé de partir de la maison pour toujours mais sans haine envers feu mon pauvre père que j'aimais de tout mon coeur malgré mon questionnement intérieur en multiple pourquoi et encore pourquoi??.

Je voulais sauver le peu qu'il me restait de mon corps, et si possible sauver ma vie psychologique. Quand je suis parti de la maison je savais à peine formuler des phrases avec des mots, car nous n'avions pas le droit de parler dans la maison ; à l'école j'étais muet comme une carpe, au point de semer l'inquiétude chez mes professeurs.

J'avais le profil d'enfant idéal pour être désorienté dans la vie en tout et dans tout, de quoi faire de moi un adulte délinquant ; mais Dieu m'a sauvé,Dieu Merci.

Dans les tout débuts de mon cheminement spirituel, je me souviens d'un récit anecdotique qui m'impressionne encore aujourd'hui. Ce récit anecdotique est pour moi un des signes de la mystérieuse Présence de Dieu dans ma vie, où je commençais à découvrir la foi et j'aimais beaucoup fréquenter des personnes qui aimaient Dieu. J'avais une Bible mais je la connaissais moins que peu, malgré le fait que je prenais plaisir à faire suivre ma Bible dans ma valise sans trop savoir si je saurais m'en servir un jour ou l'autre.

Quand je me rendais dans un groupe de prière il était plus qu'important d'avoir ma Bible, et non celle qui appartenait à une autre personne. C'est comme si Dieu sans me le dire et voulant me faire une surprise, avait voulu créé un lien d'indissolubilité entre moi et Sa Parole ; Il me préparait à m'y apprivoiser pour vivre en couple avec Dieu et Sa Parole.

Comme j'ai été blessé toute ma vie d'enfance, j'avais le goût de protéger des personnes ayant souffert d'injustice et d'incompréhension ou de toute autre forme de souffrance humaine. Je ne sais pas vraiment comment expliquer un tel changement radical dans un passé aussi douloureux, mais c'est comme si l'intervention de Dieu avait divinisé ma souffrance pour que je puisse m'en servir afin de servir tous les êtres souffrants qu'Il voudrait bien mettre sur ma route.

Pendant quelques années j'ai accompagné et gardé deux hommes qui tous les deux avaient le même prénom que moi, Michel.

Une bonne soirée, le frère de l'un des deux Michel, Pierre, m'invita à participer à une réunion de prière. Sur le chemin du retour vers 10 heures pm, il arrêta le moteur de son auto et il me posa une question qui me mit un peu et même beaucoup dans l'embarras. Il me demanda si j'étais pour ou contre l'homosexualité ; je ne savais pas ce que voulait dire ce long mot, en plus de ne pas savoir qu'il existait des citations concernant le sujet de l'homosexualité dans la Bible. J'avais déjà entendu des personnes prononcer le mot sexualité mais ce qui m'embêtait le plus c'était le mot homo rattaché au mot sexualité.

Pour moi le mot sexe exprimait la peur de mouiller son lit, car feu mon pauvre père exigeait trop vite l'apprentissage de la propreté chez un enfant, au point de mettre la vie de ses enfants en danger. Je n'étais pas gêné par sa question, mais je n'en comprenais pas le sens à cause de ce grand silence imposé par tant de souffrance dans ma vie d'enfance, qui aurait pu détruire toute ma vie de jeune adulte.

Personnellement chez moi, je n'ai jamais entendu parler de sexualité dans ma famille, puisque nous n'avions pas droit de parole. Je peux dire que ma rencontre avec Dieu à 15 ans 1/2 m'avait donné la foi, mais je ne savais pas encore comment m'en servir pour servir. La seule chose que je savais faire, c'était d'écouter sans trop comprendre ce que j'entendais. Je me contentais d'écouter en regardant chaque personne et en branchant mon regard de compassion sur leur regard souffrant.

Comme Dieu S'est fait connaître à moi en me manifestant sa Joie qui a fait naître ma foi, j'étais heureux de faire pour les autres ce que Dieu avait fait pour moi. Mais j'étais loin de savoir où me conduirait cette forme d'écoute qui allait devenir ma nouvelle école de vie pour la vie, où j'apprendrais à écouter la vie en donnant ma propre vie pour les chercheurs(ses) de vie que Dieu voudrait bien mettre sur ma route.

Pour en revenir à la question de Pierre, je peux dire que je m'en suis bien sorti, car dès que je me retrouvais avec un sujet où l'ignorance était au rendez-vous, je conduisais mon interlocuteur ou interlocutrice sur le chemin de la Parole de Dieu avec une forme de discernement qui n'était sûrement pas le mien, car mon manque de connaissance pour bien répondre à la question de Pierre ne pouvait pas me permettre de discerner.(1> Suite >2)
Citation : Mieux vaut mourir en pardonnant cent fois que de mourir sans pardonner.

Michel et France un couple de Trois-Rivières.
Revenir en haut Aller en bas
doucecolombe

doucecolombe

Féminin Nombre de messages : 21149
Age : 62
Réputation : 12
Date d'inscription : 07/05/2008

Michel Bernatchez Blogue avec Mgr Patric Chenaux  Empty
MessageSujet: Re: Michel Bernatchez Blogue avec Mgr Patric Chenaux    Michel Bernatchez Blogue avec Mgr Patric Chenaux  Icon_minitimeDim 3 Fév - 13:48


(SUITE 2)J'ai dit à Pierre que je me sentais embarrassé par son questionnement sur l'homosexualité...

Michel poursuit sa réflexion:
J'ai dit à Pierre que je me sentais embarrassé par son questionnement et je lui ai offert de prier en demandant à Dieu de nous donner une réponse qui lui conviendrait mieux que ma réponse.

Nous avons prié et ensuite j'ai offert à Pierre d'ouvrir la Bible et de déposer son doigt sur le verset d'une citation biblique, et de me lire le verset qui serait la réponse de Dieu à son questionnement.

Il commença à lire en disant : Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme...

Pierre se figea, et moi je comprenais encore moins, mais les mots restèrent gravés dans ma mémoire et je me promis de lire et relire ce passage de Pierre qui plus tard est devenu le passage de Dieu, qui a tellement parlé à Pierre qu'il a fait plusieurs retraites et pèlerinages pour demander sa guérison à Dieu.

Lors de ma dernière rencontre avec Pierre, il m'a confirmé sa guérison obtenue dans son dernier pèlerinage à Medjugorje. J'ai perdu Pierre de vue ces dernières années, mais je ne pourrai jamais oublier cette expérience qui m'a fait autant de bien à moi qu'à Pierre.

C'est à partir de cette expérience non-recherchée que j'ai pris goût à la méditation profonde de la Parole de Dieu. Cette approche avec Pierre est inoubliable, elle restera gravée dans mon coeur et dans mon esprit. C'est à partir de ce moment que je me suis mis à lire et à méditer la Parole de Dieu en me servant d'un seul mot à la fois et en commençant par homosexuel.

J'étais tellement fasciné par cette nouvelle approche avec la Bible que je me suis procuré pas loin de 20 Bibles Tob ; je me servais de chaque Bible pour faire une recherche à partir d'un seul mot pour chaque Bible. J'ai abandonné cette forme de recherche depuis que j'ai internet.

Aujourd'hui je me rends compte que l'on essaie de donner un sens à la Parole de Dieu en fonction de la variété des situations dans lesquelles nous nous retrouvons, en essayant de nous convaincre par nous-mêmes que c'est l'Église et la Parole de Dieu qui devraient s'adapter à nos changements de vie, qui très souvent vont à l'encontre de l'enseignement de l'Évangile et de l'Église.

Je me souviens qu'un jour en début de soirée un internaute d'orientation homosexuelle m'a invité dans un restaurant pour une première rencontre, afin de partager son expérience sur son questionnement concernant certains changements qu'il attendait de l'Église et qui lui
permettraient de vivre en couple avec un compagnon homosexuel.


Malheureusement, lui comme bien d'autres oublient très souvent que s'ils demandent à l'Église de s'adapter à leur choix de vie, il faudrait que l'Église prenne l'initiative de l'interdit en rééditant une nouvelle Bible moderne supprimant les citations bibliques, pour permettre à tout(e) chrétien(ne) de vivre sa sexualité comme bon lui semble.

Dès le départ, un(e) vrai(e) chrétien(ne) qui est chrétien(ne) jusque dans le fond de son âme, sait qu'une telle demande à un prêtre, ou à un évêque, un Cardinal, ou au Pape, est irréaliste, irrecevable, pour ne pas écrire impossible.

Catholiquement et Bibliquement parlant, cette demande écrite aussi bien que verbale serait un non-sens, car c'est comme demander à l'Église de falsifier la Bible pour l'adapter au style de vie individuel de certains(es) chrétiens(nes), lesquels attendent de l'Église qu'elle rende possible et accessible ce qui est inaccessible et inchangeable à l'intérieur de la Parole de Dieu.

Demander à l'ensemble des évêques, des cardinaux et au Pape des accommodements rendant possible le mariage des personnes homosexuelles, c'est en faire aussi la demande à l'Église de Jésus-Christ. Pour celles et ceux qui ne le savent pas, demander à l'Église des changements pour rendre possible le mariage des personnes homosexuelles c'est en même temps demander qu'il y ait des modifications dans la Bible.

À supposer que l'Église accepterait de rendre possible le mariage des personnes homosexuelles, l'Église en faisant ce choix renierait l'enseignement de Son Fondateur Jésus-Christ.

Elle (l'Église) se retrouverait devant la Parole de Dieu dans la même situation que les personnes homosexuelles se retrouvent devant l'Église au moment présent. Je crois que trop souvent les personnes d'orientation homosexuelle oublient que les changements qu'elles souhaiteraient faire accepter de la part de l'Église concernant la pratique de l'acte sexuel entre deux personnes du même sexe, obligeraient l'Église à modifier certains textes bibliques où elle s'opposerait au Christ Lui-même qui a dit : « N’allez pas croire que je sois venu pour abolir la Loi ou les Prophètes ; je ne suis pas venu abolir mais accomplir. » (Mt 5,17)

Si certains aimeraient comprendre en profondeur cette Parole de Dieu, vous n'avez qu'à mettre la citation biblique ci-dessus dans votre navigateur d'internet explorer et elle vous conduira au (portstnicolas) où il est possible de comprendre cette citation biblique avec Yves-Marie BLANCHARD - Professeur à la Faculté de Théologie de l’Institut Catholique de Paris et Directeur de l’Institut Supérieur d’Etudes Oecuméniques.

Ci-dessous j'ai rassemblé quelques citations bibliques qui expliquent que la sexualité a été voulue par Dieu à l'intérieur du mariage d'un homme et d'une femme.

« Jouis de la femme de ta jeunesse, biche amoureuse et gracieuse gazelle. Que ses seins te comblent en tout temps. Enivre-toi toujours de son amour. Pourquoi t'enivrerais-tu, mon fils, d'une dévergondée et embrasserais-tu le sein d'une étrangère ? » (Livre des Proverbes ch.5 v.18-20)
« Si un homme est nouvellement marié, il ne partira pas à l'armée ; on ne viendra chez lui pour aucune affaire ; il sera exempté de tout pour être à la maison pendant un an et il fera la joie de la femme qu'il a épousée » (Deutéronome ch.24 v.5)
« Qu'il me baise des baisers de sa bouche, car ses caresses sont meilleures que du vin... que sa main gauche (de mon bien-aimé) soit sous ma tête et que sa droite m'embrasse (ou m'enlace, me caresse)... » (Cantique des cantiques)
« Ne vous refusez pas l'un à l'autre (mari et femme), sauf d'un commun accord et temporairement, afin de vous consacrer à la prière » (Première Épître de St Paul aux Corinthiens ch.7 v.5)

Comme tout bon chrétien, moi Pardon je pense que si Dieu avait voulu l'existence d'une union charnelle entre deux personnes du même sexe, comme il l'a voulue à l'intérieur du premier couple composé d'un homme et d'une femme, il nous aurait été possible de lire quelques passages bibliques de référence, comme celles ci-dessus qui nous auraient permis de comprendre que l'union de deux personnes du même sexe était voulue et désirée par Dieu.

Tout ceci pour expliquer que même en évitant de nous servir des citations bibliques qui désapprouvent sans ambiguïté la pratique de relations sexuelles entre deux personnes du même sexe, il serait possible d'expliquer clairement comme il est possible de le faire concernant les couples hétérosexuels en raison des citations bibliques existantes, que l'accouplement de deux personnes du même sexe n'a jamais été voulue, ni encouragée et encore moins approuvée par Dieu.

Je pense qu'il est très important d'être réaliste dans notre approche et dans notre façon d'argumenter concernant les citations bibliques dans l'Ancien Testament comme dans le Nouveau, pour expliquer que la vie du couple (homme et femme) a été voulue par Dieu et ne peut être exclue pour être remplacée par un choix de vie à deux où le couple devient deux hommes ou deux femmes, où la complémentarité n'existe plus et n'a jamais fait partie du plan de Notre Créateur.

Il serait très intéressant que les couples d'orientation homosexuelle autant chez les hommes que chez les femmes nous expliquent sur quelle citation biblique ils s'appuient pour croire que leur orientation sexuelle est voulue et Bénie par Dieu?

Pour que la question donne une réponse aussi sérieuse que la question, il faudrait que la réponse soit en provenance des personnes d'orientation homosexuelle qui croient sérieusement en Dieu, et aussi en sa Parole et Son Église.

''Citations bibliques sur le mariage''
Avant que la chute intervienne, Dieu dit : "Il n'est pas bon que l'homme soit seul ; je lui ferai une aide qui lui corresponde" (Gn 2-18).

Il répondit : N’avez–vous pas lu que le créateur, au commencement, fit l’homme et la femme et qu’il dit : C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair ? (Genèse 2-24)

Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint. Matthieu, 19,4-6

Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultères. (Hébreux, 13-4)Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont devenus une seule chair. Matthieu, 19-5

Jésus dit : "Que l'homme ne sépare pas ce que Dieu a uni. Marc, 10-7" - Que l'homme donc ne détruise pas ce que Dieu a institué.
Vaut mieux mourir en pardonnant cent fois que de mourir sans pardonner.

Revenir en haut Aller en bas
 
Michel Bernatchez Blogue avec Mgr Patric Chenaux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Écoute Partage Parole :: Forum de Partage-
Sauter vers: