Écoute Partage Parole

Ecoute et partage la Parole avec ton coeur
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 ''Michel Blogue/La mort en échange de la Vie''

Aller en bas 
AuteurMessage
doucecolombe

doucecolombe

Féminin Nombre de messages : 21282
Age : 62
Réputation : 12
Date d'inscription : 07/05/2008

''Michel Blogue/La mort en échange de la Vie'' Empty
MessageSujet: ''Michel Blogue/La mort en échange de la Vie''   ''Michel Blogue/La mort en échange de la Vie'' Icon_minitimeDim 24 Fév - 16:12

''Michel Blogue/La mort en échange de la Vie'' Person10

Gus Gamache écrit : Je crois que quand le temps vient qu'on attend la mort; on n'est plus activement en vie...

Dites-moi Gus, est-ce que vous avez déjà accompagné des personnes mourantes à quelques pas de la mort? Au moment où vous écrivez votre citation, vous êtes encore en vie moi aussi alors Dieu merci du moins pour aujourd'hui.Le temps que nous attendons la mort, la mort elle aussi nous attend, même que parfois elle vient frapper à notre porte le jour où l'on s'y attend le moins sans que nous en soyons témoin.

La Parole de Dieu dit :
« Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l'heure. » Mt 25, 13 


J'ai été responsable d'un foyer pour personnes grandement handicapées pendant 5 ans, en plus de faire des visites à toute heure du jour et de la nuit. Vous comprendrez que votre citation vous est très personnelle, elle concerne votre pensée seulement. La mort c'est plein de vie dedans, chantait Félix Leclerc, un homme qui m'a bien reposé. Quand on a fait de l'accompagnement 7 jours sur 7 en dormant peu, avec l'inquiétude de n'oublier personne, je pense qu'il est possible d'inverser la citation de Félix Leclerc en écrivant que la vie c'est plein de mort parmi les vivants quand les bien-portants ne s'intéressent plus aux vivants qui souffrent ; alors les bien-portants comme les bien-pensants sèment la mort chez les vivants qui souffrent beaucoup plus dans leur coeur que dans leur corps, surtout celles et ceux qui ne reçoivent qu'une visite de 15 minutes, et en plus le premier de chaque mois. 

La Parole de Dieu dit :
« "Suis-moi, et laisse les morts enterrer leurs morts." » Mt 8, 22


Un jour un homme atteint de la maladie de Parkinson écrivait sur un forum chrétien : Depuis que ma femme m'a abandonné, cet abandon me fait plus souffrir que ma maladie.
Quand j'étais responsable d'une oeuvre où nous accueillions 60 personnes pour deux repas par jour 5 jours par semaine, je me suis aperçu qu'un homme arrivait en boitant et repartait toujours sans avoir mangé ; cela m'interrogeait beaucoup trop. Un jour j'ai décidé de le suivre de loin, je voulais avoir une réponse : Pourquoi cet homme repartait-il sans manger? Je l'ai suivi jusque chez Lui. Le pauvre homme marchait avec peine et misère, en boitant. Quant-il fut entré dans sa demeure j'ai sonné à sa porte et il fut surpris de me voir moi ; je suis entré chez lui et le pauvre homme m'a tout dit.

Il avait la gangrène et le jour où sa femme a appris qu'il avait cette maladie, elle l'a quitté pour un autre homme. Après un certain nombre d'années on lui apprit qu'un médecin avait trouvé un remède. Les années qui suivirent, il ressentit un grand espoir de guérison. Un jour sa femme lui proposa de revenir près de lui, mais voici ce qu'il lui dit : Si tu ne m'as pas aimé malade, il est préférable de ne pas revenir car si un jour je retombe malade tu vas m'abandonner encore, une deuxième fois, alors je vais souffrir davantage,je vais mourir de ne pas avoir été aimé
Tu vas me faire mourir deux fois avant que je meure, tu me comprends. Un an après la gangrène reprit à nouveau dans sa jambe et il est mort quelques années plus tard. 


La Parole de Dieu dit :
« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné? Loin de me sauver, les paroles que je rugis! » Ps 22, 2


Une avant-dernière histoire, pour vous faire comprendre que votre citation sur la mort, vous pouvez vous en servir pour votre idéologie personnelle mais cette pauvre citation qui est la vôtre et qui commence par un ''Je crois'', ce je crois c'est vous, elle continue avec >> ''quand le temps vient qu'ont attends la mort; on n'est plus activement en vie...'' Michel poursuit le (on attend), alors dans le (on attend) il y a toujours vous mais aussi les autres. Ce ne sont pas toutes les personnes à quelques pas de la mort qui pensent comme vous, car dans le Je crois de Mr et Mme tout-le-monde, l'histoire de chaque personne est différente. Voici mon prochain fait vécu lors d'une de mes visites dans un Centre Hospitalier.

En me rendant à l'Hôpital je monte à l'étage pour rendre une visite, mais je m'aperçois que toutes les portes des chambres sont fermées. Je demande à l'infirmière en chef s'il est préférable que je revienne plus tard. Elle me dit d'ouvrir chaque porte, juste pour une petite vérification de routine au cas où...

À la quatrième porte j'entends une femme pleurer à chaudes larmes, alors je me suis dis intérieurement : Qu'est-ce qui m'attend, Seigneur, à l'intérieur de cette chambre? Plus j'ouvrais la porte plus la pauvre dame dans la cinquantaine pleurait. Je me suis approché de son lit et elle répétait : Ils me prennent pour une folle mais je ne le suis pas. Elle recommençait et redisait : Je ne suis pas folle mais personne ne veut m'écouter. Quand j'ai entendu le mot écouter, il me semblait avoir déjà trouvé la solution sans connaître le problème de la dame. Elle me dit : Monsieur, je vous en supplie, je veux vous voir, je veux que vous m'écriviez, je ne suis pas folle je suis sourde.

J'ai couru chercher un stylo et plusieurs feuilles de papier et j'ai écouté, ensuite je lui ai posé des questions par écrit. Elle m'expliqua qu'elle était hospitalisée depuis trois mois sur l'étage et que j'étais la première personne avec qui elle avait eu une communication en trois mois. Elle pleurait toujours mais cette fois-ci elle pleurait de joie. Elle me disait qu'elle préférerait mourir que de vivre cette solitude non-désirée, cette solitude destructive dans son isolement imposé par la surdité, où elle doit prononcer chaque mot d'une façon trop articulée qui peut inciter certaines infirmières à porter un faux jugement sur sa personne, en pensant que l'exagération involontaire de son articulation des mots est celle d'une personne qui a des blessures psychologiques, mais ce n'était pas le cas pour elle. J'ai rencontré une femme merveilleuse qui m'a raconté ce qu'elle était avant de devenir sourde. Je lui ai promis de revenir la voir mais quand je suis revenu elle avait été transférée dans un autre Hôpital. 


La Parole de Dieu dit :
« Passerais-je un ravin de ténèbre, je ne crains aucun mal car tu es près de moi ; ton bâton, ta houlette sont là qui me consolent. » Ps 23, 4


'' Dernier fait vécu''

Je dois me rendre donner la communion dans une maison à des personnes à quelque pas de la mort. Je donne la communion à 5 personnes mais une d'entre elles est restée dans sa chambre. Je me rends donc dans sa chambre mais avant d'ouvrir j'entends une femme qui pleure. En entendant pleurer, j'entendais aussi un bruit qui m'était inconnu et je demandai à la dame si elle entendait le même bruit que moi ; je voulais savoir si elle pouvait l'identifier ; elle me répondit : C'est au-dedans de moi. Le bruit était tellement fort que l'on avait l'impression que ça venait de l'extérieur de la chambre de la dame. La pauvre dame m'expliqua qu'elle devait manger seule parce que les personnes se plaignaient du bruit en provenance de l'intérieur de son corps. Elle me dit en pleurant : Je suis à quelques pas de la mort et j'ai l'impression de vivre comme dans une prison.

Je l'ai prise par les deux mains et je lui ai dit : Moi, je vous aime, vous êtes une femme extraordinaire, votre coeur est beau et Dieu vous aime ; je vais faire tout ce que je peux pour venir passer du temps avec vous, je vous le promets. Nous étions vendredi et le lundi suivant on m'a appris qu'elle était entrée à l'Hôpital d'urgence. Je me suis rendu à l'hôpital et quand elle m'a vu elle n'en croyait pas ses yeux, elle était tout sourire, toute joie, bien que je la sentais d'une extrême fragilité. Elle m'a expliqué qu'à l'arrivée de l'ambulance elle pensait à la phrase que je lui avais dite : « Moi, je vous aime, vous êtes une femme extraordinaire, votre coeur est beau et Dieu vous aime ; je vais faire tout ce que je peux pour venir passer du temps avec vous, je vous le promets. Elle m'a dit que ça faisait plusieurs années qu'elle n'avait entendu une personne lui dire (je vous aime). Avant de partir je lui ai demandé si je pouvais l'embrasser comme un fils embrasse sa mère. Elle se mit à rire comme une personne qui aurait le fou-rire, et elle me dit "oui, je le veux", comme si je lui avais fait une demande en mariage.

Je lui fis une accolade en toute douceur et elle me dit en pleurant de joie : Je suis heureuse de vous avoir connu. Je lui ai dit : Je vous aime de tout mon coeur et quoi qu'il vous arrive je serai toujours présent pour vous, notre coeur comme notre prière feront un seul coeur pour toujours.
Je suis parti et son regard me suivit le plus loin possible. Elle est décédée durant la nuit qui a suivi. 


La Parole de Dieu dit :
« Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume qui vous a été préparé depuis la fondation du monde.
Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger, j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire, j'étais un étranger et vous m'avez accueilli,nu et vous m'avez vêtu, malade et vous m'avez visité, prisonnier et vous êtes venus me voir. » 
Mt 25, 34-36 


Cher Gus Gamache, dans le cas de ces quatre exemples votre citation aurait triplé la souffrance de chacune de ces personnes. Le monde a soif d'amour ; ceux qui ont cliqué sur j'aime pour votre citation sans exprimer un seul mot sur leur raison de l'aimer, sont des personnes qui comme vous attendent la mort au lieu d'attendre le passage de notre vie terrestre à la Vie Céleste. La mort c'est un passage entre deux vies, on sort de notre vie terrestre pour entrer dans la vie Céleste.

Si vous semez de la violence vous récolterez de la violence, si vous semez de l'amour vous obtiendrez de l'amour, si vous semez la vie avec de l'amour vous obtiendrez l'amour de la vie, si vous semez l'idéologie de la mort vous obtiendrez la mort de votre idéologie. Moi je suis croyant, je crois en la vie comme je crois en Jésus-Christ, et Jésus-Christ nous donne le don de communiquer la joie de vivre, surtout si nous sommes ivres de Sa joie mystérieuse qui pourrait donné un sens nouveau à votre citation, que je vais reprendre pour lui donner un bain de résurrection où un vrai croyant disciple de Jésus-Christ branche sa vie sur le Coeur de Jésus Sauveur qui est Venu sauver ceux qui était perdus.


Gus Gamache a écrit : Je crois que quand le temps vient qu'ont attends la mort; on n'est plus activement en vie...

Michel Bernatchez a écrit : Je crois que quand le temps vient, Jésus-Christ vient avec le temps pour nous faire passer de la mort à la Vie de Sa Vie de Ressuscité.Son Désir Passionnant Il Veut en activant notre désir de faire communion de notre coeur de pécheur converti au Coeur de Notre Sauveur pour nous permettre de faire le passage en douceur.Il nous sera toujours possible d'ouvrir la porte entre notre coeur et le Coeur du Christ avec la clef de Son Amour Pardon que nous aurons accueilli tout au long de notre vie terrestre.La question la plus importante n'est pas sur la mort mais sur notre vie relationnelle entre cette vie et la vie de Jésus-Christ. Oui la mort c'est plein de vie dedans quand on s'abandonne à Celui qui est l'Artiste de notre vie. 

La Parole de Dieu dit :
« Trompe tes soucis, console ton coeur, chasse la tristesse : car la tristesse en a perdu beaucoup, elle ne saurait apporter de profit. » Si 30, 23 

Revenir en haut Aller en bas
 
''Michel Blogue/La mort en échange de la Vie''
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Écoute Partage Parole :: Forum de Partage-
Sauter vers: