Écoute Partage Parole

Ecoute et partage la Parole avec ton coeur
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 89/Les responsables de la formation permanente/

Aller en bas 
AuteurMessage
coeurtendre
Admin
coeurtendre

Masculin Nombre de messages : 5428
Age : 62
Localisation : Trois-Rivières
Réputation : 1
Date d'inscription : 16/02/2007

89/Les responsables de la formation permanente/ Empty
MessageSujet: 89/Les responsables de la formation permanente/   89/Les responsables de la formation permanente/ Icon_minitimeVen 21 Juin - 20:17

Exclamation Les responsables de la formation permanente Exclamation

Les conditions actuelles du ministère des prêtres, souvent et dans plusieurs endroits, ne facilitent pas un engagement sérieux de formation permanente. La multiplication des tâches et des services à rendre, la complexité de la vie humaine en général et de celle des communautés chrétiennes en particulier, l'activisme et l'essoufflement qui caractérisent divers milieux de notre société, autant de facteurs qui privent souvent les prêtres du temps et de l'énergie indispensables pour « veiller sur eux-mêmes » (1 Tm 4, 16).

Cela doit faire grandir la responsabilité de tous pour surmonter ces difficultés, et même pour y voir le défi d'élaborer et de réaliser une formation permanente répondant adéquatement à la grandeur du don de Dieu et à la gravité des requêtes et des exigences de notre temps.Les responsables de la formation permanente des prêtres doivent appartenir à l'Église « communion ». En ce sens, c'est toute l'Église particulière qui, sous la conduite de l'évêque, est responsable d'animer et d'établir les diverses modalités de la formation permanente des prêtres. Car ceux-ci ne sont pas prêtres pour eux-mêmes, mais pour le peuple de Dieu. Aussi la formation permanente, en assurant la maturité humaine, spirituelle, intellectuelle et pastorale des prêtres, a-t-elle pour résultat un bien dont le destinataire est le peuple de Dieu lui-même. Du reste, l'exercice même du ministère pastoral mène à un échange réciproque, constant et fécond, entre la vie de foi des prêtres et celle des fidèles. Le partage de vie entre le prêtre et la communauté, mené et mis à profit avec sagesse, constitue une contribution fondamentale à la formation permanente. Cette contribution d'ailleurs ne se réduit pas à une période limitée ou à une initiative isolée, mais se déploie à travers tout le ministère et la vie du prêtre.

En effet, l'expérience chrétienne des gens simples et humbles, les élans spirituels des personnes éprises de Dieu, la mise en pratique courageuse de la foi par les chrétiens engagés dans diverses responsabilités sociales et civiles, tout cela est reçu par le prêtre et, en y portant la lumière de son service sacerdotal, il y trouve lui-même un aliment spirituel de grande valeur. Même les doutes, les crises et les hésitations face aux situations personnelles ou sociales de toutes sortes, ou encore les tentations de refus ou de désespoir à l'heure de la souffrance, de la maladie, de la mort, bref toutes les difficultés que rencontrent les hommes sur le chemin de la foi sont vécues par le prêtre. Il les partage comme un frère et en souffre sincèrement dans son cœur. En cherchant des réponses pour les autres, il est sans cesse amené à en trouver d'abord pour lui-même.

Ainsi le peuple de Dieu en entier, dans tous ses membres, peut et doit apporter une aide appréciable à la formation permanente de ses prêtres. En ce sens, il doit leur laisser du temps pour l'étude et la prière, leur demander ce pourquoi ils ont été mandatés par le Christ et rien d'autre, puis collaborer dans les divers secteurs de la mission pastorale avec une attention spéciale pour ce qui se rapporte à la promotion humaine et au service de la charité. Il doit entretenir avec ses prêtres des contacts chaleureux et fraternels et susciter chez eux la conscience qu'ils n'ont pas à « régenter la foi » mais plutôt à « contribuer à la joie » de tous les fidèles (2 Co1, 24).Cette responsabilité de l'Église particulière dans la formation des prêtres s'exerce d'une façon concrète et spécifique selon les différents membres qui la composent, à commencer par le prêtre lui-même.

En un certain sens, c'est chaque prêtre qui est le premier responsable de sa formation permanente dans l'Église. C'est à chaque prêtre qu'incombe réellement ce devoir, enraciné dans le sacrement de l'Ordre, d'être fidèle au don de Dieu et au dynamisme de conversion quotidienne venant du don lui-même. Les règlements ou les normes de l'autorité ecclésiastique à ce sujet, comme aussi l'exemple des autres prêtres, ne suffisent pas à rendre attrayante la formation permanente, si chacun n'est pas personnellement convaincu de sa nécessité et n'est pas décidé à valoriser les occasions, les temps et les modalités de cette formation. La formation permanente maintient la « jeunesse » de l'esprit, ce que personne ne peut imposer de l'extérieur, mais que chacun doit puiser continuellement en lui-même. Celui-là seul qui garde toujours vivant le désir d'apprendre et de grandir possède cette « jeunesse ».

La responsabilité de l'évêque et, avec lui, du presbyterium, est fondamentale. Cette responsabilité de l'évêque se fonde sur le fait que les prêtres reçoivent par lui leur sacerdoce et partagent avec lui sa sollicitude pastorale pour tout le peuple de Dieu. Il est responsable de la formation permanente visant à ce que tous ses prêtres soient généreux dans la fidélité au don et au ministère reçu, comme les veut le peuple de Dieu et comme il est en « droit » de les avoir. Cette responsabilité conduit l'évêque, en union avec le presbyterium, à établir et à organiser un programme de formation permanente qui n'en fasse pas quelque chose de ponctuel, mais plutôt un projet bien élaboré qui se déroule par étapes selon des modalités précises. L'évêque exercera sa responsabilité non seulement en assurant des lieux et des temps de formation permanente à ses prêtres, mais aussi en y étant présent lui-même et en y participant de façon convaincue et chaleureuse. Il sera souvent opportun, et même nécessaire, que les évêques de diocèses voisins ou d'une même région apostolique se concertent entre eux et unissent leurs efforts pour pouvoir présenter de meilleures propositions, vraiment profitables à la formation permanente, par exemple des recyclages bibliques, théologiques et pastoraux, des semaines de vie communautaire, des cycles de conférences, des temps de réflexion et d'évaluation de l'orientation pastorale du presbyterium et de la communauté ecclésiale.

L'évêque exercera sa responsabilité en demandant aussi la contribution que peuvent offrir les facultés et les instituts de théologie et de pastorale, les séminaires, les organismes ou les associations de personnes - prêtres, religieux et laïcs - engagées dans la formation sacerdotale.Dans l'Église particulière, une place importante revient aux familles. Comme « Églises domestiques », elles sont en effet une référence concrète pour la vie des communautés ecclésiales animées et guidées par les prêtres. En particulier, il faut souligner le rôle de la famille du prêtre lui-même. En communion d'intention avec lui, elle peut offrir à sa mission une contribution originale et précieuse. Elle fut le berceau de cette vocation qu'elle a protégée et soutenue d'un appui indispensable pour sa croissance et son développement. En se prêtant à l'accomplissement du dessein de la Providence qui a voulu y faire germer une vocation, la famille du prêtre, aide indispensable à sa croissance et à son développement, doit toujours demeurer, dans le plus grand respect de ce fils qui a fait le choix de se donner à Dieu et à ses frères, comme un témoin fidèle qui l'encourage dans sa mission, en la partageant et en restant à ses côtés avec dévouement et avec discrétion.

Revenir en haut Aller en bas
 
89/Les responsables de la formation permanente/
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Écoute Partage Parole :: Forum de Partage-
Sauter vers: